Un épisode chez les cow-boys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un épisode chez les cow-boys
Épisode de South Park
Numéro d'épisode Saison 12
Épisode 174
Code de production 1207
Diffusion 23 avril 2008
Chronologie
Précédent Y'a plus Internet Le Ploblème chinois Suivant
Liste des épisodes

Un épisode chez les cow-boys (Super Fun Time en VO) est le septième épisode de la saison 12 de la série télévisée South Park.

Cet épisode est le final de la moitié de saison avant le hiatus jusqu'en octobre.

Stan, Cartman, Butters, Wendy, Kenny, Jimmy, Kyle et Mr Garrison ont tous leur part dans le scénario. L'épisode a pour thème la détermination : Les pionniers sont déterminés à garder leur rôle coûte que coûte et Butters est déterminé à ne pas lâcher la main de Cartman.

Résumé[modifier | modifier le code]

La classe de CM1 visite un village de pionniers qui reconstitue la vie en 1864 avec M. Garrison. Il demande aux enfants de former des paires. Kenny se met avec Craig, Stan avec Wendy (confirmation de leur relation reprise), Kyle avec Jimmy, et seul Cartman ne trouve pas chaussure à son pied. Butters et Cartman sont alors forcés à faire équipe, et Butters tient absolument à ne pas lâcher la main d'Eric comme le lui a ordonné M. Garrison. Les enfants visitent les différentes attractions du village de pionniers. Le village est soudain envahi par des fugitifs cherchant à échapper à la police après le braquage d'un Burger King en se cachant dans le village. Stan, Kyle, Jimmy et Wendy sont dans l'épicerie, mais les comédiens participant à la reconstitution ne veulent pas briser le règlement du camp et sortir de leur rôle de pionniers de 1864.

Cartman et Butters toujours liés par le sacrosaint contrat qu'a passé Butters avec M. Garrison, arrivent au Super Phun Thyme, un centre d'amusement. Stan, Kyle, Wendy et Jimmy trouvent un téléphone mais impossible d'appeler qui que ce soit et les employés sont tenus de ne jamais quitter leur rôle. Kyle arrive à avoir la police qui semble au courant des mœurs des lieux « Ah, vous voulez dire cet endroit hyperchiant ou les gens ne quittent jamais leur rôle ? » « Vous n'imaginez pas à quel point... »

Au Super Phun Thyme, Cartman s'amuse mais Butters, résolu à ne pas lâcher la main de son partenaire, se fait assez mal pendant les attractions. Les preneurs d'otages semblent déterminés à avoir leur dû (repartir sains et saufs avec le butin du Burger King), alors que Cartman et Butters décident de couper court à leur virée. Garrison tente de convaincre les ravisseurs « S'il vous plait, ne me prenez pas, prenez les gosses, ils vous rapporteront plus ! ». La police arrive en nombre pour sauver la classe. Quand Cartman et Butters reviennent au village, ils voient la police tout autour du camp et croient qu'elle est venue pour eux, puisqu'ils étaient partis en douce. Butters est effondré, mais Cartman, malgré ses talents de manipulateur, n'arrive pas à faire céder la poigne du blondinet qui ne le lâchera sous aucun prétexte. Les terroristes élaborent un plan pour s'échapper par une fausse mine d'or. En tentant d'avoir le code ouvrant la fausse mine, les ravisseurs se heurtent aux employés soucieux de rester dans leur rôle. Butters et Cartman tentent de se cacher sur un feu rouge mais leur situation devient encore plus embarrassante.

Les ravisseurs, lassés, menacent de tuer Kenny. Cartman et Butters, dignes des plus grands sportifs, sautent du feu rouge sur un camion sans se lâcher la main. Un saut dantesque les ramène au village. Stan, voyant que les terroristes vont tuer Kenny, sort et se barbouille le visage, se faisant passer pour un comédien. Le code de la mine est en réalité l'année ou les pionniers se croient : 1864. Cartman et Butters tombent sur un terroriste, qui leur demande de lever les mains en l'air. Butters refuse de lâcher la main de Cartman, et même lorsque le terroriste menace de les tuer il ne bronche toujours pas et au contraire se sert de Cartman comme massue. Les enfants échappent à une attaque terrible. Surveillé uniquement par le chef des ravisseurs, Stan demande au truand de la ville de l'attaquer en entrant dans son rôle. La police profite de la confusion engendrée pour envahir le village et se saisir des preneurs d'otages.

Au moment où les terroristes sont arrêtés, une sonnerie retentit sonnant la fin de la journée de travail. Les pionniers, heureux d'avoir gardé leur rôle jusqu'au bout, vont manger un morceau. Wendy a trouvé Stan très brave, et le chef des ravisseurs salue la détermination des pionniers qu'il compare à leur vie difficile. Butters et Cartman réapparaissent aux yeux de la classe, et Butters monte dans le bus en disant : « Professeur, mon partenaire est revenu dans le bus ! » et il s'évanouit.

Erreurs[modifier | modifier le code]

  • Franz appelle Orlich par radio lorsqu'il a obtenu le code. Or ledit Orlich est vu derrière lui, c'est le blond qui voulait sa "part du gâteau", et il ne tient pas de radio.
  • Avant d'enlever sa barbe postiche, Paul le pionnier est vu de profil sans sa barbe. De plus on peut voir Murphy de dos sans sa perruque avant qu'il ne l'enlève.
  • Le pistolet du chef des braqueurs n'est pas équipé d'un silencieux, pourtant les bruits des tirs sont quand même réduits.

Notes[modifier | modifier le code]

  • Le titre de travail de cet épisode était The Living Museum (Le Musée vivant)
  • L'épisode est sous rating TV MA pendant le générique et TV MA LV (Langage et violence) au début de l'épisode.
  • Aucun évènement de cet épisode ne se déroule à South Park.
  • Cet épisode confirme que Stan et Wendy se sont remis ensemble depuis La Liste.
  • L'épisode est remarquable pour être un des seuls où Kenny est désigné pour mourir mais n'est pas tué.
  • La façon dont Stan dénoue la situation est similaire à celle utilisée par Kyle pour convaincre les Marklors dans Éthernopiens dans l'espace.
  • Super Phun Thyme propose une formule spéciale « 12 dollars pour deux enfants ». Or la place coûte 6 dollars, ce qui ne rend pas cette offre très spéciale.
  • Le jeu vidéo du Super Phun Thyme, Thirst for Blood, est le même que celui auquel jouaient les enfants sur leur Gamesphere dans l'épisode Servietsky.
  • Dans la salle d'arcade du Super Phun Thyme, se trouve une borne du jeu Mortal Kombat II.
  • Au dénouement, le discours du braqueur remplace en quelque sorte le traditionnel « J'ai appris un truc aujourd'hui » que prononcent les différents personnages à la fin de chaque épisode.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

  • Les preneurs d'otages sont issus de Die Hard, plus précisément du premier opus : Piège de cristal. On retrouve notamment un clone de Hans Grüber en chef des bandits, le code électronique à craquer, les mises à mort d'otages, les mêmes armes à feu que portent les terroristes dans le film ainsi que certaines répliques célèbres (« Il ne s'agit que d'un léger contretemps »).
  • L'épisode contient trois références à La Folle Journée de Ferris Bueller : La chanson Super Fun Time, le conseil de Cartman « La vie passe super vite » et le saut au ralenti.
  • La scène où Butters et Cartman échappent aux tirs des terroristes (c'est-à-dire à un tir de balle, puis à un lance-grenade faisant exploser une maison) semble inspirée d'un teaser de l'épisode du 24 avril 2008 de Lost dans lequel Sawyer (Josh Holloway) tente d'échapper aux mêmes attaques successives et assiste à l'explosion d'une maison par une roquette (regardez ici).
  • Le logo de « Super Phun Thyme » est une parodie de celui de Nickelodeon.
  • Le nom du forgeron tué en premier est David Palmer, comme le président dans la série 24.
  • L'esprit des employés qui ne veulent absolument pas admettre la réalité même en cas de danger de mort fait référence au film Le Village.
  • La scène où Eric et Butters sont sur la moto (dans le Super Phun Time) rappelle la poursuite à moto de Demain ne meurt jamais, où les deux héros ont aussi les mains attachées.
  • La musique de la chanson de Cartman (en VF) dans le « Super Fun Time » est fortement inspirée d'un titre de Sigue Sigue Sputnik : Love missile F1-11.
  • La scène où Cartman et Butters essaient de grimper sur un lampadaire pour retourner dans le village des pionniers rappelle le film Vive la liberté de Laurel et Hardy.