Alliaire officinale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alliaire officinale

Description de cette image, également commentée ci-après

Alliaria petiolata

Classification
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Capparales
Famille Brassicaceae
Genre Alliaria

Nom binominal

Alliaria petiolata
(M.Bieb.) Cavara & Grande, 1913

Synonymes

  • Alliaria alliaria (L.) Britt.
  • Alliaria officinalis Andrz. ex Bieb.
  • Erysimum alliaria L.
  • Sisymbrium alliaria (L.) Scop.

Classification phylogénétique

Ordre Brassicales
Famille Brassicaceae

L'Alliaire officinale ou Herbe à ail (Alliaria petiolata) est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Brassicacées, localement devenue envahissante aux États-Unis (où elle ne doit pas être confondue avec plusieurs espèces indigènes qui lui ressemblent (Dentaria), Osmorhiza claytonii, Saxifraga virginica).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Du latin allium : ail et petiolata car les feuilles du bas ont un long pétiole.

Description[modifier | modifier le code]

Les feuilles sont cordiformes, dentées, à odeur d'ail lorsqu'elles sont froissées, les fleurs sont blanches et en forme de croix. Les fruits sont des siliques érigées.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Inflorescence
Inflorescence, détail
Feuille
Organes reproducteurs
Graine
Habitat et répartition
  • Habitat type : annuelles pionnières des clairières et lisières médioeuropéennes, psychrophiles, hémisciaphiles
  • Aire de répartition : eurasiatique[1]

C'est une plante rudérale (haies, broussailles, talus, terrains vagues) et forestière des sols calcaires ou saturés, commune en Europe.

Usages[modifier | modifier le code]

Usage alimentaire[modifier | modifier le code]

Ses graines peuvent servir de substitut à la moutarde noire dans l'élaboration du condiment du même nom (moutarde). Les jeunes feuilles mélangées dans une salade apportent un léger goût d'ail. On peut également l'employer dans du beurre ou en faire du pistou.

Des graines de cette plante sous forme de phytolithes ont été identifiées dans des dépôts de nourriture sur des poteries préhistoriques. C'est la première preuve directe de l’utilisation d'une épice dans la cuisine en Europe entre 6100 et 5750 ans avant le présent (cal BP)[2].

Usage médicinal[modifier | modifier le code]

Elle est traditionnellement utilisée pour ses vertus diurétiques, contre les rhumatismes, l'asthme et la goutte. On prête aussi des vertus antiseptiques à la plante fraîche, alors utilisée en cataplasme.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Isabelle Hunault, Plantes sauvages comestibles, Reconnaître et cuisiner 35 plantes communes, Ulmer - ISBN 978-2-84138-454-9