Suzanne Sarroca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Suzanne Sarroca
Naissance (93 ans)
Carcassonne
Genre musical soprano
Instruments Voix
Années actives Depuis 1948
Carte postale avec autographe de Suzanne Sarroca dans le rôle de Tosca (Puccini)

Suzanne Sarroca (née le à Carcassonne) est une chanteuse soliste lyrique et soprano française[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Elle suit des études de chant au conservatoire de Toulouse (1946-1948).

Carrière de chanteuse lyrique[modifier | modifier le code]

Elle commence sa carrière comme mezzo-soprano dans le rôle de Charlotte (Werther) à Carcassonne, rôle qu'elle reprend la même année au Capitole de Toulouse. En 1951, elle chante Carmen à La Monnaie de Bruxelles[3].

Elle aborde ensuite les grands emplois de soprano lyrico-dramatiques et fait, en 1952, des débuts remarqués[réf. nécessaire] dans Tosca (de Giacomo Puccini) à l'Opéra de Paris, au sein duquel elle chante tant à l'Opéra Garnier qu'à l'Opéra-Comique :

Elle crée Numance d'Henry Barraud (tragédie lyrique), interprète le rôle-titre de Louise, Blanche de la Force (Dialogues des Carmélites)[1], Tatiana dans Eugène Onegin, et Octavian dans Der Rosenkavalier aux côtés de Régine Crespin ou d'Elisabeth Schwarzkopf.

Elle déploie pendant plus de trente ans une activité dans les grands théâtres de province : Toulouse, Strasbourg, Marseille (Donna Anna en 1956), Bordeaux et Nice (Tosca avec Franco Corelli en 1970).

Particulièrement recherchée à l'étranger pour ses incarnations de Tosca, d'Aïda et d'Elisabeth de Don Carlo, elle triomphe dans ces rôles à Buenos Aires, Bruxelles, Genève, Rome, Rio, Naples, Londres (Covent Garden en 1958-59 et 1964-65).[réf. nécessaire]

À partir des années 1980, elle abordera à nouveau certains rôles de mezzo, notamment Mère Marie de l'Incarnation dans Dialogues des Carmélites à Strasbourg en 1982.

Direction d'atelier et enseignement[modifier | modifier le code]

Elle a été directrice de l'Atelier lyrique de l'Opéra du Rhin (1983-1985) et a été professeur au Conservatoire du IXe arrondissement à Paris jusqu'en 1992[réf. nécessaire].

Elle vit et enseigne aujourd'hui à Paris[réf. nécessaire].

Répertoire et discographie[modifier | modifier le code]

Elle peut être écoutée dans des extraits de Cavalleria Rusticana (rôle de Santuzza) avec Alain Vanzo, Giulietta des Contes d'Hoffmann publiés chez Adès. Elle a également enregistré Tosca en français avec Gustave Botiaux et Adrien Legros. Un autre témoignage de ce rôle existe en LP chez London avec José Luccioni. Son interprétation de Balkis dans La Reine de Saba de Gounod aux côtés de Gilbert Py et Gérard Serkoyan (Toulouse, 1970) est disponible chez Gala. Dans le volume consacré au chant français de l'Encyclopédie sur CD-ROM de Richters (disponible chez imagemogul et houseofopera), on peut entendre ses incarnations intégrales de Salomé d'Hérodiade (1963) et d'Elisabeth de Don Carlos (1968 version française en 5 actes). Son interprétation de Rachel dans La Juive d'Halévy lors d'un concert au Carnegie Hall avec Richard Tucker en 1964 a été brièvement disponible en CD et dans de larges extraits de Monna Vanna de Henry Fevrier.

Rôles à l'Opéra de Paris[modifier | modifier le code]

Suzanne Sarroca a eu des rôles au sein de l'Opéra de Paris[1] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « MémOpéra - Suzanne Sarroca », sur www.memopera.fr (consulté le 18 décembre 2020)
  2. « Carcassonne : Suzanne Sarroca, cantatrice, de la Trivalle à l'Opéra de Paris », sur lindependant.fr (consulté le 18 décembre 2020)
  3. Martial Andrieu, « Suzanne Sarroca : de la Trivalle au Royal Opera House de Londres », sur http://musiqueetpatrimoinedecarcassonne.blogspirit.com, (consulté le 14 octobre 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]