Yves Michaud (philosophe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yves Michaud et Michaud.
Yves Michaud
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Directeur
École nationale supérieure des beaux-arts
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (74 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

Yves Michaud, né le à Lyon, est un philosophe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Yves Michaud est reçu à l'École normale supérieure en 1964 ; il est premier à l'agrégation de philosophie en 1968. En 1981, il soutient à l'université Paris-Sorbonne sa thèse de doctorat en lettres et sciences humaines « Empirisme, analyse et philosophie chez David Hume », préparée sous la direction de Suzanne Bachelard.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Il devient successivement assistant, puis maître-assistant à l'université Montpellier III (1970-1981), professeur de philosophie à Berkeley, à Édimbourg, à Rouen (1981-1985), à São Paulo, puis à l'université Paris I (1985-1989 et à nouveau depuis 1996).

Il est également directeur de l'École nationale supérieure des beaux-arts de 1989 à 1997. Il est à nouveau professeur à Rouen, et membre de l'Institut universitaire de France de 2003 à 2009.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Université de tous les savoirs[modifier | modifier le code]

Yves Michaud est un des concepteurs de l'Université de tous les savoirs (UTLS) et des forums de la démocratie et du savoir[1].

L'UTLS a été créée par Jean-Jacques Aillagon dans le cadre la Mission 2000 en France[2] pour marquer le passage au XXIe siècle par une grande encyclopédie vivante de 366 leçons magistrales données au Conservatoire national des arts et métiers, une pour chaque jour de l’année 2000.

Esthétique et philosophie politique[modifier | modifier le code]

Ses domaines de prédilection sont l'esthétique (en particulier l'art contemporain) et la philosophie politique anglaise (Locke, Hume), sa spécialité étant la question de la violence sociale.

Il est le rédacteur en chef des Cahiers du Musée national d'art moderne du centre Georges-Pompidou de 1986 à 1990.

Il tient également sur le site du quotidien Libération un blog consacré à des questions de société et d'actualité[3].

Il est invité d'honneur du Festival international du livre d'art et du film en 2011[4],[5].

L'Esprit public[modifier | modifier le code]

De 2003 à 2009, Yves Michaud a été, en compagnie de Max Gallo et de Jean-Louis Bourlanges, l'un des intervenants permanents de l'émission L'Esprit public, diffusée chaque dimanche matin sur France Culture et présentée par Philippe Meyer. Il y présentait un point de vue libéral.

Il affirme au cours d'un interview en 2009[6] qu'il en aurait été congédié le 7 octobre 2009 en raison de ses prises de position dans l'affaire Polanski.

Engagements politiques[modifier | modifier le code]

Il aurait signé en 2007 l'appel des intellectuels appelant à voter pour Ségolène Royal[7],[8],[9],[10], ce qu'il dément par la suite en 2018[11].

Il se revendique d'une « gauche libertaire » et fut proche de François Hollande qu'il décrit néanmoins comme « un pur opportuniste »[12].

Décorations[modifier | modifier le code]

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Violence et politique, 1978
  • Hume et la fin de la philosophie, 1983 ; réimpr. 1999
  • La Violence, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1986 ; nouv. éd. 1998
  • Locke, 1986 ; réimpr. 1998
  • Enseigner l'art ? : analyses et réflexions sur les écoles d'art, Nîmes, 1993 ; nouv. éd. 1999 (ISBN 2-87711-209-8)
  • La Crise de l'art contemporain, 1997 ; réimpr. 2005
  • Humain, inhumain, trop humain, 2001 ; nouv. éd. 2002
    • Humain, inhumain, trop humain : réflexions philosophiques sur les biotechnologies, la vie et la conservation de soi à partir de l'œuvre de Peter Sloterdijk, suivi de Le Diable dans les détails, nouvelle éd. revue et augmentée, Paris, Climats, 2006
  • Changements dans la violence : essai sur la bienveillance et sur la peur, 2002
  • L'Art à l'état gazeux : essai sur le triomphe de l'esthétique, 2003
  • Université de tous les savoirs : le renouvellement de l'observation dans les sciences, 2004
  • Chirac dans le texte, la parole et l'impuissance, 2004
  • Précis de recomposition politique : des incivismes à la française et de quelques manières d'y remédier, Paris, Climats, 2006
  • L'artiste et les commissaires : quatre essais non pas sur l'art contemporain mais sur ceux qui s'en occupent, Paris, Hachette, 2007
  • Qu'est-ce que le mérite ?, Bourin éditeur, 2009
  • Ibiza mon amour : Enquête sur l'industrialisation du plaisir, Nil, , 351 p. (ISBN 2841115208)
  • Le Nouveau Luxe, Stock, 2013 (ISBN 978-2-234-06478-2)
  • Narcisse et ses avatars, Grasset et Fasquelle, 2014 (ISBN 978-2-246-81050-6)
  • Contre la bienveillance, Stock, 2016 (ISBN 978-2234081185)
  • Citoyenneté et loyauté, Kero, 2017 (ISBN 9782366582321)
  • Avec Sébastien Clerc : Parler de religion en classe. Belin Education, coll. Guide de l'Enseignement, 2018 (ISBN 979-10-358-0216-5)
  • Aux armes, citoyens, dialogue avec Denis Lafay, Acteurs de l'économie & Éditions de L'aube, 2018, (ISBN 978-2-8159-2678-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À partir de 2001, une association est créée, UTLS-la suite, pour proposer gratuitement au grand public des conférences données par les plus grands scientifiques, chercheurs et intellectuels venus faire part de l’état de leurs recherches les plus actuelles. L'association est soutenue par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le ministère de l’Éducation nationale ainsi que plusieurs régions : Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Aquitaine, Bourgogne, Auvergne, Nord-Pas-de-Calais. L'association a cessé son activité le 29 septembre 2013.
  2. Voir sur labyrinthe.revues.org.
  3. Voir sur traverses.blogs.liberation.f.
  4. « SOFIA, Dossier de presse FILAF 2012 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  5. « Une conversation avec Ferran Adrià, l'artiste du restaurant El Bulli », sur traverses.blogs.liberation.fr, 4 juillet 2011.
  6. « Yves Michaud viré de France Culture : "J'ai été doublement cocu de Polanski" », sur agoravox.fr, le 6 novembre 2009.
  7. Appel, dans le Nouvel Observateur, le 1er mars 2007.
  8. Paris Match, 29.03.2016 Yves Michaud contre "la tyrannie des bons sentiments"
  9. La dépêche du midi 28.02.2007, Des intellectuels appellent à voter Royal
  10. L'express, 21.06.2016, Yves Michaud: "Tout communautarisme va contre le contrat social"
  11. https://www.facebook.com/yves.michaud.104/posts/2206717969601370
  12. « Yves Michaud contre "la tyrannie des bons sentiments" », entretien, parismatch.com, 29 mars 2016.
  13. Décret du 13 juillet 2009 portant promotion et nomination.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Entretiens[modifier | modifier le code]