Syndrome de la guerre du Golfe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Syndrome de la guerre du Golfe
Description de cette image, également commentée ci-après
Pyridostigmine, une toxine impliquée (antidote aux gaz neurotoxiques).
CIM-9 V65.5 (inconclusive)
also nonstandard "DX111"
MeSH D018923

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le syndrome de la guerre du Golfe est une maladie touchant les anciens combattants de la guerre du Golfe Persique (1990-1991). Il se caractérise par de nombreux symptômes[1], comme des troubles du système immunitaire et peut-être des malformations chez leurs descendants, probablement liés aux expositions des personnels à des agents neurotoxiques, des pilules de bromure de pyridostigmine et d'autres neurotoxines potentielles[2].

Existence de ce syndrome[modifier | modifier le code]

La réalité de ce syndrome a été mise en doute par plusieurs études qui n'ont pas pu clairement mettre en évidence de liens de cause à effet, tout en admettant que les vétérans de cette guerre sont plus touchés par un groupe de symptômes similaires, par rapport au reste de la population. Aucun mécanismes pathologiques spécifique n'étant à ce jour compris, la controverse persiste quant à la physiologie sous-jacente[3],[2],[4],[5] et les contradicteurs estiment alors qu'il s'agit d'un syndrome de fatigue chronique (SFC)[6].

Plusieurs avancées scientifiques récentes plaident cependant pour la réalité de ce syndrome :

  • L'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf, qui permet de visualiser en direct l'activité du cerveau) a montré des différences spécifique à ce syndrome dans les réactions à un simple test d'effort léger[7],[8]. Ces différences le montrent notamment différent du syndrome de fatigue chronique (SFC) ou « encéphalomyélite myalgique »[9],[10] ;
  • une étude récente (2020) s'est basée sur l'apprentissage automatique de l'analyse des données IRMf (via un algorithme de régression logistique utilisé par un réseau neuronal), méthode déjà utilisée pour mieux comprendre l'autisme[11]. Elle a confirmé chez les vétérans testés une spécificité des symptômes d'épuisement au test d'effort sur vélo (différences détectées avant et après l'exercice)[6]. Elle confirme aussi qu'une analyse des données IRMF-Signal BOLD de la tâche de mémoire de travail n-back permet de différencier cette maladie du syndrome de fatigue chronique. Selon les auteurs, en dépit de symptômes similaires, leurs modèles d'activation dans le cerveau suggère qu'il s'agit bien de deux maladies distincte[6]. Des techniques de modélisation multivariée pourrait être cliniquement utile pour mieux différencier les deux maladies et, ajoutent-ils, de futures études pourraient bénéficier d'un plus grand nombre de tests et de données[6].

Prévalence du syndrome chez les anciens combattants de la Guerre du Golfe[modifier | modifier le code]

Cette prévalence semble varier selon les pays impliqués. Mais entre les années 1990 et 2018, 27 des 28 pays impliqués dans la Guerre du Golfe ont détecté et signalé ce syndrome chez leurs anciens combattants[12]. Elle varie aussi selon le grade, le type de corps d'armée et les missions des personnels lors de cette guerre[12].

Une étude australienne (2009) n'avait pas trouvé de différences de comorbidités entre les personnels militaires australiens activement déployés et non-déployés[13].

Mais le vaste corpus de recherches développé aux États-Unis, examiné par deux rapports du Department of Veterans Affairs en 2008, puis en 2014, ainsi qu'un rapport (2010) de l'Institute Of Medicine (IOM) ont au contraire révélé que cette maladie multisymptomique chronique est plus fréquente chez les anciens combattants américains de la Guerre du Golfe que chez leurs homologues non-déployés (ou que chez les anciens combattants des conflits précédents)[14],[15],[16].

  • selon le rapport du RAC[17] (2014) du Department of Veterans Affairs, 37 % des vétérans américains du Golfe sont touchés, avec un excès de symptômes évalué à "de 26 à 32% chez eux, par rapport aux anciens combattants de l'époque non-déployés". Une étude plus récente et plus large du Department of Veterans Affairs a conclu à un excès de prévalence de 25 % [15] ;
  • en 2018, un rapport du ministère américain de la Défense estime que de 175 000 à 250 000 des quelque 700 000 soldats déployés sur le théâtre d'opérations de 1990 à 1991 ont subi ce syndrome[12].
  • Des études épidémiologiques montrent que la prévalence du syndrome varie dans différents sous-groupes d'anciens combattants. L'armée de terre américaine et le corps des Marines ont été plus touchés que ceux qui ont servi dans la marine et l'armée de l'air[12]. Le personnel enrôlé américain a aussi été plus touché que les officiers[12]. Les taux sont aussi les plus élevés parmi les soldats ayant servi dans les zones avancées[12].
  • On considère en 2020 que le syndrome de la Guerre du Golfe affecte 25 à 30% des 700 000 soldats américains ayant directement participé au conflit[18],[19],[2],[6].

Enjeux économiques[modifier | modifier le code]

À titre de comparaison, selon les CDC, un peu plus d'un million d'individus seraient touchés, rien qu'aux États-Unis par le syndrome de fatigue chronique (SFC, souvent comparé au syndrome de la Guerre du Golfe), or ce syndrome est responsable de pertes annuelles de productivité dont le coût a été évalué à 9,1 milliards USD/an pour ce pays[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

En janvier 1994, le Ministère de la Défense Américain crée un Comité chargé de coordonner les efforts visant à répondre aux problèmes de santé des vétérans de la guerre du Golfe[1].

Des milliers de publications (revues générales, articles scientifiques et de journaux, rapports...) ont été publiés en Amérique du Nord sur ce syndrome[1], souvent confrontées à la subjectivité des réponses aux autogestionnaires, à des échantillons pas ou peu représentatifs[21],[22] et souvent non comparés à un groupe témoin[23],[24],[25].

Selon ces études, les symptômes les plus fréquemment constatés chez les vétérans américains de la Guerre du Golfe sont (en ordre décroissant) : « la fatigue, les maux de tête, les éruptions cutanées, les douleurs musculo-articulaires, les pertes de mémoire, les troubles du sommeil, les douleurs thoraciques, ainsi que la toux, les diarrhées et autres symptômes gastro-intestinaux »[1].

Symptomes les plus associés au syndrome :

Prévalence excessive de symptomes généraux[26](p70) *
Symptome États-Unis. Royaume-Uni Australie Danemark
Fatigue 23% 23% 10% 16%
Maux de tête 17% 18% 7% 13%
Trouble de la mémoire 32% 28% 12% 23%
Douleurs musculaires/articulaires 18% 17% 5% 2% (<2%)
Diarrhée 16% 9% 13%
Dyspepsie/trouble de la digestion 12% 5% 9%
troubles neurologiques 16% 8% 12%
Cancers 33% 9% 11%
Prévalence excessive de maladies reconnues[26](p71)
Maladie États-Unis Royaume-Uni Canada Australie
maladies de peau 20–21% 21% 4–7% 4%
Arthrites/problèmes articulaires 6–11% 10% (-1)–3% 2%
Troubles gastro-intestinaux 15% 5–7% 1%
Troubles respiratoires 4–7% 2% 2–5% 1%
Synrome de fatigue chronique 1–4% 3% 0%
Stress post-traumatique 2–6% 9% 6% 3%
Maladie chronique à symptômes multiples 13–25% 26%
* Les deux tableaux ci-dessus ne concerne qu'une partie des forces de la coalition impliquées dans les combats.

Ces études n'ont pas trouvé de cause unique au syndrome, et n'ont généralement pas retenu comme cause majeure ou principale :

...mais sans totalement exclure de relation causale[27],[29],[28].

Le rôle éventuel des insecticides organophosphorés (notamment en contexte de stress, de forte chaleur...) était en 2004 encore en débat[1].

Les vaccinations multiples imposées aux soldats lors du déploiement, en particulier celles visant à les protéger contre des armes bactériologiques (charbon, botulisme, peste...) semblent par contre associées à un excès de plusieurs signes et symptômes [27],[28].

En France[modifier | modifier le code]

Bien que 20 497 personnels militaires et civils aient été envoyés sur le terrain pour cette guerre, aucune étude n'a été officiellement produite ni référencées en France sur ce sujet avant 2004[1].

Le ministère de la défense explique ceci par le fait que les soldats envoyés par la France sur le terrain de la guerre du Golfe y auraient bénéficié d’un encadrement médical de proximité (généralistes et psychiatres) qui n'a pas signalé de pathologies atypiques propres à cette guerre.
Ensuite (de 1991 à 2000) la médecine militaire française, lors des visites médicales n’a pas observé chez les militaires d’active de signes ou symptômes indiquant une pathologie anormale et significative, ce pourquoi le Service de Santé des Armées n'a pas ensuite jugé nécessaire de déployer une surveillance spécifique ni mener d’enquête ciblée chez les anciens combattants du Golfe comme cela a été fait aux Etats-Unis[1].
En France, les « vétérans » rendus à la vie civile n’ont en outre pas bénéficié de ce suivi personnalisé, échappant donc aux statistiques[1] et en 2001, les auteurs du rapport Salamon (2004) ne disposait plus que de 12 754 adresses de vétérans connues (12 518 militaires et 236 civils), certains n'habitant plus à l'adresse indiquée[1]. 10 à 12 ans après les faits, les répondeurs à l'enquête peuvent en outre être sujets à un biais de mémoire ou avoir été influencé par ce qu'ils ont retenu des médias[1].

En , une Association de défense des soldats victimes de la guerre du Golfe (AVIGOLFE) s'est créée, alors que le Ministère de La Défense nommait un groupe d’experts militaires, avant de solliciter (), en lien avec le Secrétariat d’Etat à la Santé, la création d'un groupe de travail indépendant, devant étudier les données sanitaires relatives aux anciens combattants français de la guerre du Golfe[1].

Parallèlement une Mission d'information parlementaire (présidée par le Député Bernard Cazeneuve) est mise en place (en ).

Les experts du groupe de travail ont recommandé[1] :

  • des études épidémiologiques et une évaluation des risques sanitaires liés aux opérations ;
  • une analyse de la mortalité des militaires déployés dans le Golfe pour estimer la mortalité globale et pour différentes causes de décès (comme la mortalité par cancers ou par accidents), avec une comparaison de ces taux à la population générale ou à des populations de militaires déployés ou non dans d’autres opérations militaires extérieures ;
  • une enquête exhaustive sur l’ensemble des vétérans de la guerre du Golfe ayant pour objectif de dresser un bilan des plaintes ressenties, de mesurer les troubles objectifs au moyen d’examens cliniques et para-cliniques, de proposer un suivi éventuel et une offre de soins en consultations hospitalières spécialisées, civiles ou militaires.
  • des recherches spécifiques (ex : étude des stimulations antigéniques répétées chez l’adulte)
  • la mise en place d’un réseau de veille et de surveillance de la santé des anciens combattants (y compris au-delà de leur service actif, car les effets de technologies nouvelles telles que les munitions à uranium appauvri, ou situés dans des zones particulières, peuvent n’apparaître qu’à moyen ou long terme).

Le Ministère de la Défense a donc chargé le Professeur Salamon de conduire une enquête exhaustive sur ces sujets, travail fait d’ à , rendu mi-2004[1], sur la base d'un questionnaire à 118 questions fermées et 20 questions ouvertes, sans groupe témoin[1]. sur 236 civils, seuls 32 ont répondu à l’enquête. Et sur 20 261 militaires et anciens combattants concernés, 10 478 militaires ont pu être contacté par courrier, dont seuls 5 702 ont répondu (505 ont refusé de participer à l'enquête). 36 questionnaires n'ont pas été utilisés (remplis par un tiers pour une personne décédée depuis la période étudiée ou remplis par des personnes envoyées avant ou après la période étudiée. Au total, 28% des personnels susceptibles d’avoir été en mission extérieure dans le Golfe Persique entre 1990 et 1991 ont répondu. Les répondants le souhaitant ont bénéficié d'une visite médicale gratuite. 110 dosages urinaires d'uranium ont été fait ; aucun ne s’est révélé positif (mais plus de 10 ans après une éventuelle exposition)[1].

les symptômes les plus souvent estimés liés à la mission dans le Golfe par les répondeurs eux-mêmes étaient[1]  :

  • mal de dos (« 5% des sujets imputant au moins un de leur symptôme à leur mission dans le Golfe »)
  • dépression (3% des répondants),
  • Douleurs articulaires (3%),
  • douleurs gastriques (3%)
  • céphalées (2%).

Les répondeurs qui ont imputé au moins un symptôme à leur mission dans le Golfe « rapportaient plus souvent avoir été exposés aux tempêtes de sable (86% contre 67%), aux fumées de puits de pétrole incendiés (33% contre 26%), aux alertes NBC (79% contre 53%), aux médicaments (77% contre 52%) et aux insecticides (31% contre 22%) »[1], mais comparativement aux soldats anglais ou américains, ils semblent avoir été moins exposés aux fumées de puits de pétrole incendiés (33% des répondants français contre 85% selon d'autres études étrangères)[30],[21],[27],[28], aux alertes NBC (63% contre 71% des participants à l’étude britannique de Unwin)[30] ou aux insecticides (25% contre 27% à 69% ailleurs)[21],[27].

Symptomatologie, épidémiologie[modifier | modifier le code]

Plus d’une cinquantaine de signes et symptômes de ce syndrome ont été répertoriés[1]. Ils sont très divers : fatigue chronique, sommeil non-réparateur, perte de contrôle musculaire, troubles visuels, de la mémoire et différents troubles cognitifs, très forts maux de tête, étourdissements et pertes d'équilibre, douleurs musculaires et articulaires (thoraciques notamment), trouble intestinal grave, problèmes de peau et parfois même résistance à l'insuline[réf. nécessaire], dépression et problèmes de type stress post-traumatique.

En particulier pour les signes et symptômes fonctionnels, toutes les études ont retrouvé ces signes et symptômes nettement plus fréquents chez les militaires mobilisés sur site lors de la guerre du Golfe que chez les militaires témoins (non déployés ou déployés en Bosnie-Herzégovine, ou les munitions à uranium ont aussi été utilisées)[21],[27],[29] ; Généralement, les vétérans de cette guerre présentent une fréquence de signes plus élevée que les sujets témoins[1].

Une légère surmortalité par accident de la route a aussi été constatée comparativement à celle observée chez les militaires dans d'autres contextes de guerre[31],[32], différence partiellement expliquée par un excès de conduites à risque, et une enquête américaine sur les caractéristiques du déploiement dans le Golfe Persique, a estimé que les militaires déployés avaient des comportements, antérieurs à la guerre du Golfe, plus à risque que les militaires non déployés[33].

La natalité, morbidité ou mortalité néonatale et infantile ne semblent pas avoir été affectés par rapport à la population générale[34],[35],[21]) chez les militaires de la guerre du Golfe, mais ils ont subi une plus grande fréquence de fausses couches

Une hausse des anomalies congénitales a été suggérée, mais remise en cause par une revue de 2006 de plusieurs études sur les enfants d'anciens combattants de la coalition, qui n'a trouvé de preuve assez solide[36], puis un rapport de 2008 a conclu qu '"il est difficile de tirer des conclusions définitives sur les anomalies congénitales et l'issue de la grossesse chez les anciens combattants de la guerre du Golfe", observant que s'il y a eu "des taux excessifs, mais modestes, de malformations congénitales chez les enfants d'anciens combattants de la guerre du Golfe". , les "taux globaux se situent toujours dans la fourchette normale trouvée dans la population générale"[37], tout en appelant à plus de recherche à ce sujet.

Selon les statistiques américaines, les soldats présentent aussi un excès de sclérose latérale amyotrophique (par rapport à la population générale et aux militaires non-mobilisés dans la Guerre du Golfe)[38],[39].

En 2004, en France, selon le rapport Salamon, chez les répondeurs à l'enquête, on n'a pas détecté d'anomalies de fréquence de cancer (au contraire, les répondeurs étaient moins touchés que la population générale), de malformations congénitales, de Sclérose en plaque ni de sclérose latérale amyotrophique, mais trois types de groupes de symptômes semblaient corrélés et plus spécifiques :

  1. « un regroupement de signes respiratoires (toux, mal de gorge, respiration sifflante) » ;
  2. « un regroupement de signes neuropsychologiques (problèmes pour trouver les mots, troubles mnésiques, désorientation ...) » ;
  3. « un regroupement de signes psychologiques (dépression, panique ou angoisse) ».


Depuis 2006, la sclérose latérale amyotrophique, la fibromyalgie et des décès dus au cancer du cerveau sont reconnus par les départements de la Défense américaine et des anciens combattants comme potentiellement liés au service durant la guerre du Golfe[40].

Causes ?[modifier | modifier le code]

Ce syndrome, reconnu comme multifactoriel, est encore incomplètement expliqué. Parmi les causes semblant pouvoir être retenues :

Zones d'engagements majeurs des armées, où les munitions à l'uranium ont été utilisées

Exposition à l'uranium appauvri (UA)[modifier | modifier le code]

Cette guerre a été la première à utiliser une grande quantité de munitions perforantes à uranium appauvri [41], ce qui a fait suggérer au début des années 2000 qu'une exposition à l'uranium pourrait être une cause possible du syndrome de la guerre du Golfe[42]. En 2008, une étude du département américain des Anciens Combattants n'a pas trouvé de lien de cause à effet entre l'exposition à l'UA et les pathologies multisymptomiques touchant les soldats. Il a conclu que "l'exposition aux munitions à l'UA n'est probablement pas une cause principale de maladie de la guerre du Golfe". Mais des indices laissent penser qu'une exposition à long terme à des doses élevées d'UA peut causer d'autres problèmes de santé (sans rapport avec le syndrome de la Guerre du Golfe)[14]. Puis alors que le temps passait, d'autres études médicales (reviews), plus récentes, ont conclu qu'au contraire, l'uranium semble bien impliqué : « le nombre d'anciens combattants de la guerre du Golfe ayant développé le syndrome de la guerre du Golfe après une exposition à des quantités importantes d'UA a grimpé à environ un tiers des 800 000 membres des forces américaines déployés", avec 25 000 ayant subi une mort prématurée »[43] ;
Depuis 2011, les anciens combattants américains peuvent demander une indemnité d'invalidité pour des problèmes de santé liés à l'exposition à l'uranium appauvri, l'Administration des anciens combattants statuant sur ces demandes au cas par cas[41].

Vaccination[modifier | modifier le code]

La similarité des troubles de ce syndrome avec ceux de la myofasciite à macrophages[44] évoque une éventuelle origine vaccinale, au même titre que sa similitude avec le syndrome de fatigue chronique[45].
En France et dans le monde, aucun lien de causalité entre les adjuvants vaccinaux et la myofasciite à macrophages n'a été reconnu officiellement[46],[47], quelques publications suggèrent néanmoins le contraire[48].

Exposition à des gaz de combat (inhibiteurs de l'acétylcholinestérase)[modifier | modifier le code]

Nombre de symptômes de la « maladie de la guerre du Golfe » sont aussi ceux d'intoxications par de faibles doses d'organophosphorés, de gaz moutarde et de divers gaz neurotoxiques[49],[50]. Et les vétérans de cette guerre semblent avoir été, au moins accidentellement, exposés à des sources de ces composés (gaz neurotoxiques et pesticides notamment[51]). Des unités spécialisées en détection de produits chimiques venues de Tchécoslovaquie, de France et de Grande-Bretagne ont confirmé la présence d'agents chimiques, immédiatement signalée aux forces américaines, qui ont à leur tour détecté, confirmé et signalé des agents chimiques[52]. Selon le rapport Riegle, des alarmes chimiques se sont déclenchées 18 000 fois lors de cette guerre[52]. Après le début de la guerre aérienne (), les forces de la coalition ont été exposées faiblement mais chroniquement à des niveaux (non létaux) d'agents chimiques et biologiques libérés principalement par une attaque irakienne directe (via des missiles, des roquettes, de l'artillerie ou des munitions aériennes) et par les retombées des bombardements alliés contre des installations de munitions de guerre chimique du régime irakien[52]. En 1997, selon un rapport non classifié du gouvernement américain : « La Communauté du renseignement des États-Unis[53] a estimé que l'Iraq n'a pas utilisé d'armes chimiques durant la guerre du Golfe. Cependant, sur la base d'un examen complet des renseignements et des informations pertinentes mis à disposition par la Commission spéciale des Nations Unies (CSNU), nous concluons qu'un agent de guerre chimique (CW) a été libéré à la suite de la démolition d'après-guerre américaine de roquettes avec des ogives chimiques dans un bunker (dit 'Bunker 73' par l'Irak) et dans une fosse dans une zone connue sous le nom de Khamisiyah "[54] ».
Plus de 125 000 soldats américains et environ 9 000 soldats britanniques auraient été exposés à un gaz neurotoxique et au gaz moutarde lorsque le dépôt de munition irakien de Khamisiyah a été peu à peu détruit entre le et mi-, près de Tall al Lahm (coordonnées : 304700N/0462615E), à environ 100 km de la frontière koweïtienne, alors que les munitions chimiques qui (selon une analyse rétrospective) n'étaient pas marquées ont été détruites comme si elles avaient été conventionnelles.
Des études récentes ont confirmé des soupçons antérieurs d'exposition au sarin, en combinaison avec d'autres contaminants (pesticides et les PB), était liée à des rapports de maladie chez les vétérans. De 100 000 à 300 000 personnes auraient ainsi exposées à des agents neurotoxiques[55].
En 2008 un premier rapport du Comité consultatif de recherche du Département américain des anciens combattants (VA) a déclaré que les preuves restaient « incohérentes ou limitées »[56]. De son côté, en 2008 également, la National Academy of Sciences a publié des indices suggérant qu'une exposition accidentelle à des gaz de combats pourrait être l'une des causes de ce syndrome[57].
Puis en 2014, un second rapport conclu que « l'exposition aux agents de gaz neurotoxiques sarin / cyclosarine a été reliée par deux autres études à des changements dans les résultats de l'imagerie par résonance magnétique structurelle, qui sont associés à des diminutions cognitives, étayant davantage que les preuves examinées dans le rapport de 2008 la conclusion que l'exposition à ces agents est étiologiquement importante pour le dysfonctionnement du système nerveux central qui se produit au sein de certains sous-groupes d'anciens combattants de la guerre du Golfe »[58].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s Salamon R (2004) [Rhttps://hal-lara.archives-ouvertes.fr/hal-01571608/document Rapport de l'enquête française sur la guerre du Golfe et ses conséquences sur la santé ; Répondant à la lettre de mission du 6 juin 2001 adressée par le cabinet du Ministre du Ministère de la Défense] ; [Rapport de recherche INSERM], 286 p., bibliographie p. 276 et 277, tableaux, graphiques. hal-01571608
  2. a b et c (en) Gary S. Gronseth, « Gulf War Syndrome: A Toxic Exposure? A Systematic Review », Neurologic Clinics, vol. 23, no 2,‎ , p. 523–540 (DOI 10.1016/j.ncl.2004.12.011, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  3. (en) Bruce M. Carruthers, Anil Kumar Jain, Kenny L. De Meirleir et Daniel L. Peterson, « Myalgic Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome: Clinical Working Case Definition, Diagnostic and Treatment Protocols », Journal of Chronic Fatigue Syndrome, vol. 11, no 1,‎ , p. 7–115 (ISSN 1057-3321 et 1547-0660, DOI 10.1300/J092v11n01_02, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  4. (en) J.M.S. Pearce, « The Enigma of Chronic Fatigue », European Neurology, vol. 56, no 1,‎ , p. 31–36 (ISSN 0014-3022 et 1421-9913, DOI 10.1159/000095138, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  5. Pichot, P. La neurasthénie, hier et aujourd’hui [Neurasthenia, yesterday and today]. Encephale 1994, 20, 545–549.
  6. a b c d et e (en) Destie Provenzano, Stuart D. Washington, Yuan J. Rao et Murray Loew, « Machine Learning Detects Pattern of Differences in Functional Magnetic Resonance Imaging (fMRI) Data between Chronic Fatigue Syndrome (CFS) and Gulf War Illness (GWI) », Brain Sciences, vol. 10, no 7,‎ , p. 456 (ISSN 2076-3425, PMID 32708912, PMCID PMC7407325, DOI 10.3390/brainsci10070456, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  7. (en) Rakib U. Rayhan, Benson W. Stevens, Megna P. Raksit et Joshua A. Ripple, « Exercise Challenge in Gulf War Illness Reveals Two Subgroups with Altered Brain Structure and Function », PLoS ONE, vol. 8, no 6,‎ , e63903 (ISSN 1932-6203, PMID 23798990, PMCID PMC3683000, DOI 10.1371/journal.pone.0063903, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  8. (en) F. P. de Lange, « Neural correlates of the chronic fatigue syndrome--an fMRI study », Brain, vol. 127, no 9,‎ , p. 1948–1957 (ISSN 1460-2156, DOI 10.1093/brain/awh225, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  9. Destie Provenzano, Stuart D. Washington et James N. Baraniuk, « A Machine Learning Approach to the Differentiation of Functional Magnetic Resonance Imaging Data of Chronic Fatigue Syndrome (CFS) From a Sedentary Control », Frontiers in Computational Neuroscience, vol. 14,‎ , p. 2 (ISSN 1662-5188, PMID 32063839, PMCID PMC7000378, DOI 10.3389/fncom.2020.00002, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  10. (en) Destie Provenzano, Stuart D. Washington, Yuan J. Rao et Murray Loew, « Logistic Regression Algorithm Differentiates Gulf War Illness (GWI) Functional Magnetic Resonance Imaging (fMRI) Data from a Sedentary Control », Brain Sciences, vol. 10, no 5,‎ , p. 319 (ISSN 2076-3425, PMID 32466139, PMCID PMC7287630, DOI 10.3390/brainsci10050319, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  11. (en) Bhaskar Sen, Neil C. Borle, Russell Greiner et Matthew R. G. Brown, « A general prediction model for the detection of ADHD and Autism using structural and functional MRI », PLOS ONE, vol. 13, no 4,‎ , e0194856 (ISSN 1932-6203, PMID 29664902, PMCID PMC5903601, DOI 10.1371/journal.pone.0194856, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  12. a b c d e et f The Gulf War Illness Landscape" (PDF). U.S. Department of Defense. Mai 2018. Retrieved 11 July 2018. Congressionally Directed Medical Research Program
  13. (en) H. L. Kelsall, D. P. McKenzie, M. R. Sim et K. Leder, « Physical, Psychological, and Functional Comorbidities of Multisymptom Illness in Australian Male Veterans of the 1991 Gulf War », American Journal of Epidemiology, vol. 170, no 8,‎ , p. 1048–1056 (ISSN 0002-9262 et 1476-6256, DOI 10.1093/aje/kwp238, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  14. a et b Research Advisory Committee on Gulf War Veterans' Illnesses, « Gulf War Illness and the Health of Gulf War Veterans: Scientific Findings and Recommendations » [archive du ], U.S. Department of Veterans Affairs, (consulté le 9 mai 2012)
  15. a et b Gulf War Illness and the Health of Gulf War Veterans: Research Update and Recommendations, 2009–2013: Updated Scientific Findings and Recommendations (PDF). Washington, DC: U.S. Department of Veterans Affairs. Mai 2014. pp. 3, 9–10, 20.
  16. (en) Update of Health Effects of Serving in the Gulf War, vol. 8, Washington, DC, National Academies Press, (ISBN 978-0-309-14921-1, lire en ligne), p. 109
  17. RAC = Research Advisory Committee on Gulf War Veterans' Illnesses
  18. (en) Lea Steele, Antonio Sastre, Mary M. Gerkovich et Mary R. Cook, « Complex Factors in the Etiology of Gulf War Illness: Wartime Exposures and Risk Factors in Veteran Subgroups », Environmental Health Perspectives, vol. 120, no 1,‎ , p. 112–118 (ISSN 0091-6765 et 1552-9924, PMID 21930452, PMCID PMC3261934, DOI 10.1289/ehp.1003399, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  19. (en) Keiji Fukuda, « Chronic Multisymptom Illness Affecting Air Force Veterans of the Gulf War », JAMA, vol. 280, no 11,‎ , p. 981 (ISSN 0098-7484, DOI 10.1001/jama.280.11.981, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  20. Centers for Disease Control and Prevention (2006). Chronic Fatigue Syndrome. 26 mai. www.cdc.gov/cfs
  21. a b c d et e Steele L. Prevalence and patterns of Gulf War illness in Kansas veterans: Association of symptoms with characteristics of person, place, and time of military service. Amer J Epidemiol 2000;152(10):992-1002.
  22. Proctor SP, Heeren T, White RF, Wolfe J, Borgos MS, Davis JD, et al. Health status of Persian Gulf War veterans: self- reported symptoms, environmental exposures and the effect of stress. Int J Epidemiol 1998;27(6):1000-10.
  23. Joseph SC. A comprehensive clinical evaluation of 20,000 Persian Gulf War veterans. Comprehensive Clinical Evaluation Program Evaluation Team. Mil Med 1997;162(3):149-55.
  24. Murphy FM, Kang H, Dalager NA, Lee KY, Allen RE, Mather SH, et al. The health status of Gulf War veterans: lessons learned from the Department of Veterans Affairs Health Registry. Mil Med 1999;164(5):327-31.
  25. Roy MJ, Koslowe PA, Kroenke K, Magruder C. Signs, symptoms, and ill-defined conditions in Persian Gulf War veterans: findings from the Comprehensive Clinical Evaluation Program. Psychosom Med 1998;60(6):663-8.
  26. a et b (en) « Pre 2014 Archived Meetings and Minutes, Research Advisory Committee on Gulf War Veterans' Illnesses », U.S. Department of Veterans Affairs (consulté le 15 août 2019)
  27. a b c d e f g et h Kang HK, Mahan CM, Lee KY, Magee CA, Murphy FM. Illnesses among United States veterans of the Gulf War: a population-based survey of 30,000 veterans. J Occup Environ Med 2000;42(5):491-501
  28. a b c d et e Gray GC, Kaiser KS, Hawksworth AW, Hall FW, Barrett-Connor E. Increased postwar symptoms and psychological morbidity among U.S. Navy Gulf War veterans. Am J Trop Med Hyg 1999;60(5):758-66.
  29. a b et c Unwin C, Blatchley N, Coker W, Ferry S, Hotopf M, Hull L, et al. Health of UK servicemen who served in Persian Gulf War. Lancet 1999;353(9148):169-78
  30. a et b Penman AD, Currier MM, Tarver RS. No evidence of increase in birth defects and health problems among children born to Persian Gulf War veterans in Mississippi. Mil Med 1996;161(1):1-6.
  31. Kang HK, Bullman TA. Mortality among U.S. veterans of the Persian Gulf War. N Engl J Med 1996;335(20):1498-504.
  32. Macfarlane GJ, Thomas E, Cherry N. Mortality among UK Gulf War veterans. Lancet 2000;356(9223):17-21.
  33. Bell NS, Amoroso PJ, Williams JO, Yore MM, Engel CC, Jr., Senier L, et al. Demographic, physical, and mental health factors associated with deployment of U.S. Army soldiers to the Persian Gulf. Mil Med 2000;165(10):762-72
  34. Araneta MR, Destiche DA, Schlangen KM, Merz RD, Forrester MB, Gray GC. Birth defects prevalence among infants of persian gulf war veterans born in hawaii, 1989-1993. Teratology 2000;62(4):195-204.
  35. Cowan DN, DeFraites RF, Gray GC, Goldenbaum MB, Wishik SM. The risk of birth defects among children of Persian Gulf War veterans. N Engl J Med 1997;336(23):1650-6.
  36. (en) Patricia Doyle, Noreen Maconochie et Margaret Ryan, « Reproductive health of Gulf War veterans », Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 361, no 1468,‎ , p. 571–584 (ISSN 0962-8436 et 1471-2970, PMID 16687262, PMCID PMC1569619, DOI 10.1098/rstb.2006.1817, lire en ligne, consulté le 21 septembre 2020)
  37. U.S. Department of Veterans Affairs (2008) Rapport "Gulf War Illness and the Health of Gulf War Veterans, Scientific Findings and Recommendations", |page=50 (p. 60 du PDF) |url=http://www.va.gov/RAC-GWVI/docs/Committee_Documents/GWIandHealthofGWVeterans_RAC-GWVIReport_2008.pdf
  38. Haley, R.W. Excess incidence of ALS in young Gulf War Veterans, Neurology 2003 ; 61 :750-6.
  39. Horner RD, Feussner JR, Grambow SC et al – Occurrence of amyotrophic lateral sclerosis among Gulf War Veterans Neurology 2003 ; 61 :742-9.
  40. (en) « First Gulf War still claims lives », Seattle Post-Intelligencer, 16 janvier 2006.
  41. a et b Modèle:Lie web
  42. (en) George C.-T. Jiang et Michael Aschner, « Neurotoxicity of Depleted Uranium: Reasons for Increased Concern », Biological Trace Element Research, vol. 110, no 1,‎ , p. 1–18 (ISSN 0163-4984, DOI 10.1385/BTER:110:1:1, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  43. (en) Armando Faa, Clara Gerosa, Daniela Fanni et Giuseppe Floris, « Depleted Uranium and Human Health », Current Medicinal Chemistry, vol. 25, no 1,‎ , p. 49–64 (DOI 10.2174/0929867324666170426102343, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020)
  44. (en) Shoenfeld Y, Agmon-Levin N. « ASIA - Autoimmune/inflammatory syndrome induced by adjuvants » Journal of Autoimmunity (2010), PDF DOI:10.1016/j.jaut.2010.07.003.
  45. (en) Research Advisory Committee on Gulf War Veterans' Illnesses. Gulf War Illness and the Health of Gulf War Veterans: Scientific Findings and Recommendations, Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office, november 2008.
  46. [1], "Adjuvants vaccinaux aluminiques : l’Académie nationale de pharmacie fait le point", lettre de l'Ordre National des pharmaciens, 14 avril 2016
  47. (en) Center for Biologics Evaluation and Research, « Common Ingredients in U.S. Licensed Vaccines », FDA,‎ (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  48. (en) Keele University, « Al in Adjuvants, Keele University », sur Keele University (consulté le 26 novembre 2019)
  49. Friis, Robert H.; Thomas A. Sellers (2004). Epidemiology for Public Health Practice. Jones & Bartlett Publishers. (ISBN 978-0-7637-3170-0).
  50. Spektor, Dalia M.; Rettig, Richard A.; Hilborne, Lee H.; Golomb, Beatrice Alexandra; Marshall, Grant N.; Davis, L. M.; Sherbourne, Cathy Donald; Harley, Naomi H.; Augerson, William S.; Cecchine, Gary (1998). [A Review of the Scientific Literature as it Pertains to Gulf War Illnesses]. United States Dept. of Defense. RAND Corporation. (ISBN 978-0-8330-2680-4).
  51. Cecchine, G., Golomb, B. A., Hilborne, L. H., Spektor, D. M., & Anthony, C. R. (2000) A Review of the Scientific Literature as it Pertains to Gulf War Illnesses Volume 8: Pesticides. RAND CORP SANTA MONICA CA.
  52. a b et c Riegle D.W & D’Amato A.M (1994) w:en.wikisource.org/wiki/Riegle_Report : The Riegle Report : US chemical and biological warfare-related dual use exports to Iraq and their possible impact on the health consequences of the Gulf War] (Sénat américain).
  53. cette communauté (Intelligence Community) comprend la Central Intelligence Agency, la Defense Intelligence Agency, le Bureau of Intelligence and Research (State), la National Security Agency, la National Imagery and Mapping Agency, et plusieurs autres organisations au sein du Departments of Defense, Treasury, Justice, and Energy
  54. Persian Gulf War Illnesses Task Force (9 April 1997). "Khamisiyah: A Historical Perspective on Related Intelligence". Federation of American Scientists. Archived from the original on 22 July 2013. Consulté le 22 septembre 2020
  55. Golomb BA (Mars 2008). "Acetylcholinesterase inhibitors and Gulf War illnesses". Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A. 105 (11): 4295–300. Bibcode:2008PNAS..105.4295G. doi:10.1073/pnas.0711986105. PMC 2393741. PMID 18332428.
  56. Research Advisory Committee on Gulf War Veterans' Illnesses, U.S. Department of Veterans Affairs (2008) Gulf War Illness and the Health of Gulf War Veterans: Scientific Findings and Recommendations (PDF) (Report). Washington, DC: U.S. Government Printing Office. p. 1.
  57. (en) Golomb, B. (2008) « Acetylcholinesterase inhibitors and Gulf War illnesses » Proc Natl Acad Sci ; Reuters ; MedPageToday.com.
  58. U.S. Department of Veterans Affairs (mai 2014) Gulf War Illness and the Health of Gulf War Veterans : Research Update and Recommendations, 2009–2013 : Updated Scientific Findings and Recommendations (PDF). Washington, DC: . pp. 3, 9–10, 20.