Bertram de Verdun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Verdun.
Domesday Book, 1087 : Mention des domaines de Bertram de Verdun dans le Buckinghamshire

Bertram de Verdun est le nom de plusieurs membres de la famille de Verdun, établie en Angleterre et en Normandie au XIe siècle, et dont l'origine est mal connue. Une hypothèse avance que Bertram de Verdun, premier du nom, était lié à la famille lorraine des comtes de Verdun, la maison d'Ardennes[réf. nécessaire]. Quelques auteurs anglais[Lesquels ?] le supposent être un fils de Godefroi le Barbu, comte de Verdun, mort en 1069. En revanche pour l'historien Mark Hagger[1] Bertram venait du lieu-dit de Verdun en Vessey dans l'Avranchin, et était issu de d'une famille de petite noblesse[2]. Après la conquête en 1066, Bertram I de Verdun et ses descendants obtinrent de nombreuses terres en Angleterre, puis en Irlande.

Bertram I de Verdun figure sur la liste de Dives-sur-Mer, au nombre des compagnons de Guillaume le Conquérant qui participèrent à la conquête de l'Angleterre. On le retrouve en 1076 à Avranches dans une charte tirée du cartulaire de l'abbaye du Mont-Saint-Michel[3]. Dans le Domesday's Book, rédigé en 1086, Bertram de Verdun apparait comme tenant les terres et le manoir de Farnham-Royal dans le Buckinghamshire, domaines ayant appartenu avant la conquête à la princesse Goda, sœur d’Édouard le Confesseur et épouse du comte Eustache II de Boulogne[4]. Le manoir de Farnham Royal était tenu par le droit de « Grand Sergenterie », c’est-à-dire que son seigneur avait la charge de fournir le jour du sacre le gant pour la main droite du roi, puis de soutenir pendant la durée de la cérémonie le bras droit du prince, tenant le sceptre.

Bertram II de Verdun, fils du précédent, augmenta les domaines de son père en Angleterre, en particulier dans le Staffordshire et le Leicestershire. Bertram II de Verdun est cité en France dans une charte du Mont-Saint-Michel comme l'un des barons de Ranulf le Meschin, comte de Chester[5], et dans une autre de l’abbaye de Savigny où, peu de temps après sa fondation en 1112, Raoul de Fougères donne à l’abbaye le domaine de Verdun près d’Avranches et confirme le don d’une autre terre que Bertram de Verdun tenait de lui[6]. Selon Hagger, Bertram occupait une charge administrative auprès du roi Henri Ier d'Angleterre et aurait exercé les fonctions de shérif du Yorkshire vers 1100.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. The Fortunes of a Norman Family : the de Verduns in England, Ireland & Wales, 1066-1316, by Mark S. HAGGER
  2. Cependant Hagger se base sur un postulat erroné : la famille de Verdun tirerait son nom d'un lieu-dit situé sur la commune de Vessey, dans la Manche. Or il apparaît que cette terre n'a pris le nom de Verdun qu'en 1393, lorsqu'elle fut acquise par un membre de la branche française de la famille de Verdun. Il est donc beaucoup plus probable que ce soit la famille qui a donné son nom à cet endroit, ainsi qu'aux deux autres lieux-dits Verdun situés sur les communes de Boucey et Saint-Martin-des-Champs
  3. Avranches, bibliothèque municipale, manuscrit 210, Cartulaire du Mont-Saint-Michel, folios 83v et 84
  4. Eustache de Boulogne se remaria avec Ide de Boulogne, fille de Godefroi II, duc de Basse-Lorraine, possible parent de Bertram de Verdun
  5. Avranches, bibliothèque municipale, manuscrit 210, Cartulaire du Mont-Saint-Michel, folios 85v et 86
  6. Châteaux de la Manche, Gerville, 3ème partie, Avranchain et Mortainais, pages 119-120