Zaouïa de Sidi M'hamed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Zaouïa de Sidi M'hamed Bou Qobrine
Image illustrative de l’article Zaouïa de Sidi M'hamed
Zaouïa de Sidi M'hamed Bou Qobrine
Devise Zaouïa Qadiriyya
Généralités
Création 1792
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Coordonnées 36° 44′ 59″ nord, 3° 03′ 56″ est
Adresse Belouizdad, Daïra de Hussein-Dey, Alger, Kabylie,
16 000 Wilaya d'Alger
Site internet marw.dz
Cadre éducatif
Réseau Confrérie Rahmaniya - Tharahmanith - Khalwatiyya
Type Zaouïa Soufie Sunnite Malikite
Tutelles Ministère des Affaires religieuses et des Wakfs,
Référence religieuse algérienne,
Zaouïas en Algérie
Formation Islam, Tawhid, Coran, Sunna, Hadîth, Charia.
Options Sunnisme, Acharisme, Malikisme, Soufisme Junaydi.
Langues étudiées Arabe, Tamazight.
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Point carte.svg

La Zaouïa de Sidi M'hamed Bou Qobrine est un édifice religieux situé à Alger en Algérie. Elle fait partie des Zaouïas en Algérie affiliées à la Confrérie Rahmaniya sous la tutelle du Ministère des Affaires religieuses et des Wakfs et de la Référence religieuse algérienne[1].

Construction[modifier | modifier le code]

Après trente ans d’absence d'Algérie, Sidi M'hamed Bou Qobrine revient au pays pour s’installer d’abord dans son village des Aït Smaïl, où il fonde la zaouïa de Bounouh[2],[3].

Il décide par la suite de s’installer en 1792 à Alger pour y fonder la zaouïa de Sidi M'hamed[4].

Il choisit de s’installer dans ce qui sera plus tard le quartier du Hamma où il fonde sa grande zaouïa qui rayonnera sur toute l'Algérie[5].

Description[modifier | modifier le code]

Cette zaouïa de Sidi M'hamed qui accueillait les pauvres, les orphelins et les étrangers, a été aussi une université où de nombreuses sciences étaient enseignées[6].

Elle est devenue le lieu privilégié de la Khalwa (ar) de ceux qui viennent demander l'initiation[7].

Le cheikh aura pour disciples Sidi Abderrahmane Bacha tarzi El Qosantini qui propagera la tariqa dans le Constantinois et dans tout l'est du pays, Sidi Ibn Azzouz El Bordji, Sidi Ameziane El Haddad, chef spirituel de la révolte des Mokrani, Sidi Ahmed Tidjani fondateur de la tariqa Tidjaniya et bien d'autres[8].

Sa Tariqa Khalwatiyya est devenue la Rahmaniya (ce qui donnera à la zaouïa Lalla Rahmaniya son nom), en référence à Abderrahmane, le nom de son père[9].

C’est ainsi que Sidi M’Hamed avait introduit la voie, la Tariqa Khalwatiyya en Algérie[10].

Il enseignera pendant environ 25 ans, jusqu’au jour où sentant sa santé décliner, il décide de rentrer chez lui, dans son village natal. C’est là-bas qu’il décède en 1793, à l’âge de 73 ans[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]