Xalbador

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Xalbador
Urepel, hommage à Xalbador
Urepel, poème de Xalbador, apposé sur le mur du trinquet

Fernando Aire Etxart dit Xalbador, né le 19 juin 1920 et décédé le 7 novembre 1976 à Urepel, est un bertsolari renommé du Pays basque nord. Berger et agriculteur, il demeure toute sa vie dans sa commune natale. Il se marie avec Léonie Etxebarren en 1943, et a quatre enfants.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il nait dans la ferme de « Xalbadorenea » en 1920 et à cette époque, les Basques prennent le surnom du lieu où ils vivent, ce qui est le cas de Fernando Aire Etxart.

La première de ses improvisations publiques date de 1936 à Urepel. À partir de 1960, et jusqu'à sa mort, il participe à tous les championnats de bertsolaris organisés à Saint-Sébastien (Espagne) (Donostia - Pays basque sud), faisant équipe avec Mattin Treku.

  • Championnat général de Saint-Sébastien 1962: 3e
  • Championnat général de Saint-Sébastien 1965: 3e
  • Championnat général de Saint-Sébastien 1967: 2e
  • Prix Xempelar - Saint-Sébastien 1972 - 1973 -1974 -1975 : 1er à chacune de ses participations
  • Prix Txirristaka - Saint-Sébastien 1974 -1975 -1976 : 1er à chacune de ses participations

Quant à son métier, il dira : « C’est dans le métier de berger que je m’épanouissais le plus, mais on ne me laissa pas m’occuper du troupeau avant que j’en exprime la volonté. Pourtant, à quatorze ans j’avais déjà pris en charge tous les travaux en rapport avec les brebis. Jusqu’à la disparition de mon père, le métier de berger constitua ma principale tâche ; par la suite, je fus contraint de m’occuper de tout. »

Il décède à Urepel le 7 novembre 1976, mais les conditions de sa disparition font de Xalbador une légende. En effet, le jour de sa mort, tous ses amis étaient réunis pour fêter la présentation publique d'un recueil de textes, et c'est au soir de cette journée là que l'homme, sensible, mourut d'une crise cardiaque.

Hommage[modifier | modifier le code]

L'auteur compositeur et interprète Xabier Lete écrivit (avec Lourdes Iriondo) la chanson Xalbadorren heriotzean (À la mort de Xalbador) en hommage au poète disparu. C'est l'une des chansons des plus connues à travers tout le Pays basque.

Le collège ikastola de Cambo-les-Bains porte son nom.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Ezin bertzean (Par nécessité) en 1969
  • Odolaren mintzoa (La voix du sang) en 1976
  • Herria gogoan (Le peuple à l'esprit) en 1981

Extrait[modifier | modifier le code]

Extrait d'Odolaren mintzoa, Auspoa 1976, p. 83-85

Sortetxeari

Oi gure etxe maitea,
orroitzapenez betea,
zorionaren atea !
Zure altzoan iragana dut
sortzetik orai artea.
Izanagatik pobrea,
bertzeak baino hobea
ni sortu nintzan etxea.

Amak, munduratekoan,
etxea, zure xokoan
hartu ninduen besoan.
Geroztik hunat eduki nauzu
zure geriza goxoan.
Nabilalarik kanpoan
ez naiz sosegó osoan,
beti etxea gogoan.

Dudalarik zerbait pena
zu zaitut lagun lehena,
ihes leku hoberena.
Zure alderat inguratzen naiz
ahalik eta maizena.
Munduko leku maitena,
zuri zor dautzut naizena :
izana eta izena.

Arbason eskutik jina,
o egoísta atsegina,
ez dakit zure adina.
Heiek lurpean estale ziren
zutan utzirik arima.
Hain amultsuki egina,
heientzat zer bihotz mina
zutaz gabetzen bagina !

À la maison natale

Ô notre maison bien-aimée,
pleine de souvenirs,
porte du bonheur !
Je suis resté dans ton giron
depuis ma naissance jusqu'à ce jour.
Bien que pauvre,
meilleure que les autres
la maison où je naquis.

Au moment de ma naissance
ma mère me prit dans ses bras
etxea au creux de toi.
Depuis lors et jusqu'aujourd'hui tu m'as gardé
sous ta douce protection.
Lorsque je me promène au dehors
je ne suis pas dans une totale quiétude,
ayant toujours l'etxe à l'esprit.

Lorsque j'ai quelque peine
c'est toi mon premier soutien,
mon meilleur refuge.
Vers toi je reviens
aussi souvent que possible.
Endroit du monde le plus cher à mon cœur ,
c'est à toi que je dois ce que je suis :
et mon être et mon nom.

Reçue des mains des ancêtres,
ô agréable demeure,
je ne connais pas ton âge.
Ils ont été recouverts de terre
mais ont laissé leur âme en toi.
Construite avec tant d'affection,
quelle serait leur peine
si nous devions t'abandonner !


Etxetik hoinbertze gazte,
kanporat zorion eske
zoraturik bazoazte,
bizi-moduak behartuz edo
etxea ez aski maite ?
Gure faltaz balezate
Arrotzek etxe hau bete,
hobendun haundi gintaizke.

Zutaz hainbertze entzuna,
aunitzentzat ezaguna,
o bizipide urruna !
Nik betidanik arbuiatu dut
Zure aberastasuna.
Hau da guk deraukaguna,
zu baitan eskas duzuna :
etxeko goxotasuna.

Ene haur onak, badakit
Luzaro gabe engoitik
Joanen naizela mundutik.
Arbason ganik ukan dohaina
Ez utz sekula eskutik,
aldegitean hemendik
heier erraitea gatik :
Etxea han dago xutik !

Pertsu hauk bururatzean,
asken finez orroitzean,
emanen naiz otoitzean :
Etxea, noizbait utziko zaitut
Aunitz pena bihotzean ;
Jaunak, zure babesean,
nola bainintzan sortzean,
naukala heriotzean.


Hors de la maison tant de jeunes,
en quête de bonheur
s'en vont éblouis,
parce que la vie actuellement l'exige ou
faute d'aimer assez l'etxe ?
Si par notre faute
les étrangers emplissaient cette maison,
nous en serions les grands coupables.

Ô modes de vie lointains
on en entend tellement sur vous
et tant vous connaissent !
De tout temps
j'ai méprisé vos richesses.
Voici ce que nous avons-nous
et qui vous fait défaut :
la douceur de l'etxe.

Mes chers enfants, je sais
que désormais avant longtemps
je m'en irai de ce monde.
Le legs de vos ancêtres
ne le laissez jamais quitter vos mains,
en quittant ce monde
que je puisse leur dire :
la maison est là-bas debout !

En terminant ces vers,
me rappelant ma fin dernière,
je vais me mettre en prière :
Etxea, je te laisserai un jour
le cœur rempli de peine ;
que le Seigneur me garde sous ta protection,
au moment de la mort,
comme lors de ma naissance.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]