Suzanne Carlix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Suzanne Carlix
Image dans Infobox.
Photographie par Jean Reutlinger.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Suzanne CaronVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Période d'activité
Conjoint

Suzanne Carlix, née Suzanne Caron le à Paris[1] et probablement morte après 1947, est une actrice de théâtre française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1872 à Paris, Suzanne Caron est la fille naturelle de Louise Malvina Caron[2],[1].

Elle suit au conservatoire le cours de Delaunay et obtient un premier accessit de comédie en 1890[2].

En 1891, elle débute à l'Odéon[3] où elle se fait remarquer dans le classique et joue Fantasio à côté de Réjane. Entre-temps, reprend à la Renaissance l'Hôtel Godelot et crée aux Variétés Brevet supérieur.

Engagée au Grand-Théâtre, elle crée Lysistrata et reprend L'Artésienne puis passe dans la troupe du Vaudeville et du Gymnase, crée ou reprend, Nos bons Villageois, Lysistrata, Les Bas Bleu, L'Invitée, les Demi-Vierges, Le Mari de la Débutante, Marie-Thérèse de La Carrière, Les Jocrisses de l'Amour, Jalouse, Les Transatlantiques, Zaza, Marraine, Mademoiselle Morasset, et Juliette dans Trois Femmes pour un Mari[4]. En 1908, elle joue le rôle d'Irène lors de la création d'Occupe-toi d'Amélie de Georges Feydeau.

Elle épouse en 1914 le directeur de théâtre Henri Micheau[5], mais il meurt deux ans plus tard, à l'âge de 59 ans[6].

En 1948, lorsque le théâtre Marigny reprend Occupe-toi d'Amélie, les deux fils de Feydeau indiquent dans une interview que, concernant la distribution originelle de 1908, « il [ne] reste que deux [survivants] : Marcel Simon et Suzanne Carlix », ce qui laisse entendre que l'actrice est toujours en vie à cette date[7].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Mlle Suzanne Carlix dans Les Sentiers de la vertu, 1903.
Armande Cassive, Marcel Simon et Suzanne Carlix dans Occupe-toi d'Amélie de Georges Feydeau, dessin de Yves Marevéry, 1908.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Ses photographies sont publiées dans le catalogue La Référence des portraits contemporains, publié par la Librairie Nilsson en 1898[35].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Archives de Paris 9e, acte de naissance no 880, année 1872 (vue 26/31)
  2. a b et c Jules Martin, Nos artistes, Paris, P. Ollendorff, (lire en ligne), p. 69
  3. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  4. « Le Photo-programme », sur Gallica, (consulté le )
  5. Archives de Paris 7e, acte de mariage no 520, année 1914 (vue 16/31)
  6. Acte de décès no 2386, , Paris 8e, Archives de Paris
  7. J. B. Jeener, « Quand Feydeau succède à Kafka », sur Gallica, Le Figaro, (consulté le ), p. 4
  8. « Le Monde artiste », sur Gallica, (consulté le )
  9. « Le Monde artiste », sur Gallica, (consulté le )
  10. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  11. Catulle Mendès, L'art au théâtre, Paris, E. Fasquelle, 1897-1900 (lire en ligne), p. 224
  12. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  13. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  14. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  15. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  16. Edmond Stoulig, « La semaine théâtrale », Le Monde artiste,‎ , p. 629 (lire en ligne)
  17. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  18. « Le Monde artiste », sur Gallica, (consulté le )
  19. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  20. « La Rampe », sur Gallica, (consulté le )
  21. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  22. Robert de Flers et Gaston Arman de Caillavet, Les sentiers de la vertu, Paris, Librairie théâtrale, (lire en ligne)
  23. « Le Figaro-Modes », sur Gallica, (consulté le )
  24. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  25. « Paris qui chante », sur Gallica, (consulté le )
  26. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  27. « Paris qui chante », sur Gallica, (consulté le )
  28. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  29. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  30. a et b Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  31. Lorcey 2004, p. 205.
  32. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  33. Édouard Noël et Edmond Stoullig, « Les Annales du théâtre et de la musique », sur Gallica, (consulté le )
  34. Lorcey 2004, p. 198.
  35. La référence des portraits contemporains, Paris, Librairie Nilsson, (lire en ligne), p. 61 et 129

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : documents utilisés comme source pour la rédaction de cet article :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :