Antonio Casilli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Antonio Casilli
Journée Wikipédia, objet scientifique 2013 01 Antonio Casilli.JPG
Antonio Casilli en 2013.
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Site web

Antonio Casilli, né le , est un sociologue français.

Spécialiste des réseaux sociaux, il est maître de conférences en humanités numériques à Télécom ParisTech et chercheur au Centre Edgar-Morin de l’EHESS. Il a figuré parmi les chroniqueurs réguliers des émissions La Grande Table (2013-2015) et Place de la toile (2010-2013) sur France Culture[1].

Domaines de recherche[modifier | modifier le code]

Depuis ses premiers travaux sur l’impact des technologies industrielles sur l’imaginaire du corps, sous l'influence de Donna Haraway et d’Antonio Negri, il a étudié la violence communicationnelle et les cultures numériques. Dans Les liaisons numériques : vers une nouvelle sociabilité ?, il analyse les usages des TIC et l'impact des pratiques de présentation de soi (avatars, photos, récits autobiographiques) sur les structures sociales, les codes de communication[2], le capital social [3] et la vie privée[4]. Plusieurs de ses études portent sur les TIC dans le domaine de la santé. Ses méthodes d’enquête mêlent l’observation participante et les outils avancés de la recherche en sciences sociales, comme par exemple la simulation informatique et l’analyse des graphes[5].

Vie privée dans les médias sociaux[modifier | modifier le code]

Antonio Casilli s'intéresse au concept de privacy[6], se plaçant contre l'hypothèse d'une fin de la vie privée qui serait due à l'avènement des médias sociaux. Au lieu d'affirmer la disparition de la vie privée, il atteste d'un changement dans sa perception par la société. La vie privée d'un individu se caractériserait entre autres aujourd'hui par la construction puis la gestion d'un capital social en ligne. Casilli s'attache donc à proposer un nouveau modèle de représentation de la privacy. Ainsi, elle serait à appréhender comme une entité négociable : elle ne relèverait plus d'une décision totalement individuelle, mais d'une négociation permanente, où l'utilisateur de médias sociaux adapte la publication d'informations personnelles en fonction du cercle social qu'il vise, et selon les « retours » (feedback) de ses contacts. Le caractère privé ou public des informations personnelles n'intervient donc pas a priori, mais est défini en fonction de ces variables. Casilli redéfinit ainsi la vie privée comme étant un processus collectif.

Sociabilités numériques[modifier | modifier le code]

Antonio Casilli s'intéresse à la notion d'amitié. Malgré la détérioration de la valeur de l'amitié sur les réseaux sociaux, il y a aussi une valeur utilitaire dans l'amitié à outrance. En creux derrière la notion d'amitié se trouve la notion de conflit et comment la déjouer. On peut aussi se demander comment garder la cohésion sociale dans un contexte de liens faibles. Le friending ne remplace pas l'amitié : il la prolonge[réf. souhaitée].

Digital labor[modifier | modifier le code]

Dans En attendant les robots, Antonio Casilli décrit trois types de digital labor :

  • les plateformes de service "à la demande", telles que Uber ou Foodora. Dans le cas, les entreprises mettent en relation des demandeurs et des fournisseurs potentiels d'un service, en temps réel, par géolocalisation. Les chauffeurs/livreurs et les utilisateurs du service créent des données qui seront exploitées par les entreprises : annotation de cartes, complétion de parcours GPS, gestion de réputation, etc.
  • les plateformes de microtravail, telles qu'Amazon Mechanical Turk. Ces entreprises rémunèrent des microtravailleurs pour assister des intelligences artificielles dans leurs tâches, voire réalisent eux-mêmes ces tâches en lieu et place des IA. C'est l'une des thèses principales de l'ouvrage : une partie de l'intelligence artificielle est, elle-même, artificielle puisqu'elle nécessite une très grande part d'intervention humaine, voire la substitution totale des humains aux machines lorsque celles-ci ne sont pas en mesure de fournir une réponse efficace.
  • les plateformes "sociales" telles que Facebook ou YouTube. Ici, les entreprises capitalisent sur le travail fourni "bénévolement" par les utilisateurs : chaque like sur Facebook permet d'affiner un profil utilisateur, exploité commercialement à travers le ciblage publicitaire proposé par Facebook aux annonceurs.

Éthique et santé[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Direction de numéros de revues[modifier | modifier le code]

  • « Cultures du numérique », numéro 88 de la revue Communications, 2011.
  • « Le corps à l’épreuve des cultures numériques », no 353 Esprit "Homo numericus", mars/avril 2009.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.franceculture.fr/personne-antonio-a-casilli
  2. Interview d'Antonio Casilli, BBC News
  3. Hubert Guillaud, « Entretien avec Antonio Casilli : Le Web ne désocialise pas plus qu'il n'hypersocialise », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. Interview d'Antonio Casilli, Le Monde
  5. TED talk d’Antonio Casilli, Étudier la censure avec la simulation sociale, 19 mai 2012, Paris.
  6. Antonio A. Casilli, « Contre l'hypothèse de la « fin de la vie privée » », Revue française des sciences de l'information et de la communication,‎ (ISSN 2263-0856, DOI 10.4000/rfsic.630, lire en ligne, consulté le 7 décembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]