Pays Quint

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quint (homonymie).
Pays Quint
L'église d'Urepel. À ses pieds, un panneau indique le pays Quint.
L'église d'Urepel. À ses pieds, un panneau indique le pays Quint.
Massif Pyrénées
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté espagnole Navarre
Communes françaises Aldudes, Banca, Urepel
Coordonnées géographiques 43° 02′ N 1° 26′ O / 43.033, -1.433 ()43° 02′ Nord 1° 26′ Ouest / 43.033, -1.433 ()

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Atlantiques)
Pays Quint

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Pays Quint
Orientation
Longueur
Type
Écoulement Nive des Aldudes ?

Le pays Quint, Kintoa en basque, ou Quinto Real en espagnol, est un territoire situé en zone frontalière franco-espagnole, au sud de la vallée des Aldudes en Pays basque, appartenant à l'Espagne, mais exploité par la France.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[1] mentionne que le nom de Quint a été donné à ce pays « du droit de glandage pour les pourceaux, qu'on appelle communément "droit de quint", transféré par Charles III, roi de Navarre, aux barons d'Espelette »[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le pays Quint est un territoire espagnol, situé au sud de la vallée des Aldudes, à la limite des communes d'Aldudes, d'Urepel et de Banca.

C'est une zone de pâturages et de bois qui s'étend sur deux à six kilomètres pour une surface de 2 500 hectares.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pays fit longtemps l'objet de sanglantes disputes entre bergers français de Baïgorry et espagnols du val d'Erro.

Le traité de Bayonne, signé le 2 décembre 1856, décida de la répartition territoriale et du régime de jouissance de cette zone contestée[3].

Jusqu'en 1700[4], le pays Quint était plus vaste qu'aujourd'hui, comprenant les terres des Aldudes, de Banca et d'Urepel, alors inhabitées, et indivis. Les fils cadets de Baïgorry, exclus de la succession patrimoniale (la tradition basque assure la transmission des biens et titres familiaux à l'aîné, homme ou femme), défrichèrent et s'implantèrent sur ce territoire.

On trouve à Aldudes un linteau portant l'inscription en espagnol Esta casa es de bal de Erro - 1753 ('cette maison est de la vallée d'Erro - 1753').

Statut particulier[modifier | modifier le code]

Le traité de 1856 accorda à l'Espagne la propriété du territoire, et à la France la jouissance indivise sur la partie nord de la zone, et la jouissance moyennant une rente annuelle pour le pacage des troupeaux sur la partie sud, versée par la vallée de Baïgorry[3].

Aujourd'hui, le statut hybride perdure, la poste française assurant la distribution du courrier, ERDF l'électricité, et la guardia civil espagnole la sécurité.

En ce début de XXIe siècle[4], huit familles françaises habitent cette terre espagnole, où l'électricité a été installée en 1979 et le téléphone en 1983, paient leurs impôts fonciers en Espagne, mais la taxe d'habitation en France, envoient leurs enfants à l'école française et bénéficient des prestations des allocations familiales françaises. Les troupeaux de vaches qui traversent et pâturent pour leur transhumance dans le pays Quint, en provenance de la France, sont marqués au fer rouge du sigle V.E. (vallée d'Erro).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  2. 1614, volume CXV, feuillets 115 et suivants de la collection Duchesne dont les volumes 99 à 114 renferment les papiers d'Oihénart, ancienne bibliothèque impériale - Bibliothèque nationale de France
  3. a et b Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975,‎ 1975 (ISBN 978-2-7003-0038-3), page 16.
  4. a et b Gérard Moutche, Que disent les maisons basques ?, Paris, Atlantica 2010,‎ 2010 (ISBN 978-2-7588-0177-1), page 149.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Hourmat, « Contribution à l'histoire du Pays Quint : problèmes frontaliers au début du XIXe siècle », Euskal Herria (1789-1850), Actes du Colloque international d'études basques, Bordeaux, 3-5 mai 1973, Bayonne, 1978, p. 97-127 ;
  • Fernando de Arvizu, El Conflicto de los Alduides (Pirineo navarro), Pamplona, 1992 ;
  • Gérard Moutche, Que disent les maisons basques ?, Paris, Éditions Atlantica - avril 2010,‎ 2010 (ISBN 978-2-7588-0177-1).