Vaumarcus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vaumarcus
Blason de Vaumarcus
Héraldique
Vue du lac près de Vaumarcus
Vue du lac près de Vaumarcus
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Neuchâtel
District Boudry[1]
NPA 2028
N° OFS 6415
Démographie
Gentilé Ecureils
Population 264 hab. (31 décembre 2013)
Densité 148 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 52′ 40″ N 6° 45′ 15″ E / 46.877783, 6.75417546° 52′ 40″ Nord 6° 45′ 15″ Est / 46.877783, 6.754175  
Altitude 552 m (min. : 428 m) (max. : 634 m)
Superficie 178 ha = 1,78 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Neuchâtel

Voir sur la carte administrative du Canton de Neuchâtel
City locator 14.svg
Vaumarcus

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Vaumarcus

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Vaumarcus
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Vaumarcus est une commune suisse du canton de Neuchâtel, située dans le district de Boudry.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Vaumarcus mesure 1,78 km2[3]. 16,9 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 59,0 % à des surfaces agricoles, 23,6 % à des surfaces boisées et 0,6 % à des surfaces improductives.

La commune est limitrophe de Fresens, Saint-Aubin-Sauges, Concise et Mutrux. Elle fait partie de la Paroisse du Joran.

Histoire[modifier | modifier le code]

La baronnie de Vaumarcus, titre donné en 1595, se situe aux frontières des terres de Vaud et de celle de la seigneurie de Gorgier. Constituée du village même et des hameaux du Moulin (qui en fut séparé au XVIe siècle pour être réuni à Gorgier) et de Vernéaz (fondée par un écuyer des châtelains de Vaumarcus, elle existait déjà en 1306 et se nommait La Vernée), elle vivait en toute indépendance jusqu'au XIVe siècle, tenue par la branche cadette de Rodolphe II de Neuchâtel. Elle était réunie aux possessions des comtes de Neuchâtel en 1308 lorsque Pierre III de Vaumarcus la vendait à Rodolphe IV de Neuchâtel, comte de Neuchâtel, pour payer ses créanciers. Le comte de Neuchâtel profitait de cette reprise pour instituer un gouverneur et châtelain à Vaumarcus, celui-ci avait le pouvoir de châtier les coupables et de punir les criminels. En 1375 elle se détachait à nouveau du comté de Neuchâtel ; Jean de Neuchâtel-Vaumarcus dit "Jean-le-Bel", fils de Louis Ier de Neuchâtel, avait eu un enfant adultérin nommé Girard à qui il transmettait la seigneurie. Girard sera pris en affection par Louis Ier de Neuchâtel inconsolable de la perte de son fils décédé en 1368. Avec Jean Ier de Neuchâtel-Vaumarcus le fief originel se voyait grandement pourvu de ceux de Travers, Rosières, Noraigue et Gorgier. Apprécié et reconnu pour sa valeur par les comtes de Neuchâtel il trahissait leur confiance en ouvrant les portes de son châteaux aux soldats de Charles le Téméraire. Après l'épisode de la Bataille de Grandson Le comte de Neuchâtel entreprenait de reprendre le château de Vaumarcus ne laissant à Jean II de Neuchâtel-Vaumarcus que les revenus. Après la mort, en 1487, du comte de Neuchâtel Philippe de Hochberg sans héritier mâle, Claude Ier de Neuchâtel-Vaumarcus demandait en vain à Berne de le mettre en possession du comté de Neuchâtel en sa qualité de descendant de cette famille. Débouté de sa demande Claude voyait ses biens confisqué par Jeanne de Hochberg, comtesse de Neuchâtel. Il se tournait alors vers l'empereur Maximilien Ier du Saint-Empire, ennemi de Louis Ier d'Orléans-Longueville, qui faisait lever la confiscation. La dernière représentante de la maison de Neuchâtel à Vaumarcus, Anne, faisait entrer la seigneurie dans la maison de Bonstetten en épousant, le 3 novembre 1577, Ulrich de Bonstetten[4].

Article détaillé : Liste des seigneurs de Vaumarcus.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Vaumarcus possède 264 habitants fin 2013[2]. Sa densité de population atteint 148,3 hab./km².

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Vaumarcus entre 1850 et 2008[5] :

Politique[modifier | modifier le code]

Le Conseil Général (législatif) est composé de 15 membres élus par le peuple pour une législature de quatre ans sur une liste d'entente communale. La présidence est assurée par M. Lorain Blétry, la vice-présidence par Mme J.Engisch et le secrétariat par M. Franco Vantaggio Le corps exécutif de la commune est désigné « Conseil communal ». Il est composé de 5 membres élus par le conseil général au début de chaque législature et pour quatre ans. Ils se répartissent les dicastères de l’administration communale et se réunissent en général chaque lundi soir pour liquider les affaires courantes. La présidence est assurée par M. Roger Burri, la vice-présidence par M. Olivier Bovet et le secrétariat par M. Pierre-André Rebeaud. MM. Daniel Junod et Jean-Paul Vuitel siègent comme membres de l'exécutif.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annales historiques du Comté de Neuchâtel et Valangin depuis Jules-César jusqu'en 1722, Jonas Boyve, édition E. Mathey, 1854, p.  144, 184, 265, 266, 268, 312, 319, 343, 370, 371, 485 . Google livres
  • La Béroche: recherches historiques sur la paroisse de Saint-Aubin, Fritz Chabloz, édition S. Delachaux, 1867, p.  37 et 39. Google livres
  • Les châteaux neuchâtelois anciens et modernes, David-Guillaume Huguenin, Hercule Nicolet, Auguste Thez, édition H. Wolfrath, 1843, p.  28, 53, 54, 84, 85, 105 à 118, 124, 125, 135 Google livres
  • Les Généalogies historiques des rois, ducs, comtes, etc. de Bourgogne, Louis Chasot de Nantigny, chez Le Gras, 1738, p.  375 Google livres

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13/01/2009)
  2. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2013 », sur Office fédéral de la Statistique.
  3. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  4. Les châteaux neuchâtelois anciens et modernes
  5. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13/01/2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :