Ali al-Sistani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sayyid Ali Husaini al-Sistani (en arabe: السيد علي الحسيني السيستاني, en persan: سید علی حسینی سیستانی)
Image illustrative de l'article Ali al-Sistani
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Mashhad, Iran
Religion islam chiite
Résidence Najaf, Irak


Sayyid Ali Husaini al-Sistani (en arabe: السيد علي الحسيني السيستاني, en persan: سید علی حسینی سیستانی) est un ayatollah iranien né le à Mashhad, en Iran. Al-Sistani est une personnalité politique influente en Irak depuis le renversement du gouvernement de Saddam Hussein.

Manifestations de soutien au Grand Ayatollah

Rôle dans l'Irak d'après-guerre (2003)[modifier | modifier le code]

Depuis l'invasion de l'Irak par la coalition en 2003, al-Sistani, personnalité influente de la communauté chiite du pays, a joué un rôle politique croissant. Peu de temps après l'occupation, il rédigea des fatwas appelant le clergé chiite à s'impliquer en politique. Il s'impliqua lui-même et appela à former une convention constitutionnelle, et exigea plus tard un vote populaire avec dessein de former un gouvernement de transition. Il a critiqué les projets américains de gouvernement irakien qu'il ne considérait pas assez démocratiques. Ainsi, il refusa de s'adresser directement aux autorités américaines, et utilisa de nombreux représentants dispersés en Irak et au Moyen-Orient pour diffuser ses édits et règles. L’ONU sollicite aussi régulièrement Al-Sistani, dans son rôle de stabilisateur et de médiateur des conflits interconfessionnels.


En mars 2006, il explique que les homosexuels, hommes et femmes, doivent être tués "de la pire manière qu'il soit"[1]. Suite aux protestations, il a retiré cette fatwa de son site internet en ce qui concerne les hommes, mais ne l'a pas révoquée. En outre, il continue de demander le meurtre des lesbiennes. Cette injonction légitime la vague d'assassinats d'homosexuels en Irak[2].

En septembre 2006, il dit s’avouer impuissant à enrayer la guerre civile qui ravage le pays. Il déclare : « je n’ai plus le pouvoir d’éviter la guerre civile »[3]

Le , à Nadjaf, il appelle tous les Irakiens à l'unité. Devant des chefs tribaux il déclare : « Votre pays est riche et plein de ressources, je vous appelle à oublier vos divisions entre vous et avec vos frères sunnites »[4].

Le , lors d'un entretien avec le vice-président sunnite Tarek al-Hachémi, al-Sistani se dit fortement "éprouvé" par les violences confessionnelles en Irak. Al-Hachémi déclarera par la suite à propos de l'ayatollah al-Sistani : « Il m'a dit que son cœur est consumé de douleur pour ce qui se passe en Irak [est...] J'ai trouvé en Seyyed al-Sistani un homme qui a une grande connaissance de tous les problèmes des Irakiens et de l'Irak ».

Le , lors d'un prêche à Kerbala, Abdoul Mahdi al Kerbalai le représentant de l'ayatollah al-Sistani dénonce les compagnies privées de sécurité étrangères qui opèrent en Irak. Il déclare : « Ces compagnies étrangères qui travaillent en Irak méprisent les citoyens irakiens innocents. [...] En quelques jours, ces compagnies ont tué sans raison de nombreux citoyens alors que les forces d'occupation ont attaqué des villages comme Al Jayzani, près de Khalis ». Sistani réclame par la voie de son porte-parole que des lois soient édictées pour protéger les Irakiens[5].

Lors des élections législatives irakiennes de 2010, l'ayatollah al-Sistani est resté neutre, refusant de soutenir quelque liste que ce soit. Il a ensuite fait dire par des proches qu'il était "extrêmement déçu" du résultat du premier ministre sortant, Nouri al-Maliki, qui faisait partie de la coalition de partis chiites soutenus par al-Sistani lors des élections législatives de 2005. Globalement, al-Sistani se tient désormais à l'écart des débats politiques, conformément à la tradition quiétiste du chiisme à laquelle il appartient et qui refuse notamment le gouvernement des clercs (au contraire de ce qui se passe en Iran depuis 1979)[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le grand ayatollah Ali Al-Sistani lance une fatwa contre les homosexuels, 16 mars 2006
  2. Irak : al-Sistani retire sa fatwa "mort aux gays", 15 mai 2006
  3. (en) Dépêche du Telegraph
  4. al-Sistani appelle les Irakiens à l'unité, Atlasvista Maroc
  5. Dépêche du Monde
  6. http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2010/03/09/en-irak-debut-de-difficiles-tractations-pour-former-le-futur-gouvernement_1316371_3218.html#ens_id=1291885 Article du Monde

Lien externe[modifier | modifier le code]

http://www.ceri-sciencespo.com/cherlist/hoopscheffer/art_012007.pdf