Thierry Secretan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thierry Secretan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Thierry Secretan est un photographe et réalisateur français né le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir intégré l'agence Gamma en 1979, il contribue la même année au lancement du magazine Actuel (magazine).

En août 1980, il couvre la grève du chantier Lénine à Gdańsk puis la création du syndicat Solidarność. Très proche de Lech Wałęsa, il organise le déplacement interdit du leader syndical à Varsovie pour sa première rencontre avec le cardinal Wichinsky.

L'Afrique devient ensuite, pendant plus de de vingt ans, son espace de prédilection. Sa passion pour le Ghana l'amène à s'y installer avec sa famille de 1989 à 1992, période pendant laquelle il effectue un important travail photographique et cinématographique sur l'évolution des rites funéraires (en particulier autour du travail de l'atelier Kane Kwei). Ce travail a fait l'objet de publications et d'expositions dans de nombreux pays.

C'est au Ghana que Thierry Secretan réalise son premier film documentaire en 1983. Au début des années 1990, Jean Rouch présente et projette les films de Thierry Secretan au Musée de l'Homme à Paris.

Après des années d'activité photographique et cinématographique indépendante, il est nommé rédacteur en chef de l'agence Sygma en 1997. Ce retour dans l'univers du photo journalisme est bref. Dès 1998, il retourne en Afrique du Sud où il bénéficie du soutien de Nelson Mandela pour diriger la sauvegarde du fonds photographique Alfred Martin Duggan-Cronin (en). Ce projet aboutit en 2001 à l'exposition Coumpound to Kraal qui a lieu à Johannesburg et dont Thierry Secretan et le photographe sud-africain Santu Mofokeng sont les commissaires.

Depuis 2004, Thierry Secretan photographie des paysages au dépouillement absolu, en Terre de Feu et aux Açores ; une recherche d’ordre sensorielle qu'il réalise depuis son voilier. Les images de ce travail sont régulièrement exposées.

Depuis 2010, Thierry Secretan photographie les lieux où son arrière grand-père Victor Rey et son grand père Robert Rey ont combattu ensemble pendant la Première Guerre mondiale, à Verdun, dans la Somme, au Chemin des Dames, en Lorraine et en Alsace. Ce travail a été publié aux éditions de La Martinière en 2012 et porté à la scène par Patrick Pineau en 2014 au Grand T à Nantes.

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Ses photographies se focalisent, dès cette période, sur les mutations éprouvées par les sociétés traditionnelles. Ce questionnement se retrouve jusque dans ses œuvres les plus récentes. Sa démarche photographique est toujours dictée par une recherche historique, l'étude des archives photographiques existantes et par des règles formelles bien définies. Ainsi il retrace l'histoire de l'exploitation des mines d'or et s'interroge sur les origines de l'apartheid en Afrique du Sud en partageant le quotidien des mineurs dans leurs lotissements dont il exhumera les premiers clichés pris à la fin du XIXe siècle. De même, son travail sur les Açores met en parallèle des images anciennes de baleiniers avec ses photographies faites à bord de baleinières.

Le travail de Thierry Secretan sur l'Afrique consacre la créativité de ce continent plutôt que ses conflits, photographiant et filmant nombre d'artistes, de peintres et de musiciens.

Reportages[modifier | modifier le code]

Ses reportages et ses enquêtes à caractère historique ont été publiés dans Le Monde, Stern, Newsweek, GEO, The Independent, Libération, The New York Times Magazine, VSD, Le Figaro Magazine, The Daily Telegraph, Drumetc.

Expositions[modifier | modifier le code]

2013

2012

  • The same but different, galerie LWS, Paris (exposition collective)

2011

2010

  • Œuvres choisies, série Açores, galerie PHOTO4, Paris
  • Fabuleux Cercueils du Ghana et d'Angleterre, musée de la Citadelle, Besançon

2009

  • Il fait sombre, va-t'en, festival Automne en Normandie, Musée d'Évreux, Évreux
  • Mort glorieuse au Ghana, Librairie Visions, rue des Beaux-Arts, dans le cadre du festival Parcours des Mondes, Paris

2008

  • L'Empreinte du cachalot, Mois de la photo 2008, Le Set de la Butte, Paris
  • Nuit de la photographie contemporaine, Foire Saint-Germain, Paris

2006

2001

  • For Ever Life Afrika, FNAC Italie, Paris (exposition collective)
  • Coumpund to Kraal, The Workers' library, Johannesbourg, Afrique du Sud

1997

  • Wie das Leben, so der Sarg, Ifa-Galerie, Stuttgart, Allemagne

1994

Bibliographie de l'artiste[modifier | modifier le code]

  • Trois jours en France, ouvrage collectif, Paris, Nathan, 1989.
  • Il fait sombre va-t'en !, Paris, Hazan, 1994.
  • Going into darkness, Londres, Thames & Hudson, 1995.
  • Alfred-Martin Duggan-Cronin. Photographic expeditions in Southern Africa, Paris, McGregor Museum et Atalante, 1998.
  • Castles and forts of Ghana, Paris, Ghana Monuments Board et Atalante, 1999.
  • Buried Spirit, Tokyo, Kyoichi Tsuzuki, 2000.
  • 1914-1918, le temps de nous aimer, Paris, Lamartinière, 2012.
  • Gamma, une histoire de photographes, ouvrage collectif, Paris, Lamartinière, 2016.

Filmographie principale[modifier | modifier le code]

  • 1983 : L'Étoile Noire
  • 1985 : Thomas Sankara
  • 1985 : Sigue Sigue Sputnik
  • 1986 : L'ANC
  • 1986 : Les papiers du Zimbabwe
  • 1986 : Bokassa
  • 1987 : La RENAMO
  • 1989 : Les cercueils de Monsieur Kane Kwei
  • 1992 : Gentleman Jimmy,
  • 1995 : Les peintres de Kumasi
  • 2004 : César exagère

Collections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Loez, « Ils ont fait la "der des der". "1914-1918, le temps de nous aimer. Robert, Denise et Victor, courriers de guerre", de Thierry Secrétan, et "Un ouvrier-artisan en guerre. Les témoignages de Gaston Mourlot 1914-1919" », Le Monde des livres,‎ (lire en ligne).
  • Gérard Lefort, « Le chemin d’une dame », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Valérie Trierweiler, « A l’amour comme à la guerre », Paris Match,‎ (lire en ligne).