Utah Phillips

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bruce Duncan « Utah » Phillips (né le 15 mai 1935 - mort le ) est un chanteur, auteur-compositeur-interprète et guitariste folk américain[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Bruce est le fils de Frances Kathleen Coates et Edwin Deroger Phillips à Cleveland dans l'État de l'Ohio, Phillips a suivi les cours de la East High School de Salt Lake City dans l'État de l'Utah. Son père était délégué syndical, et l'activisme de ses parents a toujours joué un rôle sur sa personnalité et son travail. Son père était adhérent au mouvement Industrial Workers of the World, les wobblies du quartier général de Chicago, à l'époque où Phillips voyageait suivant les voies ferrées et écrivait ses premières chansons[2].

Au début de 1956, il servit l'Armée de terre des États-Unis pendant trois ans, puis quitta les forces armées à la dévastation de la Corée de l'après-guerre, autre acte qui a grandement influencé sa manière de penser.

Carrière[modifier | modifier le code]

Juste après son service militaire, il revint à Salt Lake City, et se joignit au Mouvement ouvrier catholique, rejoignant par là une mission d'hospitalité nommée d'après l'activiste Joe Hill[3],[4]. Phillips y travailla huit années durant, puis se présenta aux élections sénatoriales en tant que candidat du Peace and Freedom Party (1968). Il obtint 2,019 votes (0,5 %). Il représenta également son propre parti, le Do-Nothing Party, lors des élections de 1976[5].

Emule du vocaliste country T. Texas Tyler, il prit le pseudonyme de U. Utah Phillips en sa mémoire[6]

Utah Phillips fit la rencontre de la chanteuse folk Rosalie Sorrels au début de la décennie de 1950, et il s'en suivit une amitié très proche, Rosalie fut la première chanteuse à chanter les chansons écrites par Utah Phillips. Utah quitta l'Utah dans la décennie suivante et s'établit à Saratoga Springs[7], où il se lia d'amitié avec les habitués du Caffé Lena, où il se représenta en concert plusieurs fois.

Fier membre du Industrial Workers of the World (IWW or Wobblies) à son tour, Phillips est toujours resté anarchiste chrétien et pacifiste, iconoclaste et artiste, popularisant le gospel Wobbly en faveurs des mouvements qu'il soutenait : ses classique s'intitulent Hallelujah, I'm a Bum, The Preacher and the Slave, Bread and Roses, etc.
Good Though![8], son premier album, connut le succès de ses chansons les plus connues[9].

En 1991, Utah Phillips enregistra en une prise un album de poèmes, de chansons et nouvelles racontées intitulé I've Got To Know inspirés par sa colère contre la Première Guerre du Golfe. Mentor de Kate Wolf, il sortit un album, The Long Memory (1996) en collaboration avec Rosalie Sorrels, qui devait à l’origine être un projet d'études scolaires, Worker's Doxology pour le Cold-drill Magazine, magazine universitaire. Sa protégée et duettiste Ani DiFranco, enregistra deux albums : The Past Didn't Go Anywhere en 1996 et Fellow Workers en 1999[10]. Il fut nommé pour un Grammy Award pour ses réalisations avec DiFranco, sa chanson Green Rolling Hills devint un hit lors de sa reprise par Emmylou Harris.

Dernière partie de carrière[modifier | modifier le code]

Utah Phillips, pour gagner sa vie, fut archiviste, fit la lessive, et fut responsable d’entrepôt[11].

Il fut également membre d’organisations socio-politiques, soutenant des mouvements de combats pour les forces ouvrières. Son activisme reconnu lui vaut de faire partie d'unions syndicalistes : de fonderie à mineur, des métallurgistes aux musiciens, tous le reconnaissent comme un modèle de solidarité avec les démunis ; il est fait membre honoraire d'une communauté de Sans domicile fixes appelée Dignity Village. Son pacifisme le fait adhérer au Vétérans pour la Paix et du Centre de La Paix du Comté de Nevada[11].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il s’intéressa en amateur à la chimie, la poésie, la culture mormon, la cuisine, l'histoire[12], l'égyptologie; la linguistique ; l'alphabet runique[11]. Grand raconteur, Utah Phillips fut animateur de sa propre émission en radio Loafer's Glory: The Hobo Jungle of the Mind, jusqu'à la perte de ses financements, qui força la radio associative à fermer.

Il a épousé Joanna Robinson à Nevada City le 31 juillet 1989[11].

Acetate Stencil commémorant la vie et la mort de Utah Phillips (1935-2008)

Phillips a vécu vingt-et-une années à Nevada City, travaillant là dans un refuge pour démunis[13] and the Peace and Justice Center[2].

En août 2007, Utah Phillips annonça une opération pour un cathéter : il ne pourra à l'avenir plus assurer aucun concert[14],[15]. Cinq mois plus, tard, il refuse une transplantation cardiaque (janvier 2008)[2]. Utah Phillips est décédé à la suite de complications cardiaques à l'âge de 73 ans quelques mois plus tard[1], laissant derrière lui son épouse, ses deux fils Duncan et Brendan, et une fille, Morrigan[2]. Les funérailles se tinrent le 1er juin 2008 dans le Parc Pioneer, à Nevada City, officiées par le pasteur Meghan Cefalu, pasteur unitarien.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio

  • 1992 I've Got to Know
  • 1996 The Long Memory
  • 1996 The Past Didn't Go Anywhere
  • 1999 Fellow Workers
  • 1997 Heart Songs
  • 1997 Loafer's Glory
  • 1999 The Moscow Hold
  • 2005 Starlight on the Rails

Autres

  • 1974 Good Though!
  • 1975 El Capitan
  • 1983 We Have Fed You All a Thousand Years
  • 1985 Don't Mourn– Organize
  • 1992 Rebel Voices
  • 1997 Legends of Folk
  • 1997 The Telling Takes Me Home
  • 2000 Making Speech Free
  • 2001 The Rose Tattoo

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b "Utah Phillips Has Left the Stage", KVMR, Nevada City, California, 24 mai 2008. Consulté le 24 mai 2008.
  2. a, b, c et d (en) Jeff Pelline, Butler, Pat, « From hobo to fame », The Union,‎ 26 mai 2008 (consulté le 26 mai 2008)
  3. (en) Fast Rattler, « Utah Phillips on the Catholic Worker, Polarization, and Songwriting » [interview] (consulté le 1 mars 2008)
  4. (en) « Interview with Utah Phillips » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2008-03-01
  5. [(en) Tom Hawthorn, « Unapologetic Wobbly folk singer found a second home in Canada » [obituary, The Globe and Mail] (consulté le 16 juin 2008)]
  6. Direct quotation from his biography in The Washington Post, 30 mai 2008.
  7. dans l'État deNew York
  8. expression humoristique emblématique et courante lors des préambules à ses chansons, comme Moose Turd Pie
  9. (en) « Moose Turd Pie » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2008-01-12
  10. album en duo
  11. a, b, c et d (en) « Bruce Phillips », The Union,‎ 29 mai 2008 (consulté le 7 juin 2008)
  12. surtout celle des États-Unis et du continent asiatique et de ses personnages emblématiques, du plus connu au moins connu : Joe Hill est un exemple, mais on peut encore citer Mother Jones
  13. (en) Tony Russell, « Utah Phillips: Folksinger, songwriter and bard of the last days of the US railroad », The Guardian, London,‎ 24 juin 2008 (lire en ligne)
  14. (en) U.Utah Phillips, « The Latest From FW Utah Phillips » [announcement] (consulté le 24 février 2008)
  15. (en) « Retirement Announcement » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Mis en ligne le 2008-02-27, consulté le 2008-03-01

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :