Viatka (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Viatka
{{#if:
Image illustrative de l'article Viatka (cheval)

Région d’origine
Région Drapeau de la Russie Russie
Caractéristiques
Morphologie Poney
Taille entre 1,32 m et 1,42 m
Poids 400 kg environ[1]
Robe Bai, l'alezan, le rouan et parfois le noir
Caractère Énergique, fort et volontaire
Autre
Utilisation attelage et selle

Le Viatka (en russe : Вятская лошадь, Viatskaïa lochad, Vyatskaya en russe) est un petit cheval aborigène de l'ancienne région de Viatka, qui correspond à l'Oblast de Kirov en Russie. Probablement influencée par les Kleppers et les chevaux estoniens, la race est façonnée par le climat et les paysages de la région. Son endurance, sa vitesse et sa frugalité le rendent particulièrement apprécié pour le trait, et ce notamment pour tirer les troïkas. Menacée d'extinction au début du XXe siècle, la race est toujours considérée comme en danger par la FAO. C'est un cheval de petite taille qui présente une robe toujours simple mais à laquelle peuvent s'ajouter des marques primitives. C'est un cheval énergique, fort et volontaire aux allures vives. Il est utilisé aussi bien pour l'attelage que pour la selle. Le Viatka est essentiellement présent dans sa région d'oigine ainsi que dans la République oudmourte. La race ne possède pas de registre d'élevage.

Histoire[modifier | modifier le code]

Étalon Viatka en 1902.

La race a été influencée par le climat et les paysages de Kirov, d'Oudmourtie et de l'ouest de Perm. Des chevaux estoniens et des Kleppers apportés en Russie du nord par des colons de Novgorod au XIVe siècle peuvent avoir influencé sa morphologie, tout comme les importations ultérieures de chevaux estoniens utilisés pour le travail des mines dans le Massif de l'Oural[2],[3]. Le cheval Viatka devient connu pour ses qualités de cheval de trait y compris pour son endurance, sa vitesse et sa frugalité. Au milieu du XIXe siècle, il est considéré comme le meilleur cheval pour tirer les troïkas ; certains spécimens ont ainsi été exportés de la région de Viatka, notamment en Pologne[2].

En 1917, la race est pratiquement éteinte ; quelques efforts au rétablissement de la race ayant pourtant été faits après la Révolution russe[2]. Le nombre de chevaux dans les régions de Kirov et d'Oudmourtie ont été évalués à 2000 en 1980[3]. En 2003, la population est estimée à 560 individus[1]. En 2007, le cheval Viatka est dans la liste des animaux en danger tenue par la FAO (Food and Agriculture Organization)[4].

Description[modifier | modifier le code]

Morphologie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Morphologie du cheval.

Il appartient au groupe des poneys du Nord de la Russie[1]. Sa taille moyenne est comprise entre 1,32 m et 1,42 m, ce qui le fait rentrer dans la catégorie des poneys[5]. Les femelles mesurent en moyenne autour d'1,40 m pour un poids de 400 kg[3]. Sa tête présente un profil légèrement camus[5] avec un front large et des mâchoires également larges[3]. L'encolure, souvent arquée, est courte et massive[3],[5]. La croupe est large. La poitrine est large et profonde. Les jambes sont courtes et solides et sont dotées de sabots résistants. Les crins du toupet, de la crinière et la queue sont épais et longs[2],[3].

Robes[modifier | modifier le code]

Article connexe : Robe du cheval.

Les robes les plus souvent rencontrées sont le bai, l'alezan, le rouan et parfois le noir[3]. Il peut parfois présenter une raie de mulet et des zébrures sur les membres[3],[5].

Tempérament et allures[modifier | modifier le code]

C'est un cheval énergique, fort et volontaire[5]. Ses allures sont vives et il est relativement rapide[2],[5]. Son endurance et son pied sûr sont également notables[2].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Il est utilisé aussi bien pour l'attelage que pour la selle. Le trait léger lui convient bien ainsi que le travail agricole[5].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

La race est essentiellement présente dans l'Oblast de Kirov ainsi que dans la République oudmourte[3]. La race ne possède pas de registre d'élevage[3]. En 1980, le recensement effectué par l'URSS fait état de la présence de 1 840 Viatka, dont seulement 11 de pure race[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Vyatka horse » (voir la liste des auteurs).

  1. a, b et c (en) « Breed data sheet: Vyatskaya/Russian Federation », sur Domestic Animal Diversity Information System of the Food and Agriculture Organization of the United Nations (consulté le 19 octobre 2015).
  2. a, b, c, d, e et f Hendricks 2007, p. 432-433
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) N.G. Dmitriev et L.K. Ernst, Animal genetic resources of the USSR : FAO animal production and health paper 65. Rome: Food and Agriculture Organization of the United Nations, (ISBN 9251025827, lire en ligne [PDF]), p. 338–39
  4. (en) « Endangered List 2007 » [PDF], sur Food and Agriculture Organization of the United Nations (consulté le 19 octobre 2015)
  5. a, b, c, d, e, f et g Ravazzi 2002, p. 187
  6. Kosharov, Pern et Rozhdestvenskaya 1989.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Hendricks 2007] (en) Bonnie Lou Hendricks (préf. Anthony A. Dent), « Vyatka », dans International Encyclopedia of Horse Breeds, Norman, University of Oklahoma Press, , 486 p. (ISBN 080613884X et 9780806138848, OCLC 154690199, lire en ligne), p. 432-433
  • [Kosharov, Pern et Rozhdestvenskaya 1989] (en) A. N. Kosharov, E. M. Pern et G. A. Rozhdestvenskaya, « Horses », dans Animal Genetic Resources of the USSR. Animal Production and Health Paper Publ., Rome, FAO, , 517 p. (lire en ligne)
  • [Ravazzi 2002] Gianni Ravazzi, « Poney viatka », dans L'encyclopédie des chevaux de race, Bergame, Italie, De Vecchi, , 190 p. (ISBN 9782732825946), p. 187