Boniface (comte)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boniface.


Boniface
Titre Comte d'Afrique
(422432)
Grade militaire Général
Commandement Province d'Afrique
Biographie
Naissance IVe siècle
Province de Thrace (Empire romain)
Décès 432

Boniface, né en Thrace, mort trois mois après sa victoire à Rimini (Italie) en 432, est un général de l'empire romain d'Occident de la première moitié du cinquième siècle, sous les règnes d'Honorius, puis de Valentinien III.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sous Honorius

En 413, il s'illustre dans la défense de Marseille face aux assauts du roi wisigoth Athaulf.

Il est par la suite nommé tribun militaire en Afrique avec pour mission la protection des frontières face aux tribus maures. Il entre alors en contact avec saint Augustin, notamment pour s'enquérir, en 417 du statut religieux du donatisme. Augustin, accompagné de son ami Alypius, vient le rencontrer à Thubunae (Tobna) : Boniface s'interroge alors sur la compatibilité de ses missions de soldat et de sa foi chrétienne. Il envisage même de se faire moine. Augustin le dissuade, soucieux sans doute d'assurer la protection de l'Afrique en conservant sur place un officier de valeur.

Après la mort de Constance III en 421, Boniface est rappelé en Italie puis nommé comte d'Afrique, sans doute grâce à Galla Placidia, veuve de Constance. Il devient de ce fait responsable militaire de la quasi–totalité des provinces d'Afrique, la partie alors la plus riche et la plus fidèle de l'empire d'Occident. Il doit aussi assister Flavius Castinus contre les Vandales qui sévissent en Espagne. Mais ils ne s'entendent guère[réf. nécessaire] et Boniface rallie directement l'Afrique.

Sous l'usurpateur Jean

Après la mort d'Honorius en 423, Boniface soutient les intérêts de la dynastie légitime lors de l'usurpation de Jean (423-425). Il bloque l'approvisionnement de Rome en blé africain et contribue ainsi à l'avènement de Valentinien III.

Sous Valentinien III

Après avoir épousé Pélagie, une arienne, il est appelé par Galla Placidia à Ravenne en 427 sur le conseil du maître de la milice Félix, peut-être par l'effet des intrigues d'Aetius[1]. Il refuse d'obéir et la cour de Ravenne le déclare rebelle et envoie des troupes contre lui, qu'il tient en échec[2]. Il se serait vengé en appelant en Afrique Genséric et les Vandales (429)[3]. Il veut ensuite s'opposer à leur établissement mais sans succès.

Rappelé à la cour, il est envoyé par l'impératrice contre l'ambitieux Aetius : il le bat mais est mortellement blessé, en 432, près de Rimini, dans un combat acharné, et meurt trois mois après[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Lancel, Saint Augustin, Paris, 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thèse défendue par Johannes Lambertus Maria de Lepper, De rebus gestis Bonifatii, Nijmegen,‎ 1941 (présentation en ligne)
  2. Matthew Bunson, Encyclopedia of the Roman empire, Infobase Publishing,‎ 2002 (ISBN 9780816045624, présentation en ligne)
  3. « Vers ce temps Gizéric, roi des Wandales, fut appelé en Afrique par Boniface, qui, étant tombé dans la disgrâce de Valentinien, ne trouva le moyen de se venger de l'empereur qu'au détriment de l'empire. Ce fut donc à sa prière que les Wandales passèrent en Afrique, où il les fit entrer par l'étroit passage appelé le détroit de Gadès, lequel sépare l'Afrique de l'Espagne sur une largeur d'environ sept milles, et porte les eaux de l'Océan dans la mer de Tyrrhène. », Jordanès, Histoire des Goths, chap. 33
  4. Edward Gibbon, Histoire du déclin et de la chute de l'Empire romain, t. 1, p. 989
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.