Église Sainte-Marie-Majeure de Bonifacio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Sainte-Marie-Majeure
Vue du clocher et d'une partie de l'église depuis les étroites ruelles de la citadelle
Vue du clocher et d'une partie de l'église depuis les étroites ruelles de la citadelle
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église
Début de la construction XIIe siècle[B 1] ou XIIIe siècle[1]
Style dominant Roman
Protection Logo monument historique Classé MH (1982)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Corse-du-Sud
Commune Bonifacio
Coordonnées 41° 23′ 14″ N 9° 09′ 32″ E / 41.387145, 9.1590241° 23′ 14″ Nord 9° 09′ 32″ Est / 41.387145, 9.15902  

Géolocalisation sur la carte : Corse

(Voir situation sur carte : Corse)
Église Sainte-Marie-Majeure

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Sainte-Marie-Majeure

L'église Sainte-Marie-Majeure, ou église Sainte-Marie, est une église catholique située à Bonifacio, dans le département français de la Corse-du-Sud.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située en plein centre de la Haute-Ville (citadelle) de Bonifacio.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'existence de cette église est attestée dans les archives dès 1238[2]. Elle a probablement été construite au XIIe siècle par les Pisans. Mais la présence du blason de la république de Gênes sur l'un des portails semble indiquer qu'elle a été partiellement reconstruite par la suite par les Génois[B 1]. Elle est considérée comme le bâtiment le plus ancien de la ville[3]. Le clocher fut quant à lui construit au XIVe siècle[réf. souhaitée].

En 1516, le territoire de Bonifacio fut séparé de la pieve (circonscription religieuse) d'Ajaccio, et Sainte-Marie-Majeure devint l'église principale de la pieve de Bonifacio[2],[B 1].

En 1815, suite à l'annonce du retour de Napoléon Bonaparte de l'île d'Elbe, des Bonifaciens hissèrent le drapeau tricolore au sommet du clocher de Sainte-Marie-Majeure. Les royalistes ripostèrent en tirant au canon sur le clocher, ce qui lui causa d'importants dégâts[B 1].

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1982[4].

Architecture extérieure[modifier | modifier le code]

Le clocher (u Campanin)

L'église Sainte-Marie-Majeure est principalement de style roman[2]. Sa surface est de plus de 500 m2. Sa façade ouest, munie d'une rosace, est faite de calcaire blanc.

Le clocher, ou campanile (u Campanin en langue bonifacienne), a une hauteur de 25 mètres[2]. Sa base est de style roman, mais les quatre étages supérieurs sont de style gothique. Son couronnement date du XVIIIe siècle[B 1]. Richement sculptés, les trois étages centraux furent cependant endommagés par l'attaque des royalistes. Seul le côté nord est resté intact.

Intérieur[modifier | modifier le code]

L'intérieur est constitué de trois nefs. Chacune des nefs contient un autel en marbre polychrome du XVIIe siècle. Le maître-autel contient les reliques de saint Boniface, patron de la ville[B 1].

On y trouve une statue de la Vierge de l'Assomption, et une statue de saint François en marbre de Brando datée du XVIIe siècle[B 1].

Parmi les peintures, on trouve La Cène (XVIIIe siècle) de Saverio Farinole et L'Apparition du Christ à saint Isidore de J. Couston[B 1].

Vie médiévale[modifier | modifier le code]

Arc-boutants permettant d'alimenter la citerne en eau de pluie.

La loggia[modifier | modifier le code]

Devant l'entrée de l'église se trouve la loggia, une petite place couverte par des arcades à colonnes. Cœur de la cité médiévale à l'époque génoise, c'est là que se réunissaient les notables pour délibérer, rendre la justice ou rédiger des contrats[3].

La citerne[modifier | modifier le code]

Sous la loggia se trouve une ancienne citerne d'eau (a cisterna). D'une capacité d'environ 650 000 litres[2], elle est reliée aux maisons avoisinantes par des arcs-boutants permettant, en plus de leur rôle de soutien, d'acheminer l'eau de pluie. Cette citerne était particulièrement utile en temps de siège.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mairie de Bonifacio
  2. a, b, c, d et e [PDF] CDRP de Corse, L'Extrême-Sud, p. 14
  3. a et b [PDF] Plan de la ville, sur le site de l'office de tourisme
  4. « Église Sainte-Marie », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Claude Degott Serafino et al., Bonifacio, Albiana, 320 p. (présentation en ligne), chap. III (« De l'enfermement au grand espace »), p. 93-97

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]