Église orthodoxe de Chypre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église de Chypre
(Εκκλησία της Κύπρου)
Fondateur(s) saint Paul puis Saint Barnabé
Autocéphalie/Autonomie déclarée 431
Autocéphalie/Autonomie reconnue 431
Primat actuel Archevêque Chrysostome II
Siège Palais archiépiscopal de Nicosie, Chypre

territoire=Chypre

Extension territoriale sans
Rite byzantin
Langue(s) liturgique(s) grec
Tradition musicale byzantine
Calendrier grégorien / julien révisé
Population estimée 525 000
Palais archiépiscopal à Nicosie avec la statue de l'éthnarque Makarios III

L'Église orthodoxe de Chypre ou simplement Église de Chypre ou parfois Église grecque orthodoxe de Chypre est une juridiction autocéphale de l'Église orthodoxe depuis 431. Le primat de l'Église porte le titre d'Archevêque de la Nouvelle Justinienne et de tout Chypre avec résidence à Nicosie (titulaire actuel : Sa Béatitude Chrysostome II depuis le 5 novembre 2006).

Pour la première fois de l'histoire, l'archevêque Chrysostome II s'est rendu à Rome du 13 au 16 juin 2007, où il a rencontré le pape Benoît XVI.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Église de Chypre a été fondée par saint Paul, d'abord à Salamine (actuelle Famagouste ou Ammokhostos) puis à Paphos.

À l'origine, le primat de Chypre était archevêque de Salamine qui était alors le plus grand port de l'île. La ville fut détruite par un tremblement de terre au début du IVe siècle. Lorsqu'elle fut reconstruite, on lui donna le nom de Constantia en l'honneur de Constance II. Saint Épiphane de Salamine porta ainsi le titre d'archevêque de Constantia.

L'Église de Chypre a d'abord dépendu du siège d'Antioche puis l'autocéphalie lui a été accordée par le Concile d'Éphèse, 3e concile œcuménique, en 431 (Canon 8).

Sous l'empereur Zénon (474-491) on retrouve le tombeau de Barnabé disciple du Seigneur près de Constantia (ancienne Salamine). La tombe contenait un exemplaire de l'évangile selon saint Matthieu. Cette découverte importante a valu au primat de l'Église de Chypre l'honneur de recevoir de l'empereur le droit d'user de trois prérogatives impériales :

  • 1. Signer à l'encre rouge.
  • 2. Porter un sceptre impérial au lieu d'une crosse épiscopale.
  • 3. Porter une mandia rouge plutôt que violette.

C'était une façon de confirmer l'autocéphalie de l'Église de Chypre et de dissuader toute tentative de mise sous tutelle.

L'archevêque actuel de Chypre use toujours de ces trois privilèges impériaux.

Au moment de l'invasion arabe, au VIIe siècle, la ville est à nouveau détruite en 648. L'archevêque dut quitter l'île pour la région de l'Hellespont sous la protection de l'empereur Justinien II. Au Sud-Ouest de la presquîle de Cyzique (actuellement Erdek, Turquie), il établit une nouvelle ville appelée « Nova Justiniana » (Nouvelle Justinienne) en l'honneur de son protecteur. En 698 les Arabes furent chassés de Chypre et l'archevêque put regagner l'île. Il conserva dans son titre le nom de la ville de l'Hellespont. Il devint alors Archevêque de la Nouvelle Justinienne et de tout Chypre.

Les Croisés occupèrent l'île entre 1191 et 1571. Pendant cette période, la hiérarchie orthodoxe se trouva soumise à l'autorité latine. Le nombre des évêques fut ramené de quatorze à quatre.

En septembre 2012, les chefs de l'église orthodoxe chypriote décident de baisser de 25 % leur salaire et de 15 % les émoluments du personnel laïque suite à la crise économique[1].

Organisation de l'Église de Chypre[modifier | modifier le code]

Avant 2002[modifier | modifier le code]

L'Église de Chypre comprenait :

  • 1. l'archevêché dont le territoire s'étendait sur Nicosie, Famagouste et le site archéologique de Salamine

et cinq métropoles qui étaient dans l'ordre honorifique :

Depuis 2008[modifier | modifier le code]

Entre 2002 et 2008, une série de décisions modifie considérablement le visage ancien de l'Église de Chypre.

  • 1. l'archevêché

Aux cinq métropoles anciennes s'ajoutent quatre métropoles nouvellement créées :

  • 7. Constantia (Famagouste, siège actuel à Paralimni)
  • 8. Kykkos et Tyllérie (évêque en 2002, l'higoumène devient métropolite en 2007)
  • 9. Tamassos et Orinie (banlieue Sud de Nicosie, siège à Politiko)
  • 10. Trimythonte (banlieue Sud-Est de Nicosie, siège à Lefkara)

Autres évêques :

  • L'higoumène de Machaira a rang d'évêque avec le titre de Ledra
  • L'higoumène de Saint-Néophyte a rang d'évêque avec le titre de Chytres
  • L'archevêque a quatre chorévêques qui portent les titres de Salamine, de Karpassia, de Néapolis et de la Mésorée.
  • Le métropolite de Paphos en a un avec le titre d'Arsinoé.
  • Le métropolite de Limassol en a un avec le titre d'Amathonte.

Cela fait en tout 19 évêques dont 11 sont titulaires d'un évêché.

Relations avec les autres Églises[modifier | modifier le code]

L'Église est membre du Conseil œcuménique des Églises ainsi que du Conseil des Églises du Moyen-Orient.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Calendrier de l'Église de Chypre
  • Calendrier de l'Église de Grèce
  • Wikipédia en grec pour la nouvelle organisation de l'Église de Chypre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Épiphane de Chypre, Discours spirituel, Introduction traduction et notes de l'archimandrite Épiphanios Efthyvoulou, Limassol, CSO, 1999 (en français).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]