Bataille de Falkirk (1298)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir bataille de Falkirk.
Bataille de Falkirk
Informations générales
Date 22 juillet 1298
Lieu Falkirk (Écosse)
Issue Victoire anglaise
Belligérants
England COA.svg Anglais Royal arms of Scotland.svg Écossais
Commandants
England COA.svgÉdouard Ier Royal arms of Scotland.svgWilliam Wallace
Forces en présence
2 000 cavaliers
12 000 soldats à pied
500 cavaliers
9 500 soldats à pied
Pertes
Plus de 2 000 hommes
Guerres d'indépendance de l'Écosse
Coordonnées 56° 00′ 04″ N 3° 47′ 02″ O / 56.001, -3.78456° 00′ 04″ Nord 3° 47′ 02″ Ouest / 56.001, -3.784  

Géolocalisation sur la carte : Écosse

(Voir situation sur carte : Écosse)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Falkirk (1298).

La bataille de Falkirk, qui eut lieu en juillet 1298, marqua la fin de l'épopée de William Wallace lors de la première guerre d'indépendance de l'Écosse.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

1re phase de la bataille
Les chevaliers anglais chassent les chevaliers et archers écossais, mais ne parviennent pas à faire rompre les piquiers
2e phase de la bataille
Isolés et immobiles, les piquiers écossais sont décimés par les archers

L'été était excessivement chaud pour les Écossais, ce qui força sans doute William Wallace à agir immédiatement. Il regroupa ses hommes en schiltrons : une formation de soldats qui formaient un mur de lances afin d'empêcher la cavalerie anglaise d'écraser ses hommes comme elle l'avait fait à Dunbar deux ans plus tôt.
Cependant la tactique se révéla inefficace, car les archers anglais furent les premiers à combattre : ils envoyèrent une volée de flèches qui disloqua les schiltrons écossais, avant de faire donner la cavalerie qui les acheva. Plus de 2 000 Écossais périrent, et William Wallace fuit.

Conséquences[modifier | modifier le code]

La bataille de Falkirk a pour conséquences : la fuite de William Wallace vers le royaume de France, et donc la perte d'espoir de beaucoup d'Écossais, mais aussi, pour les Anglais, la preuve que les archers pouvaient venir à bout de n'importe quelle formation immobile, qui s'avéra décisive lors de la Guerre de Cent Ans, trente ans après.

Source[modifier | modifier le code]

  • Histoire de l'Écosse, Michel Duchin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]