Antonio Casilli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antonio Casilli
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Antonio Casilli, né le 18 février 1972, est un sociologue spécialiste des réseaux sociaux. Il est maître de conférences en humanités numériques à Télécom ParisTech et chercheur au Centre Edgar-Morin de l’EHESS. Il est l'un des chroniqueurs réguliers des émissions La Grande Table et Place de la Toile sur France Culture[1].

Domaines de recherche[modifier | modifier le code]

Depuis ses premiers travaux sur l’impact des technologies industrielles sur l’imaginaire du corps, sous l'influence de Donna Haraway et d’Antonio Negri, il a étudié la violence communicationnelle et les cultures numériques. Dans Les Liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, il analyse les usages des TIC et l'impact des pratiques de présentation de soi (avatars, photos, récits autobiographiques) sur les structures sociales, les codes de communication[2], le capital social [3] et la vie privée[4]. Plusieurs de ses études portent sur les TIC dans le domaine de la santé. Ses méthodes d’enquête mêlent l’observation participante et les outils avancés de la recherche en sciences sociales, comme par exemple la simulation informatique et l’analyse des graphes[5].

Le concept de vie privée dans les médias sociaux[modifier | modifier le code]

Antonio Casilli s'intéresse au concept de privacy[6], se plaçant contre l'hypothèse d'une fin de la vie privée qui serait due à l'avènement des médias sociaux. Au lieu d'affirmer la disparition de la vie privée, il atteste d'un changement dans sa perception par la société. La vie privée d'un individu se caractériserait entre autres aujourd'hui par la construction puis la gestion d'un capital social en ligne. Casilli s'attache donc à proposer un nouveau modèle de représentation de la privacy. Ainsi, elle serait à appréhender comme une entité négociable : elle ne relèverait plus d'une décision totalement individuelle, mais d'une négociation permanente, où l'utilisateur de médias sociaux adapte la publication d'informations personnelles en fonction du cercle social qu'il vise, et selon les « retours » (feedback) de ses contacts. Le caractère privé ou public des informations personnelles n'intervient donc pas a priori, mais est défini en fonction de ces variables. Casilli redéfinit ainsi la vie privée comme étant un processus collectif.

Antonio Casilli s'intéresse également à la notion d'amitié. Malgré la détérioration de la valeur de l'amitié sur les réseaux sociaux, il y a aussi une valeur utilitaire dans l'amitié à outrance. En creux derrière la notion d'amitié se trouve la notion de conflit et comment la déjouer. On peut aussi se demander comment garder la cohésion sociale dans un contexte de liens faibles. Le friending ne remplace pas l'amitié : il la prolonge[réf. souhaitée].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La Fabbrica libertina. De Sade e il sistema industriale, Manifesto Libri, 1997.
  • Stop mobbing. DeriveApprodi, 2000.
  • Les liaisons numériques : Vers une nouvelle sociabilité ?, Seuil, , 331 p. (ISBN 978-2020986373)
  • (avec Paola Tubaro et Yasaman Sarabi) Against the hypothesis of the end of privacy, Springer, 2014.
  • avec Dominique Cardon, Qu'est-ce que le Digital Labor ?, INA, , 104 p. (ISBN 978-2869382299)

Direction de numéros de revues[modifier | modifier le code]

  • « Cultures du numérique », numéro 88 de la revue Communications, 2011.
  • « Le corps à l’épreuve des cultures numériques », n° 353 Esprit "Homo numericus", mars/avril 2009.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.franceculture.fr/personne-antonio-a-casilli
  2. Interview d'Antonio Casilli, BBC News
  3. Hubert Guillaud, « Entretien avec Antonio Casilli : Le Web ne désocialise pas plus qu'il n'hypersocialise », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. Interview d'Antonio Casilli, Le Monde
  5. TED talk d’Antonio Casilli, Étudier la censure avec la simulation sociale, 19 mai 2012, Paris.
  6. Antonio A. Casilli, « Contre l'hypothèse de la « fin de la vie privée » », Revue française des sciences de l'information et de la communication,‎ (ISSN 2263-0856, DOI 10.4000/rfsic.630, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]