Aménagement en open space

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Méthodologie open space.

Un open space, ou plateau ouvert, est un espace de travail où les bureaux ne sont pas séparés par des cloisons. En conséquence, les personnes se voient et s'entendent et travaillent entre elles.

Selon une étude de mars 2008, 60 % des entreprises françaises seraient aménagées en open space [1].

Ce type d'aménagement de l'espace de travail très à la mode a des avantages et des inconvénients, et fait l'objet de controverses.

Origine[modifier | modifier le code]

Les bureaux ouverts, sans cloisons, ont pour origine le concept des « bureaux paysagers » mis au point par deux consultants allemands, les frères Eberhard et Wolfgang Schnelle, dans les années 1950. Ce concept connut un grand succès aux États-Unis avant de revenir en Europe dans les années 1980[2]. Toutefois, dans la vision des frères Schnelle, il s'agissait d'espaces généreux, agrémentés de nombreuses plantes vertes.

Controverse[modifier | modifier le code]

Avantages[modifier | modifier le code]

Les partisans de l'open space mettent en avant les avantages suivants :

  • Gain de place ;
  • Meilleure communication ;
  • Suivi de l'activité de l'entreprise ;
  • Surveillance mutuelle in petto

Inconvénients[modifier | modifier le code]

Les détracteurs de l'open space lui reprochent :

  • le fait d'être bruyant (en particulier en l'absence de cloisons insonorisées entre les bureaux) ;
  • le manque d'intimité ;
  • le fait d'être sous la surveillance de ses collègues (effet panoptique);
  • le fait de faire baisser la productivité ;
  • le risque assez présent des voisins d'étaler ses affaires sur son bureau ;
  • le risque de vol d'argent est plus grand du fait de l'absence de porte.

D'après Alain d'Iribarne, socio-économiste et directeur de recherche au CNRS, « les dirigeants mettent en avant le mythe du "travail en projets" et de "coopération harmonieuse et créatrice", mais l'open space peut être pathogène, (...), il facilite la surveillance et la mise en compétition des salariés entre eux, facteur de stress qui aboutit souvent au contraire du but recherché, avec des salariés qui s'isolent en portant des écouteurs ou en se cachant derrière des montagnes de dossiers ou des plantes vertes... »[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le livre L'Open Space m'a tuer décrit cet univers de manière acerbe.

Article connexe[modifier | modifier le code]