Trait soviétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Trait russe.

Trait soviétique
Trait soviétique au zoo de Sébastopol, en Russie
Trait soviétique au zoo de Sébastopol, en Russie
Région d’origine
Région Drapeau de l'URSS Union soviétique
Caractéristiques
Taille 1,60 m à 1,63 m
Poids 700 à 850 kg
Robe Généralement alezane, baie ou bai-brune
Autre
Utilisation Traction lourde

Le trait soviétique (en russe Сове́тский тяжелово́з, Sovietski tiajelovoz) est une race de chevaux de trait originaire d'URSS.

Histoire[modifier | modifier le code]

La race descend de croisements réalisés à la fin du XIXe siècle, entre des juments de races locales et des étalons brabançons[1] (trait belge), puis des améliorations avec des juments percheronnes, ardennaises, Suffolk punch et d'autres. Elle est issue de sélections menées à partir des années 1940 dans la région de Vladimir et de Iaroslavl, notamment au haras de Khrenov puis plus tard à celui de Pochinkozsk. La race est nommée et officiellement reconnue comme trait lourd en 1952. Les mêmes méthodes de sélection aboutissent à la création des races du trait estonien et du trait lituanien[2].

Il est considéré comme une réussite zootechnique et un exemple des progrès de la science agricole en URSS[3].

Description[modifier | modifier le code]

Tête d'un trait soviétique au zoo de Sébastopol

La taille moyenne est respectivement de 1,60 m chez les femelles et 1,63 m chez les mâles, pour un poids de 700 à 850 kg[1]. Ce cheval atteint sa maturité plus rapidement que d'autres races de trait, mais est également moins résistant. La robe est généralement alezane, baie ou bai-brune[1].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Il est essentiellement destiné à la traction lourde[1], mais se révèle également un bon producteur de viande et de lait[2]. Le trait soviétique est le cheval de trait le plus utilisé dans l'ex URSS. Il y est mis au travail dans les champs et les fermes coopératives[4]. Ce cheval est toujours utilisé pour le transport de charges lourdes (transport du lait) à la campagne.

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Il est surtout présent dans la partie européenne de l'URSS. Sa zone d'élevage est très étendue, puisqu'elle couvre les régions de Yaroslavl, Vladimir, Gorki, Penza, Ryazan, Tula, Tambov, Voronej, Orel et Mordovia[2]. En 1980, l'effectif recensé est de 35 039 chevaux, dont 9 975 de pure race[5], parmi lesquels 10 femelles élevées en race pure[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « Sovetskii Tyazhelovoz/Russian Federation », Domestic Animal Diversity Information System of the Food and Agriculture Organization of the United Nations (DAD-IS) (consulté le 13 décembre 2015).
  2. a, b et c (en) « Soviet Heavy Draft », sur Oklahoma State University (consulté le 19 décembre 2007).
  3. (en) Dmitriĭ Danilovich Brezhnev et Ivan Alekseevich Minkevich, Main Achievements of Agricultural Science in the USSR, State Publishing House for Agricultural Literature, , 119 p., p. 89.
  4. Bongianni 1988, p. 111.
  5. Kosharov, Pern et Rozhdestvenskaya 1989.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Bongianni 1988] (en) Maurizio Bongianni (trad. Ardèle Dejey), Simon & Schuster's Guide to Horses and Ponies, New York, Simon & Schuster, , 255  p. (ISBN 0-671-66068-3, OCLC 16755485, lire en ligne), « Soviet heavy draft ». Voir et modifier les données sur Wikidata
  • [Kosharov, Pern et Rozhdestvenskaya 1989] (en) A. N. Kosharov, E. M. Pern et G. A. Rozhdestvenskaya, « Horses », dans Animal Genetic Resources of the USSR. Animal Production and Health Paper Publ., Rome, FAO, , 517 p. (lire en ligne)