Zar und Zimmermann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tsar et charpentier

Zar und Zimmermann
Tsar et charpentier
Description de cette image, également commentée ci-après
Pierre le Grand, charpentier.
Genre opéra
Nbre d'actes 3 actes
Musique Albert Lortzing
Livret Albert Lortzing
Langue
originale
allemand
Durée (approx.) 3 heures
Création
Stadttheater de Leipzig

Représentations notables

Berlin, le

Zar und Zimmermann (Tsar et charpentier) est un opéra comique en trois actes, musique et livret en allemand d'Albert Lortzing, basé sur la pièce de Georg Christian Römer Der Bürgermeister von Saardam, oder Die zwei Peter, elle-même basée sur une œuvre française intitulée Le Bourgesmestre de Sardam, ou Les deux Pierres de Anne-Honoré-Joseph Duveyrier, Jean-Toussaint Merle, et Eugène Centiran de Boirie. En 1956 il a été adapté au cinéma en Allemagne de l'Est sous le titre Zar und Zimmermann.

Historique[modifier | modifier le code]

L'opéra a été créé au Stadttheater de Leipzig, le . Lors de la première, le compositeur en personne a interprété le rôle d'Ivanov, alors que sa mère interprétait celui de la veuve Browe. Le véritable succès de l'œuvre a attendu sa création à Berlin, le . Dès lors Zar und Zimmermann est un des opéras essentiels du répertoire allemand[1].

En Catalogne, il a été créé au Grand théâtre du Liceu de Barcelone le [2].

C'est l'œuvre la plus réussie et perdurable de Lortzing, et elle est encore représentée régulièrement dans les pays de langue allemande. Dans les statistiques de Operabase, elle apparaît au 113e rang des opéras joués dans la période 2005-2010. Elle est classée 23e en Allemagne et la première de Lortzing, avec 30 représentations dans cette période.

L'air le plus connu de Zar und Zimmermann est l'aria du tzar «Sonst spielt'ich mit Zepter, mit Krone und Stern». Cette pièce était à l'origine une chanson maçonnique («Zum goldenen Rade») que Lortzing avait composée lors de son admission à la loge de Osnabrück[1].

Personnages[modifier | modifier le code]

Personnages Voix Distribution lors de la création,
le
(Chef: - )
Pierre le Grand, Tsar de Russie,
charpentier sous le nom de Pierre Mihailov
baryton Karl Becker
Pierre Ivanov, jeune charpentier russe et déserteur ténor Albert Lortzing
Van Bett, bourgmestre de Saardam basse Gotthelf Leberecht Berthold (de)
Marie, nièce de Van Bett soprano Caroline Günther-Bachmann
Marquis de Chateauneuf, ambassadeur français ténor Joseph Wilhelm Swoboda (en)
Veuve Browe, patronne des charpentiers mezzosoprano Caroline Günther-Bachmann
Général Lefort, ambassadeur russe basse Pogner
Lord Syndham, ambassadeur anglais basse Heinrich Richter
Un officier rôle parlé
Un serviteur du conseil rôle parlé
Un couple de fiancés rôles muets
Charpentiers, officiers, marins,
magistrats, citoyens de Saardam

Argument[modifier | modifier le code]

Lieu: Saardam, Pays-Bas
Époque: 1698

Acte I[modifier | modifier le code]

Atelier de construction navale à Saardam.

Le tsar Pierre Ier travaille comme apprenti charpentier au chantier naval de Saardam de la veuve Browe sous le nom de Peter Mikhailov pour se familiariser avec les techniques de construction navale. Il se lie d'amitié avec Peter Ivanov, un déserteur russe, qui est aussi un compagnon charpentier. Ivanov lui révèle son amour pour Marie la nièce du bourgmestre. Il se montre jaloux de Chateauneuf, qui essaie de conquérir Marie, mais elle le gronde. Apparaît le bourgmestre, qui se considère comme très astucieux, mais qui en réalité est assez stupide. Il apprend que le tsar doit résider dans sa ville. Il ordonne que l'on sonne la cloche pour convoquer tous les charpentiers. Bien que plusieurs travailleurs aient pour prénom Pierre, seulement deux sont en provenance de Russie. Voilà ce que le maire déclare joyeusement, mais bien sûr, dans sa naïveté, il prend le mauvais Pierre pour le tsar. Van Bett se trompe et pense que Pierre Ivanov est le tsar.

L’amiral Lefort, ambassadeur de Russie, informe son monarque que des émeutes ont éclaté en Russie. La situation est grave et exige sa présence. Par conséquent, le tsar ordonne de préparer son voyage de retour. La situation du tsar est compliquée parce que les ambassadeurs de Grande-Bretagne et France, Lord Syndham et le Marquis de Chateauneuf, tentent de l'identifier et de le gagner à leurs objectifs politiques. Chateauneuf plus psychologue, découvre le vrai tsar, lequel lui impose le silence et le convoque à un rendez-vous. Lord Syndham comme le maire prennent Peter Ivanov pour le tsar.

Acte II[modifier | modifier le code]

Le jardin d'une auberge.

Le fils de la propriétaire du chantier naval Browe célèbre un mariage. Toutes les personnalités sont présentes. Pierre Ivanov est pressé par l'ambassadeur anglais de signer une alliance avec son pays. Naturellement, il fait la sourde oreille. Soudain, un officier néerlandais avec des soldats entre dans la taverne. Parce qu'il est déjà arrivé plus d'une fois que les travailleurs expérimentés du chantier naval ont été débauchés par des étrangers, le gouvernement veut maintenant savoir ce qu'il en est. Chacun des ambassadeurs étrangers, qui sont tous présents incognito, révèlent leur identité à tour de rôle. Enfin, van Bett est convaincu que Pierre Mikhailov, le tsar, vient pour débaucher le personnel. Ce dernier se précipite vers le bourgmestre, et il s'ensuit une explication serrée. van Bett se cache sous une table.

Acte III[modifier | modifier le code]

Salle de l'Hôtel de ville.

Afin de recevoir dignement le haut dirigeant de la Russie, Van Bett étudie avec certains citoyens de sa ville une cantate de bienvenue écrite par lui et par le cantor. Sa nièce est profondément attristée que son bien-aimé Pierre soit le tsar, parce que leur mariage ne pourra pas alors avoir lieu. Quand elle ouvre au vrai Tsar son cœur, celui-ci la réconforte et lui annonce une fin heureuse.

Les événements se précipitent : le gouvernement a fermé le port, et ainsi Pierre ne peut pas partir. Son ami Ivanov vient à son secours. Il a reçu un passeport diplomatique lors de la fête de mariage d'hier de la part de l'ambassadeur d'Angleterre, et il le remet maintenant au tsar. En retour, il reçoit du tsar une lettre cachetée que lui seul sera autorisé à ouvrir dans une heure.

Van Bett vient avec sa chorale pour flatter avec des paroles pleines d'onction, d'humilité et de morale, le tsar présumé. Pierre Ivanov supporte tout très patiemment. Soudain, la nouvelle arrive, le tsar est sur le point de quitter la ville à bord d'un navire russe. Avec fierté, Pierre Ivanov lit la lettre de son ami : «Je donne mon consentement au mariage du surintendant impérial Pierre Ivanov avec la nièce du bourgmestre faible d'esprit ..."

Films[modifier | modifier le code]

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Année Distribution
(Marie, Pierre Ier, Syndham, Van Bett)
Chef,
Théâtre et orchestre
Label[3]
1929 Tilly da Garmo,
Willy Domgraf-Fassbaender,
Deszö Ernster,
Eduard Kandl
Hermann Weigert (en),
Orchestre et chœur de l'Opéra d'état de Berlin
Pearl GEM 0155
1936 Margot Gripekoven,
Georg Hann,
Hubert Buchta (Pierre Ivanov),
Wilhelm Strienz
Bruno Müller,
Orchestre et chœur de la radio de Stuttgart
Myto 943.103, Radio Years RY 87.88, Cantus Classics 500275
1951 Maria Madlen-Madsen (Marie),
Frank Fehringer (Pierre Ivanov)
Carl Alexander Häfner,
Orchestre et chœur de Hessischer Rundfunk
Walhall WLCD 0130
1952 Elinor Junker-Giesen,
Horst Günter,
Alfred Pfeifle (Pierre Ivanov),
Gustav Neidlinger
Ferdinand Leitner,
Orchestre et chœur du Württembergischen Staatstheater
DG447 829 2
1956 Irmgard Jacobeit,
Hermann Prey,
Max Pröbstl,
Kurt Böhme
Jan Koetsier (en),
Orchestre symphonique de la Radiodiffusion bavaroise, chœur de la Radiodiffusion bavaroise
Relief/Note 1 CR 1912
1959 Helga Hildebrand,
Marcel Cordes,
Manfred Schmidt (Pierre Ivanov),
Gottlob Frick
Berislav Klobučar,
Konzerthausorchester Berlin, chœur du Deutsche Oper Berlin
EMI 2 52221 2
1962 Renata Holm,
Eberhard Wächter,
Kurt Equiluz (Pierre Ivanov),
Ludwig Welter
Franz Bauer-Theussl (de),
Orchestre et chœur du Volksoper de Vienne
Eurodisc/Sony/BMG 88697 30646 2 (CD)
1965 Erika Köth,
Hermann Prey,
Siegfried Vogel,
Gottlob Frick
Robert Heger,
Staatskapelle de Dresde, chœur de la Radio de Leipzig
EMI 7 69091 2 (CD), EMI 29302/4 (2 LP), EMI 5 65754 2 (CD) (132 min 39 s)
1966 Ingeborg Hallstein,
Dietrich Fischer-Dieskau,
Friedrich Lenz (Pierre Ivanov),
Karl-Christian Kohn
Hans Gierster (de),
Orchestre symphonique de Bamberg
DG 445 047 2 (CD)
1976 Lucia Popp,
Hermann Prey,
Helmut Berger-Tuna,
Karl Ridderbusch
Heinz Wallberg,
Orchestre symphonique de la Radiodiffusion bavaroise, chœur de la Radiodiffusion bavaroise
Acanta 42 424 (2 CD), Acanta 40.22 424 (3 LP) (111 min 00 s)
1987 Barbara Bonney,
Wolfgang Brendel,
Kurt Rydl,
Kurt Moll
Heinz Fricke (en),
Orchestre symphonique de la Radiodiffusion bavaroise, chœur de la Radiodiffusion bavaroise
EMI 7 49369-2 (2 CD 140 min 29 s)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b András Batta. Ópera: Compositores. Obras. Intérpretes. Barcelona: Equipo de Edición, S.L. 2000. (ISBN 3-8290-2830-X)
  2. Alier, Roger. Guia Universal de la ópera. Barcelona, 2007, Ediciones Robinbook. (ISBN 978-84-96924-03-1)
  3. Discographie chez operone.de

Source de la traduction[modifier | modifier le code]