Bodie (Californie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Body.
Bodie

Bodie est une ville fantôme située en Californie, sur le versant oriental de la Sierra Nevada, dans le comté de Mono, à environ 120 km au sud-est du Lake Tahoe 38° 12′ 42″ N 119° 00′ 46″ O / 38.21167, -119.01278 à une altitude de 2 550 m.

Découverte[modifier | modifier le code]

En 1859, W.S. Bodey, prospecteur, découvrit de l'or à cet endroit et donna ainsi son nom à un camp minier. La même année, au mois de novembre, Bodey périt dans une tempête de neige après un voyage d'approvisionnement à Monoville.

En 1876, la Standard Company découvrit un filon exploitable et le petit camp minier isolé, n'abritant que quelques prospecteurs, se changea en une ville champignon qu'on nomma Bodie. [ selon Wikipedia anglosaxon[1], cette ville possède déjà ce nom depuis 1859 ] Au total, la quantité d'or produite par Bodie a été évaluée à 34 millions de dollars[2].

Construite durant la Ruée vers l'or en Californie, la ville atteignit une population de 10 000 habitants en 1880 (deuxième ville de Californie à l'époque), avant d'être progressivement abandonnée à la suite de deux incendies.

En tant que ville minière en pleine effervescence, Bodie possédait les avantages des grandes villes, notamment deux banques, une fanfare, une voie de chemin de fer, une association de miniers et d'ouvriers, plusieurs journaux et une prison. À son apogée soixante-cinq saloons ouvraient leurs portes sur la rue principale longue d'environ deux kilomètres. Les assassinats, les fusillades, les bagarres et les hold-ups étaient monnaie courante[3]. Une légende dit qu'une petite fille, apprenant qu'elle et sa famille déménageaient pour Bodie, fit une nuit cette prière : « Au revoir Seigneur, nous allons à Bodie. »[4]

Les chargements d'or partant de la mine étaient acheminés jusqu'à Carson City dans le Nevada, en passant par Aurora, Wellington et Gardnerville. La plupart des cargaisons étaient escortées par un garde armé.

On considère qu'il reste à l'heure actuelle plus ou moins 5 % des bâtiments d'époque (ceux-ci sont entretenus par des rangers). C'est aujourd'hui un State Historic Park et National Historic Landmark.

Une première en électricité[modifier | modifier le code]

En 1893, la société Standard Company construisit sa propre usine hydroélectrique, située à une vingtaine de kilomètres de la ville sur la rivière Green Creek, au-dessus de Bridgeport en Californie. L'installation produisait du courant alternatif à 6600 volts pour un maximum de 96 kW ; cette puissance alimentait notamment les vingt marteaux de l'usine de battage de la compagnie. Cette installation innovante est restée dans les mémoires comme l'une des premières applications du transport d'électricité sur une longue distance.

Il n'est pas certain que l'électricité ait été transmise jusqu'à Bodie. En effet, par sécurité, la ligne électrique suivait une ligne droite depuis Green Creek (du moins sur la carte : la ligne n'était pas percée directement à travers les montagnes).

Une ville fantôme authentique[modifier | modifier le code]

Bien que considérablement réduite en superficie, Bodie garda des résidents à travers une grande partie du vingtième siècle, même après un incendie qui ravagea le centre-ville en 1932. Bodie est dorénavant une authentique ville fantôme d'Amérique de l'Ouest, elle a été nommée National Historic Landmark en 1961.

Aujourd'hui, Bodie est préservée dans un état de délabrement arrêté. Seulement une petite partie de la ville a survécu. Les visiteurs peuvent arpenter des rues vides qui ont déjà connu une population de presque 10 000 personnes. L'intérieur des bâtiments est laissé tel que lors de son abandon. Bodie est ouverte toute l'année, mais la longue route qui mène vers elle est généralement fermée l'hiver, à cause d'importantes tempêtes de neige. La période la plus confortable pour la visiter est donc l'été.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wiki
  2. Chesterman, Chapman, and Gray, Geology and Ore Deposits of the Bodie Mining District. California Division of Mines and Geology. Bulletin 206.
  3. McGrath, Roger D. Gunfights, Highwaymen & Vigilantes: Violence on the Frontier, University of California Press (1987).
  4. (en) Dydia Delyser, Western Place, American Myths, University of Nevada Press,‎ 2003, « Good, by God, We are Going to Bodie »