Abbaye de Vignogoul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ancienne abbaye de Vignogoul
Image illustrative de l'article Abbaye de Vignogoul
Présentation
Culte Catholique romain
(désaffecté depuis 1789)
Type Abbaye
Rattachement Ordre de Cîteaux
Depuis 1791, propriété privée
Début de la construction 1138
Style dominant Art cistercien
Protection Logo monument historique Classé MH (1862)
Site web www.abbaye-de-vignogoul.fr/
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Commune Pignan
Coordonnées 43° 35′ 07″ N 3° 45′ 45″ E / 43.5852777778, 3.7625 ()43° 35′ 07″ Nord 3° 45′ 45″ Est / 43.5852777778, 3.7625 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Ancienne abbaye de Vignogoul

L'abbaye de Vignogoul est une ancienne abbaye cistercienne située dans la commune de Pignan dans le département de l'Hérault. Elle fut d'abord appelée abbaye Notre-Dame puis abbaye Sainte-Marie-Madeleine de Bon-Lieu de Vignogoul.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce prieuré de femmes de l'ordre de Cîteaux, appartint d'abord à l'ordre de Saint-Benoît ; il existait dès l'an 1130. Dédié d'abord à Notre Dame, il le fut ensuite à Marie-Madeleine.
Au XIIIe siècle, du fait du trop grand nombre de religieuses, les revenus étaient devenus insuffisants et ne pouvaient couvrir les frais de la reconstruction du monastère qui tombait en ruines ; il obtint de Raymond, évêque d'Uzès, légat apostolique, des lettres circulaires pour inviter les fidèles à lui faire des aumônes.
Jusqu'en 1245, le monastère eut des prieures, et après cette date, des abbesses; c'est à cette époque qu'il devint cistercien, sous la dépendance immédiate de l'abbaye de Valmagne[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'abbatiale est composée d'un vaisseau central flanqué de deux chapelles latérales formant un faux transept. Très belle élévation intérieure de la nef unique sur croisée d'ogive qui mesure 32 mètres de long par 8 mètres de large.

Liste des prieures et abbesses[modifier | modifier le code]

Prieures de Vignogoul

  1. Ermengarde, 1181-1211 ; la lettre de Raymond, évêque d'Uzès est de cette dernière année
  2. Marguerite de Frézol, élue en 1211
  3. Béatrix, 1219-1239
  4. Égline, 1241
  5. Élisabeth d’Alignan, 1243-1245 qui devint abbesse

Abbesses de Vignogoul

  1. Élisabeth d'Alignan, 1245, date des lettres d'Innocent IV érigeant le monastère en abbaye cistercienne ; elle prit alors le titre d'abbesse et vécut jusqu’en 1250 ou 1256
  2. Guillemette Déodate ou Daudeze ou Daudé, 1259-1278.
  3. Gausionde d'Avène, 1279-1309.
  4. Jausimonde d'Auriac, 1313-1320.
  5. Huguette de Montdésir, 1324-1328.
  6. Tiburge, 1343-1347.
  7. Yolande, 1356-1369.
  8. Béatrix de Combret, 1364-1370.
  9. Béatrix Bérengère, 1390-1392.
  10. Sibille d'Alèse, 1407-1413.
  11. Marguerite d'Arammonies, 1429.
  12. Marguerite de Panat, 1447.
  13. Marguerite d'Auriac, 1465-1473.
  14. Marguerite Allemand, 1480-1485.
  15. Marguerite Alamande, 1504-1517.
  16. Jeanne Allemand, 1527-1548 ; démissionna en faveur de la suivante.
  17. Françoise Allemand, 1548.
  18. Jeanne Allemand, 1557.
  19. Jeanne Azémare, 1575, démissionnaire en 1586 ; vivait encore en 1589.
  20. Jeanne Claret de Saint-Félix, pourvue en cour de Rome en 1586 ; vivait encore en 1609.
  21. Jeanne de Montenard, coadjutrice de la précédente en 1609 puis abbesse ; meurt en 1622.
  22. Claudine de Saint-Bonnet de Thoiras, avait sept ans en 1622 quand elle reçut du roi le brevet d'abbesse ; pourvue du pape en 1643 ; prit une coadjutrice en 1664 ; morte après 1680.
  23. Tiphanie Françoise de Saint-Bonnet de Thoiras, sœur de la précédente, sa coadjutrice à partir de 1664 ; morte après 1711.
  24. Louise-Angélique de Bérard de Bernis de Vestric de Montalet, coadjutrice de la précédente en 1711, lui succéda.
  25. Elisabeth-Gabrielle de Bérard de Bernis de Vestric de Montalet, nommée par le roi en 1737.
  26. Françoise de Foresta de Colongue, 1768.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Façade nord.

Armes datant de 1696 : d'azur à une crosse d'argent accolée d'un sarment de vigne de sinople fruité de 2 raisins de sable.

Protection[modifier | modifier le code]

L'abbaye fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri-Paul Eydoux, L'église de Vignogoul. In Monuments méconnus. Languedoc et Roussillon, Paris, Librairie Académique Perrin, 1979, p. 132-139.
  • Yvette Carbonell-Lamothe, L'abbaye du Vignogoul In Les Cisterciens de Languedoc (XIIIe-XVIe siècle). Cahiers de Fanjeaux, no 21, 1986, p. 269-281.
  • Pierre Arribat, Église de l'abbaye du Vignogoul (Commune de Pignan). BuIletin de la Société de Saint-Jean. 5e bulletin, années 1879-1880 et 1990-1881, p. 34-38.
  • Louis Secondy, Jean Nougaret, L'abbaye du Vignogoul, Association Culturelle de l'Abbaye de Vignogoul, 1998.

Liens externes[modifier | modifier le code]