Transbaïkal (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Transbaïkal
Kalmouk de la Transbaïkalie, par Élisée Reclus.
Kalmouk de la Transbaïkalie, par Élisée Reclus.
Région d’origine
Région Drapeau de la Russie Russie
Caractéristiques
Taille 1,35 m à 1,40 m
Robe Très variable

Le Transbaïkal (russe : Zabaykalskaya) est une race de chevaux russe, originaire comme son nom l'indique de la Transbaïkalie. Ce cheval compact est parfois confondu avec la race voisine du Bouriate.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'encyclopédie de Bonnie Lou Hendricks (2007)[1] et celle de CAB International (2016)[2] classent cette race avec le Bouriate. En revanche, la base de données DAD-IS (2018)[3] et le guide Delachaux (2014)[4] lui accordent une section à part, bien que DAD-IS signale aussi les noms Transbaikal et Zabaikal'skaya comme des équivalents pour désigner le Bouriate[5].

Sous l'empire russe, cette race est bien connue des Cosaques locaux, sous le nom de « TransBaïkal » ; le nom et les marques de chaque cheval utilisé par les Cosaques sont décrits dans des documents[6].

Description[modifier | modifier le code]

Il présente nettement le type du cheval mongol[6], et est très proche du Bouriate[7]. Le guide Delachaux indique une fourchette de taille de 1,35 m à 1,40 m[7]. C'est un cheval de modèle compact, doté d'une grande tête au profil rectiligne et au front large[7]. L'encolure est courte et épaisse, le garrot peu sorti[7]. La croupe est très musclée, les jambes sont courtes[7]. Le poil souvent bouclé prend une grande épaisseur l'hiver[8].

La couleur de robe est très variable, incluant le gris, le bai, l'alezan, les robes avec gène dun, les robes pie et tachetées[7]. D'après le guide Delachaux, les marques primitives sur la robe sont communes, et il y a parfois présence d'une marque primitive sur l'épaule, tout comme chez d'autres races primitives, telles que le cheval mongol[7].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Il fait une bonne monture pour les jeunes cavaliers, et peut être monté pour les loisirs ou en randonnée[7].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

La race provient de la Transbaïkalie[7], une région transfrontière partagée entre la Mongolie et la Russie.

Le Zabaykalskaya est classé par DAD-IS (2018) comme race locale russe[3]. Les données de population les plus récentes, datées de 2003, indiquent un effectif de 2 390 têtes, bien que la fiabilité de ce recensement soit inconnue[3]. L'étude menée par l'Université d'Uppsala, publiée en pour la FAO, signale le Zabaykalskaya comme race de chevaux locale européenne qui n'est pas menacée d'extinction[9]. Le guide Delachaux indique un effectif de moins de 300 individus (2014)[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Bonnie Lou Hendricks, International Encyclopedia of Horse Breeds, Norman, University of Oklahoma Press, , 2e éd., 486  p. (ISBN 0-8061-3884-X, OCLC 154690199), p. 92Voir et modifier les données sur Wikidata.
  2. (en) Valerie Porter, Lawrence Alderson, Stephen J.G. Hall et Dan Phillip Sponenberg, Mason's World Encyclopedia of Livestock Breeds and Breeding, CAB International, , 6e éd., 1 107  p. (ISBN 1-84593-466-0, OCLC 948839453), p. 448Voir et modifier les données sur Wikidata.
  3. a b et c DAD-IS.
  4. Rousseau 2014, p. 258-259.
  5. (en) « Buryatskaya / Russian Federation (Horse) », Domestic Animal Diversity Information System of the Food and Agriculture Organization of the United Nations (DAD-IS).
  6. a et b (en) Willard Sunderland, The Baron's Cloak: A History of the Russian Empire in War and Revolution, Cornell University Press, , 368 p. (ISBN 0801471060 et 9780801471063), loc. Baikal.
  7. a b c d e f g h i et j Rousseau 2014, p. 258.
  8. Rousseau 2014, p. 259.
  9. (en) Rupak Khadka, « Global Horse Population with respect to Breeds and Risk Status », Uppsala, Faculty of Veterinary Medicine and Animal Science - Department of Animal Breeding and Genetics, , p. 60 ; 68.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]