Irouléguy (AOC)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Irouléguy
Image illustrative de l’article Irouléguy (AOC)
La chapelle Saint-Vincent et son vignoble sont à l’origine de l’AOC Irouléguy.

Désignation(s) Irouléguy
Appellation(s) principale(s) irouléguy[1]
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis 1970
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble du Sud-Ouest
Sous-région(s) piémont pyrénéen (Pays basque)
Localisation Pyrénées-Atlantiques
Climat tempéré océanique à tendances méditerranéenne et montagnarde
Cépages dominants tannat N, cabernet franc N, courbu blanc B, de petit manseng B et gros manseng B[2]
Vins produits rouges, rosés et blancs
Pieds à l'hectare minimum 4 000 pieds par hectare
Rendement moyen à l'hectare maximum 55 à 60 hectolitres par hectare[3]

L’irouléguy[1] est un vin français d'appellation d'origine contrôlée produit dans le département des Pyrénées-Atlantiques, portant le nom d'Irouléguy, petit village basque de la Basse-Navarre. Son nom en basque est Irulegiko arnoa.

Il s'agit de l'un des plus petits vignobles de France, le seul du pays basque français. Il est classé AOC depuis 1970.

Histoire[modifier | modifier le code]

Caravane muletière chargée de jarres de vin sur le chemin de Saint-Jacques

L'histoire du vignoble est liée au pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. En effet, il est formé au XIe siècle par les moines de Roncevaux qui plantèrent des vignes autour de l’ancienne église Saint-Vincent du village d’Irouléguy pour un vin destiné aux pèlerins. Après la signature du Traité des Pyrénées (1659), les moines quittent leur vignoble et les habitants prennent possession des vignes.

Après un déclin dû à la crise phylloxérique et à la guerre mondiale de 1914-1918, un groupe d'agriculteurs crée la cave coopérative de Saint-Étienne-de-Baïgorry.

Le , l'irouléguy accède à l'AOVDQS. Le , les vins d'Irouléguy sont classés en AOC.

Vignoble[modifier | modifier le code]

Il représente une production de 5 500 hl, répartie pour environ 70 % de vin rouge, 20 % de vin rosé et 10 % de vin blanc. La surface avoisine les 200 ha, répartis sur les territoires de quinze communes :

Aincille, Anhaux, Ascarat, Bidarray, Bussunarits-Sarrasquette, Bustince-Iriberry, Irouléguy, Ispoure, Jaxu, Lasse, Lecumberry, Ossès, Saint-Étienne-de-Baïgorry, Saint-Jean-le-Vieux et Saint-Martin-d'Arrossa.

Cépages[modifier | modifier le code]

En rouge et rosés, les vins sont à base de tannat, cabernet franc et cabernet sauvignon. Les vins blancs sont issus de courbu blanc, du petit courbu B, de petit manseng et gros manseng.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  3. Décret du 18 septembre 2009.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]