Amazon Mechanical Turk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Turc mécanique d'Amazon)
Aller à : navigation, rechercher
AWS Simple Icons On-Demand Workforce Amazon Mechanical Turk Workers.svg

Adresse http://www.mturk.com
Description Faire effectuer par des humains, contre rémunération, des tâches plus ou moins complexes.
Type de site Platforme web de crowdsourcing ou microworking crowdsourcing
Langue Anglais
Inscription Obligatoire
Créé par Amazon
État actuel En activité

Amazon Mechanical Turk ou AMT (en français Turc mécanique d'Amazon) est un service lancé par Amazon.com fin 2005. C'est une plateforme web de crowdsourcing, ou microworking(micro-travail) qui vise à faire effectuer par des humains, contre rémunération, des tâches plus ou moins complexes. Les tâches en question doivent être dématérialisées ; il s'agit souvent d'analyser ou de produire de l'information dans des domaines où l'intelligence artificielle est encore trop peu performante, par exemple l'analyse du contenu d'images[1].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom est directement inspiré d'un canular historique, le turc mécanique, un automate du XVIIIe siècle imaginé par J. W. von Kempelen supposé jouer aux échecs mais dans le socle duquel se cachait un humain. Il est assumé comme tel par Amazon bien que, dans le cas de AMT, le fait que ce soit des humains qui réalisent les tâches et non des automates est clair.

Fonctionnement de Amazon Mechanical Turk[modifier | modifier le code]

Amazon Mechanical Turk est une plateforme web qui regroupe des caractéristiques bien spécifiques et qui a son propre fonctionnement. C'est une plateforme de crowdsourcing[2] (ou myriadisation[3]), autrement dit, c'est un dispositif permettant d'externaliser via le web et par des internautes du travail. Ce travail est par ailleurs parcellisé, les tâches qui en résultent sont découpées en sous-tâches, ou micro-tâches. Ces tâches sont par ailleurs nommées HITs sur la plateforme.

Même si les basses rémunérations dont bénéficient les travailleurs permettent aux requesters de faire effectuer les tâches à un coût faible, d'autres coûts viennent s'y ajouter, comme la création de protections contre les spammers ou le coût de validation et de post-traitement des tâches[3]. Par ailleurs, certaines tâches génèrent des coûts similaires aux coûts habituels (hors AMT et micro-travail) du fait du manque de travailleurs qualifiés sur AMT[4].

AMT permet donc de produire du travail de qualité dans des cas précis. Mais lorsque les tâches sont trop complexes[5], lorsque le spamming face auquel le service est confronté entre en compte ou lorsque le modèle de rémunération à la tâche pose problème[6], la qualité du travail effectuée peut être impactée.

Les parties prenantes sur AMT[modifier | modifier le code]

Sur Amazon Mechanical Turk, il existe trois parties prenants[7] :

Les travailleurs (turkers)[8] qui travaillent à la tâche. Ils seraient entre 15 000 et 43 000[9]. Ils décident, en fonction des conditions posées par des commanditaires, quelles tâches effectuer pour être rémunérés. Parmi eux, 20 % considèrent AMT comme leur source de revenue primaire, 50 % comme leur source de revenu secondaire. 20 % des travailleurs passent plus de 15 heures par semaine sur AMT, et contribuent à 80 % des tâches. Et le salaire horaire moyen observé est ne dépasse par les 2$[10]. Par ailleurs, en l’absence de possibilité de formation visant à les familiariser avec le service, un important « travail caché », d'apprentissage et supplémentaire aux HITs, est réalisé par les travailleurs[11]. Ils sont considérés comme des travailleurs indépendants.

Les requesters[12] (« demandeurs de tâches ») qui sont les commanditaires et qui proposent les tâches. Ils fixent le montant de la rémunération. Ils peuvent rejeter les tâches effectuées par les travailleurs. Ils peuvent évaluer les prestations des travailleurs et ils posent des conditions sur le profil des travailleurs qu'il veulent sélectionner. Ces requesters ne sont pas des employeurs.

Amazon. Il n'intervient logiquement pas dans les rapports entre requesters et travailleurs sauf lorsqu'il s'agit d'intervenir sur des litiges entre requester et turker. Pour chaque tâche, Amazon opère une retenue proportionnelle à la rétribution versée au travailleur. Les frais de commission qu'il pratique oscille entre 20 et 40 %.

Les modalités de sélection des travailleurs[modifier | modifier le code]

En plus de créer leurs propres listes de qualifications pour gérer les travailleurs qui ont déjà travaillé pour eux, les requesters peuvent sélectionner de nouveaux travailleurs en s'appuyant sur les qualification types fournis par Amazon renvoyant à des critères de réputation des travailleurs. Ces qualification types incluent :

  • Le pourcentage de feedbacks positifs du travailleur.
  • Le pourcentage de HITs rejetées par le travailleur.
  • Le pourcentage de HITs abandonnées par le travailleur.
  • Le nombre de HITs complétées par le travailleur.

Les tâches (HITs) courantes sur AMT[modifier | modifier le code]

La plupart des tâches proposées sur Amazon Mechanical Turk exigent peu voire pas de qualification[13]. Les exemples de tâches les plus courantes sont :

  • La traduction de textes ou de fragments de textes.
  • La transcription, l’identification ou le classement de fichiers audio ou de vidéos.
  • La modération de contenus (images, textes, vidéos) pour des forums par exemple, ou des sites web.
  • La réalisation de sondages, de questionnaires ou d'enquêtes en ligne.
  • Le renommage de grandes quantités de fichiers.
  • La réalisation de requêtes sur les moteurs de recherche.
  • L'écriture de textes ou la rédaction de commentaires (avis, critiques, évaluations, etc).

Exemples de réalisations avec AMT[modifier | modifier le code]

Organisation des travailleurs de AMT[modifier | modifier le code]

Parallèlement à leur activité de travailleurs à la tâche, une partie des travailleurs de AMT s'organisent en dehors de la plateforme de Amazon.

TurkOpticon créé en 2010 par Lilly Irani et M. Six Silberman[15], est un outil collectif pour exprimer la voie des travailleurs de AMT, notamment en leur permettant d'évaluer les requesters. Les travailleurs investissent également certains forums pour échanger à propos de leurs expériences, s'organiser, se conseiller : Mturk Forum, Mturkgrind ou Turker Nation.

Autres plateformes de micro-travail[modifier | modifier le code]

En Chine :

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Amazon Mechanical Turk, FAQ », sur www.mturk.com (consulté le 22 juin 2016)
  2. (en) Jeff Howe, « The Rise of Crowdsourcing », sur WIRED,‎ (consulté le 22 juin 2016)
  3. a et b Karën Fort, Ce qu’Amazon Mechanical Turk fait à la recherche : l’exemple du Traitement Automatique des Langues, 7 mars 2016.
  4. Novotney, S. and Callison-Burch, C. (2010). Cheap, fast and good enough : automatic speech recognition with non-expert transcription. In Proceedings of the Annual Conference of the North American Chapter of the Association for Computational Linguistics (NAACL), HLT’10, pages 207–215, Stroudsburg, PA, USA. Association for Computational Linguistics.
  5. Gillick, D. and Liu, Y. (2010). Non-expert evaluation of summarization systems is risky. In Proceedings of the NAACL HLT 2010 Workshop on Creating Speech and Language Data with Amazon’s Mechanical Turk, CSLDAMT ’10, pages 148–151, Stroudsburg, PA, USA. Association for Computational Linguistics.
  6. Kochhar, S., Mazzocchi, S., and Paritosh, P. (2010). The anatomy of a large-scale human computation engine. In Proceedings of Human Computation Workshop at the 16th ACM SIKDD Conference on Knowledge Discovery and Data Mining, KDD 2010, Washington D.C.
  7. Elinor Wahal, Amazon Mechanical Turk: Structure et fonctionnement de la plateforme, 13 mars 2016.
  8. « Amazon Mechanical Turk, Worker Web Site FAQs », sur www.mturk.com (consulté le 22 juin 2016)
  9. Fort, K., Adda, G., and Cohen, K. B. (2011). Amazon Mechanical Turk : Gold mine or coal mine? Computational Linguistics (editorial), 37(2) :413–420.
  10. Ross, J., Irani, L., Silberman, M. S., Zaldivar, A., and Tomlinson, B. (2010). Who are the crowdworkers? : shifting demographics in mechanical turk. In Proceedings of the 28th of the international conference extended abstracts on Human factors in computing systems, CHI EA ’10, pages 2863–2872, New York, NY, USA. ACM.
  11. Gupta, N., Martin, D., Hanrahan, B. V., and O’Neill, J. (2014). Turk-life in india. In Proceedings of the 18th International Conference on Supporting Group Work, GROUP ’14, pages 1–11, New York, NY, USA. ACM.
  12. « FAQs | Help | Requester | Amazon Mechanical Turk », sur requester.mturk.com (consulté le 22 juin 2016)
  13. Xavier de La Porte, « Ce que cache le Turc mécanique d’Amazon », sur Rue89,‎
  14. Sophie Gourion, «Sophie Gourion malhonnête»: quand une agence a décidé de pourrir mon e-réputation, sur Slate.fr,‎
  15. Irani L. C., Silberman M. (2013). Turkoption : Interrupting worker invisibility in amazon mechanical turk. In Proceedings of the SIGCHI Conference on Human Factors in Computing systems (pp. 611-620). ACM.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amazon Mechanical Turk Requester UI Guide, 2016.