Union des étudiants de droite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Union des étudiants de droite
Histoire
Fondation
Dissolution
Cadre
Sigle
UEDVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Organisation
Positionnement

L'Union des étudiants de droite est un syndicat étudiant d'extrême droite, fondé en 1978 et dissous en 1986[1], qui incarna le combat nationaliste et anticommuniste à l'Institut d'études politiques de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

L'Union des étudiants de droite naît d'une volonté de rassemblement et d'unité des mouvements du Groupe union défense (GUD), du Groupe action jeunesse (GAJ), du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (GRECE), et d'anciens membres du Comité France-Allemagne afin d'être présent sur le terrain électoral. Le journaliste de Le Monde Laurent Greilsamer résume la stratégie adoptée : « Nous devons jouer le jeu démocratique puisque tout le monde le joue, mais seule la force paie »[2].

À sa création en 1978, l'UED appelle à l’union des droites et de tous ses courants de pensée (« maurrassiens, indépendants, gaullistes [réf. nécessaire]… ») : « L’U.E.D. s’opposera fermement à toutes les propositions qui, sous couvert de “démocratisation”, visent à instaurer la démagogie et le terrorisme marxiste [et le] danger croissant que fait peser la montée de la gauche à l’extérieur et à l’intérieur de Sc.Po »[3] ». L'UED organise en mars 1980 un meeting avec l'Association Europe-Afrique du Sud sur le thème de l'apartheid, en présence d'un membre de l'ambassade sud-africaine[2]. En avril et mai 1983, il participe aux grèves et manifestations contre la Réforme Savary des universités de 1983 du ministre socialiste de l'Education Alain Savary ; la presse parle alors d'un « Mai 68 à l'envers » mais les militants de l'UED y participent en grande partie sous la bannière du Gud.

Participant à plusieurs élections universitaires, il obtient une place électorale non négligeable, puisque le syndicat culmina à 17 % des suffrages en 1984, bien qu'il soit opposé à d'autres formations se réclamant de la droite comme l'Union des étudiants gaullistes ou le Collectif des étudiants libéraux de France[3]. L'UED lance quelques composantes parallèles telles que le Rassemblement Autonome et Total pour l'Ordre Nouveau, ou la Junte Universitaire d'Intervention Fasciste[2].

L'Union des étudiants de droite éditait une revue du nom de Réplique, qui comptait parmi ses rédacteurs le journaliste d’extrême droite Emmanuel Ratier[3].

L'ancienne secrétaire d’État aux affaires européennes du Gouvernement Édouard Philippe Nathalie Loiseau a figuré sur une de ses listes lors des élections étudiantes de janvier 1984 à l'Institut d'études politiques de Paris, où les listes de l'UED obtiennent 16 à 17 % des voix[3],[4]. Sur cette même liste figurait alors Christophe Bay, un haut fonctionnaire qui a participé officieusement à la conception du programme de Marine Le Pen pour l'élection présidentielle de 2017[5].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. David Perrotin, Paul Aveline, « Préfet, énarques, dirigeant du cac 40: l'identité de conseillers secrets de Marine Le Pen révélée par des e-mails », sur BuzzFeed (consulté le 22 avril 2019)
  2. a b et c Les rats maudits - Histoire des étudiants nationalistes, 1965-1995, Editions des Monts d'Arré, , 147 p.
  3. a b c et d Ellen Salvi et Marine Turchi, « Etudiante, Nathalie Loiseau a figuré sur une liste d’extrême droite », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  4. « Nathalie Loiseau sur une liste étudiante d’extrême droite à Sciences-Po Paris, en 1984 », sur leparisien.fr, (consulté le 22 avril 2019)
  5. « Candidate sur une liste d’extrême droite, Nathalie Loiseau plaide « une erreur de jeunesse » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 23 avril 2019)