Ossip Bernstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ossip Bernstein

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Ossip Bernstein vers 1902

Naissance 20 septembre 1882
Décès 30 novembre 1962 (à 80 ans)
Nationalité Drapeau de Russie Russe
Drapeau de France Français
Profession
Joueur d'échecs
Distinctions

Ossip Samoïlovitch Bernstein (en russe Осип Самойлович Бернштейн) (né le 20 septembre 1882 à Jytomyr (Ukraine) – mort le 30 novembre 1962 dans les Pyrénées françaises) était un grand maître international d’échecs et avocat financier russe puis français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né au temps de la Russie impériale dans une famille juive, Ossip Bernstein grandit dans le climat anti-juif de la Russie pré-révolutionnaire. Docteur en droit de l'université de Heidelberg en 1906, il devint avocat spécialisé en questions financières.

Bernstein était un homme d'affaires brillant qui acquit une fortune considérable qu'il perdit à trois reprises : une première fois lors de la Révolution d'Octobre, une deuxième fois au moment de la Grande Dépression et une troisième fois lorsque la France où il s'était réfugié fut envahie par l'Allemagne nazie en 1940. À cette époque, il dut s'enfuir en Espagne à cause de ses origines juives.

Après la Première Guerre mondiale, la Révolution d'Octobre et la Guerre civile russe, il fut arrêté à Odessa par la Tchéka (police secrète) et devait être fusillé parce qu'il était conseiller des banquiers. Face au peloton d'exécution, un officier supérieur demanda à voir la liste des condamnés. En voyant le nom d'Ossip Bernstein, il lui demanda s'il était le fameux joueur d'échecs. Pas satisfait de la réponse affirmative de Bernstein, il l'obligea à jouer une partie d'échecs contre lui. Si Bernstein perdait ou faisait partie nulle, il serait fusillé. Bernstein gagna en peu de coups et fut libéré. Il s'enfuit à bord d'un bateau anglais et s'établit à Paris[1].

Bernstein mourut dans un sanatorium des Pyrénées françaises en 1962.

« Bernstein » signifie ambre en allemand.

Carrière échiquéenne[modifier | modifier le code]

321 parties de Bernstein sont reprises dans la base de données Simbase[réf. nécessaire], il gagna 131 parties, en perdit 88 et en annula 102, soit 56 % de gains. Ossip Bernstein avait une prédilection pour la partie espagnole.

Avant la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Ossip Bernstein en 1909.

Au cours de sa longue carrière échiquéenne (de 1902 à 1954), Bernstein eut l’occasion de se mesurer en tournoi à de nombreux grands noms du noble jeu.

Après la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Ossip Bernstein en 1961.

Bernstein joua encore pour la France au premier échiquier aux Olympiades d’Amsterdam en 1954 (+5 –5 =5). Il faisait encore partie de l’équipe de France engagée aux 12e Olympiades à Moscou 1956, mais il ne joua pas pour cause de maladie.

Lorsque la Fédération internationale des échecs introduisit les titres officiels en 1950, Bernstein obtint le titre de grand maître international. Il réalisa d'excellentes prestations face à des joueurs tels que le deuxième champion du monde Emanuel Lasker (+2 –2 =1), Akiba Rubinstein (+1 –1 =7), Aaron Nimzowitsch (+1 –2 =4), Mikhail Tchigorine (+2 –1 =0) et Salo Flohr (+0 –0 =3). Il n'en fut pas de même face aux troisième et quatrième champions du monde José Raúl Capablanca (+0 -3 =1) et Alexandre Alekhine (+1 –8 =5).

Parties d’échecs mémorables[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. The Bobby Fischer I Knew and Other Stories, par Arnold Denker. Denker écrit que Edward Lasker publia pour la première fois cette histoire et que Bernstein la lui rapporta quand ils se rencontrèrent pour la première fois à Londres en 1946.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :