Abbatiale de Payerne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbatiale de Payerne
Image illustrative de l'article Abbatiale de Payerne
L'église abbatiale Notre-Dame.
Présentation
Culte Protestantisme
Début de la construction Environ vers l'an mille
Style dominant Architectures romane et gothique
Protection Bien culturel d'importance nationale
Géographie
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Région Canton de Vaud
Commune Payerne
Coordonnées 46° 49′ 15″ N 6° 56′ 14″ E / 46.8207, 6.93722 ()46° 49′ 15″ Nord 6° 56′ 14″ Est / 46.8207, 6.93722 ()  

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Abbatiale de Payerne

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Abbatiale de Payerne

L'abbatiale protestante Notre-Dame est un édifice religieux de la ville vaudoise de Payerne, en Suisse. Elle faisait partie, avant la Réforme, de l'abbaye bénédictine Notre-Dame. Une partie adjacente à l'édifice - le musée - fut grandement endommagé par un incendie en 1987.

Historique[modifier | modifier le code]

Le début de la construction de l'abbaye Notre-Dame sur l'emplacement de la villa romaine de la famille Paterniacus (IVe siècle) se situe entre 961 et 965 : il fut initié par sainte Adélaïde, fille de la reine Berthe de Souabe. Cette brillante femme politique, reine d'Italie, puis impératrice de l'Empire romain germanique, devait ainsi soutenir l'ordre clunisien dont devait dépendre la maison de Payerne.

Les rois de Bourgogne puis les empereurs germaniques y feront de nombreux dons, ceci jusqu'à la réforme protestante et l'expulsion des moines en 1565.

À la réforme, le cloître fut détruit ainsi que les bâtiments abbatiaux. Ne subsistent que l'abbatiale, la salle capitulaire et une aile de l'abbaye qui est inscrite comme bien culturel suisse d'importance nationale[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'architecture de l'abbatiale est considérée comme romane, et construite selon un schéma clunisien (XIe siècle). De nombreux éléments proviennent toutefois d'une inspiration gothique plus tardive (XVe siècle).

De nombreux chapiteaux peints sont encore visibles.

La tour Saint-Michel a été transformée en prison de district en 1835 par l'architecte lausannois Henri Perregaux, qui y a fait percer une série de fenêtres en plein cintre[2].

Fresques[modifier | modifier le code]

De nombreuses fresques des XIe et XIIe siècles habillent les murs du narthex : Christ en Croix soutenu par Dieu le père, Vierge de miséricorde, Christ du jugement dernier devant les vingt-quatre vieillards de l'Apocalypse[3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  2. Paul Bissegger, D'ivoire et de marbre. Alexandre et Henri Perregaux ou l'Age d'Or de l'architecture vaudoise (1770-1850), Bibliothèque historique vaudoise, coll. « Bibliothèque historique vaudoise 131 »,‎ 2007 (ISBN 978-2-88454-131-2), p. 288
  3. Cécile Gall, Suisse, p. 156, Michelin / MFPM, Michelin, Collectif books.google.com Publié par MICHELIN, 2007, (ISBN 978-2-06-710507-2)

Sur les autres projets Wikimedia :