Alfonso Gagliano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gagliano (homonymie).

Alfonso Gagliano (né le à Siculiana, dans la province d'Agrigente en Sicile) est un comptable (CGA) et un homme politique du Parti libéral. Récemment il est surtout connu pour son rôle supposé dans le scandale des commandites.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Italie en 1942, Alfonso Gagliano est originaire de la Sicile. Il est arrivé au Canada en 1958, il avait alors 16 ans. Il a exercé le métier de presseur jusqu'en 1966, puis a complété ses études secondaires avant d'obtenir un diplôme de comptable CGA en 1967. Il a commencé sa carrière politique en 1977 à Montréal. Il est élu député libéral dans la circonscription de Saint-Léonard—Anjou en 1984. Réélu dans Saint-Léonard en 1988 et en 1993 et dans Saint-Léonard—Saint-Michel en 1997 et en 2000, il démissionna en 2002 pour accepter un poste d'ambassadeur au Danemark, poste qui devait lui permettre d'étouffer le scandale des commandites.

De 1997 à 2002 il a servi dans divers rôles, comprenant le ministre de travail, le chef de député Chambre et le ministre responsable de Communication Canada, Postes Canada, la Société canadienne d'hypothèque et de logement, la Monnaie royale canadienne, et la Société immobilière du Canada. Ses positions plus controversées étaient comme ministre des Travaux publics et ministre politique du Québec.

Gagliano est aussi ancien ambassadeur du Canada au Royaume du Danemark. Il a été écarté de cette position le par le premier ministre Paul Martin, parmi la spéculation répandue qu'il était activement impliqué dans le scandale des commandites pendant son rôle comme ministre des travaux publics.

Le , Gagliano a classé un procès contre le premier ministre Martin et le gouvernement canadien. Le procès les accuse d'attaquer délibérément la réputation de Gagliano et allègue qu'ils l'ont congédié illégalement. Il demande une compensation pour le renvoi injustifié, les dommages à sa réputation et le revenu perdu.

Dans un jugement rendu le 2 juillet 2009 (référence neutre : 2009 QCCS 3001), le juge Kevin Downs de la cour supérieure rejeta les prétentions de M. Gagliano, ce dernier affirmait qu'il était responsable de plus de 90,000 fonctionnaires et d'un budget de 4 milliards, il ne pouvait donc pas, selon lui, être au courant de tout, mais le juge ne lui donnera pas raison, à la fin de son jugement il dira : «Il est difficile de prétendre à la mauvaise foi du défendeur Martin en sa qualité de premier ministre dans les gestes qu'il a posés lorsqu'il y a de la part de la vérificatrice générale un rapport accablant quant à la gestion du programme des commandites et que ce rapport vise directement le ministère des Travaux publics, sous la gouverne du demandeur». M. Gagliano a décidé de faire appel de ce jugement, l'inscription aux greffes de la cour d'appel fut fait le 28 juillet 2009.

Le jugement de la cour d'appel du Québec fut rendu le 13 mai 2011 (référence neutre : 2011 QCCA 894), dans un jugement unanime les juges Beauregard, Chamberland et Pelletier ont partagé l'opinion du juge Kevin Downs de la cour supérieure, cependant ils ont enlevé les frais de cour qui auraient été demandés à M. Gagliano.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Précédé par Alfonso Gagliano Suivi par
Monique Bégin
(PLC)
Député de Saint-Léonard—Anjou
1984-1988
Circonscription abolie et redistribuée parmi Anjou—Rivière-des-Prairies, Papineau et Saint-Léonard
Nouvelle circonscription issue de Gamelin et de Saint-Léonard—Anjou
Député de Saint-Léonard et Saint-Léonard—Saint-Michel
1988-2002
Massimo Pacetti
(PLC)