Xalbadorren heriotzean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Xalbadorren heriotzean[1] est une chanson et un poème de Xabier Lete de l'album Lore bat, zauri bat (Une fleur, une blessure), qui traduit du basque signifie « Dans le décès de Xalbador ». Elle est aussi connue dans le langage courant sous le nom de « Urepeleko artzaina »[2] en basque ou « le berger d'Urepel » en français.

Elle a été écrite en hommage au poète disparu qu'est Xalbador. C'est l'une des chansons des plus connues avec Txoria txori à travers tout le Pays basque.

Écrite en 1978, soit deux ans après le décès du bertsolari à Urepel le 7 novembre 1976[3], cette chanson a été interprétée par un grand nombre d'artistes tels que le poète Erramun Martikorena, le groupe Arrantzaleak, Magali Zubillaga, Benito Lertxundi, Anne Etchegoyen entre autres.

Xalbadorren heriotzean

Adiskide bat bazen orotan bihotz bera,
Poesiaren hegoek
Sentimentuzko bertsoek antzaldatzen zutena.

Plazetako kantari bakardadez josia,
Hitzen lihoa iruten
Bere barnean irauten oiñazez ikasia, ikasia.

(Errepika)
Nun hago, zer larretan
Urepeleko artzaina,
Mendi hegaletan gora
Oroitzapen den gerora
Ihesetan joan hintzana. (bis)

Hesia urraturik libratu huen kanta
Lotura guztietatik
Gorputzaren mugetatik aske senditu nahirik.

Azken hatsa huela bertsorik sakonena.
Iñoiz esan ezin diren
Estalitako egien oihurik bortitzena, bortitzena.

Nun hago...

Lors du décès de Xalbador

Il y avait un ami, un être profond et sensible
transfiguré par les ailes de la poésie,
par les vers surgis d’un profond sentiment intérieur.

Un chanteur qui parcourait les places, transi de solitude
qui avait appris dans la douleur à tisser les mots pudiquement,
à partir de l’incorruptible vérité de son être intérieur.

(Refrain)
Où es-tu, dans quels pâturages,
berger d'Urepel ?
toi qui as fui
vers les flancs de la montagne,
vers les lendemains qui demeurent dans le souvenir. (bis)

Tu as libéré la chanson en démolissant les barrières
cherchant avec ardeur
la liberté au-delà des attaches et des limites du corps.

transformant ainsi ton dernier soupir dans le vers le plus profond,
en un cri violent
de vérités insondables qui ne peuvent jamais être exprimées.

Où es-tu...

Xabier Lete en concert. (1971)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Veinte años de canción en España, 1963-1983: De la esperanza. Apéndices, Fernando González Lucini, Grupo Cultural Zero, 1984
  2. Urepelego artzaina en dialecte local.
  3. les conditions de sa disparition font de Xalbador une légende. En effet, le jour de sa mort, tous ses amis étaient réunis pour fêter la présentation publique d'un recueil de textes, et c'est au soir de cette journée là que l'homme sensible, mourut d'une crise cardiaque.

Liens externes[modifier | modifier le code]