Mausolée de Sidi Abderrahmane Et-Thaâlibi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mausolée de Sidi Abderrahmane Et-Thaâlibi
Image dans Infobox.
La salle du tombeau de Sidi Abderrahmane Et-Thaâlibi
Présentation
Type
Partie de
Fondation
Religion
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le Mausolée de Sidi Abderrahmane et-Thaâlibi est une zaouïa situé à la basse Casbah d’Alger honorant la mémoire du saint patron de la ville, Sidi Abderrahman et-Thaâlibi. Elle fait partie des Zaouïas en Algérie sous la tutelle du Ministère des Affaires religieuses et des Wakfs et de la Référence religieuse algérienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien que Sidi Abderrahman et-Thaâlibi est mort en 1471, ce n'est qu'en 1611, pendant la domination ottomane en Algérie qu'il fut décidé de construire une qoubba pour abriter la sépulture du saint[1]. La qoubba aménagée coiffé d'une coupole est de type maghrébin comme celles que l'on retrouve à Tlemcen ou à Fez et présente des similitude avec les tombeau Saadiens, dont le plan est très populaire à l'époque[2].

En 1696, le dey d'Alger Hadj Ahmed entreprend des travaux d'aménagement de la zaouïa pour la transformer en mosquée en y ajoutant une salle de prière carré. La qoubba de type maghrébine va se voir influencée d'un nouveau style, avec une couverture en coupole analogue à celle d’Anatolie. La chambre sépulcrale se voit dotée d'un mihrab comportant deux colonnettes et de la faïence d'Asie mineure et sert d'oratoire[3].

Les travaux d'aménagement se terminent en 1730[1].

Le mausolée est l'un des monuments les plus célèbres et visités à Alger. Il a été visité par plusieurs monarques dont la reine Victoria qui a fait présent des lustres qui ornent la salle du tombeau. Le tombeau a également reçu la visite de la reine Amélie du Portugal, le roi Oscar de Suède, du roi Edouard VII et de la reine Alexandra d'Angleterre, et du président de la République Française, Alexandre Millerand en 1922[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ensemble Sidi Abderrahmane », sur museumwnf.org (consulté le )
  2. Comité du vieil Alger, Feuillets d'El-Djezaïr, Éd. du Tell, , 364 p. (ISBN 978-9961-773-04-8, lire en ligne), p. 150
  3. Feuillets d'El-Djezaïr, op.cit, p. 151
  4. Yvon Grena, Le diadème et les perles : une fenêtre ouverte sur le monde méditerranéen, Y. Grena, (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]