Subnautica: Below Zero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Subnautica
Below Zero
Subnautica Below Zero Logo.png

Développeur
Éditeur
Distributeur
Scénariste

Date de sortie
(accès anticipé)
Genre
Survie
Mode de jeu
Un joueur
Plate-forme

Langue
Moteur

Site web

Subnautica: Below Zero est un jeu vidéo de survie développé et distribué par Unknown Worlds, suite de Subnautica sorti en . Il est sorti en accès anticipé sur Microsoft Windows et macOS le , et sorti le sur PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One, Xbox Series et Nintendo Switch[1].

L'histoire[modifier | modifier le code]

Deux ans après les événements du jeu original, la scientifique Robin se rend clandestinement sur la planète 4546B afin d'enquêter sur les circonstances de la mort de sa sœur Samantha.

En essayant de répondre à ses questions des circonstances de la mort de sa sœur, robin rencontre un architecte du nom de ALAN qui entre dans l'esprit de son corps.

Cette Architecte est la cause de la maladie du premier opus. Les Architectes sont des êtres vivants extraterrestres intelligent et leur but sur subnautica : below zero et de protéger les êtres vivants de la galaxie de la maladie karra.

Les buts de Robin son donc de découvrir la vérité sur la mort de sa sœur et se débarrasser de cette alien qui est dans son esprit.

Robin en parallèle découvrira que sur cette planète les membres de alterra ont découvert un être vivant de type Léviathan dans la glace avec la maladie karra.

Robin alors utilise un antidote pour supprimer une bonne fois pour toute cette maladie.

Bref... Quand Robin récupère tous les plans des membres d'architecte (squelettes, organes, tissus) elle créé ALAN (l'architecte) en chairs et en os.

Pour terminer l'histoire Robin à le choix de venir avec ALAN sur sa planète où rester.

La vraie fin est de rentrer avec ALAN chez lui.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Cette aventure se passe deux ans après le premier Subnautica au pôle de la planète 4546B. Au début du jeu, le joueur entend un enregistrement audio de ce que dit le Sea Emperor à la fin du premier jeu Subnautica, il se réveille et se trouve dans une station d'exploration et s'aventure en dehors. Il se passe soudainement un éboulement qui enfouit la station. Les personnes qui travaillent avec le joueur se sont enfuies dans un satellite en orbite autour de la planète.

La sœur de Robin envoie une capsule de sauvetage et le joueur doit survivre s'installer sur cette planète océanique en attendant les secours car la planète est hostile.

Le joueur va très vite se rendre compte que ce n'est pas le seul être intelligent sur cette planète, car des bâtiments extraterrestres sont disséminés un peu partout et le joueur doit tous les trouver pour avancer dans le jeu.

Robin va aussi croiser une survivante nommée Marguerite Maida qui, dans le premier jeu, est supposée être morte car elle est arrivée dix ans avant Ryley Robinson et c'est lui qui libère la planète du Karhaa, une grave maladie. De plus, dans les P.D.As que pouvait trouver le joueur il est marqué qu'un reaper Léviathan a détruit leurs bases et l'ont séparé de ses deux autres compagnons. Alors comment à t-elle survécut à cette maladie qui a failli tuer Ryley et fait des ravages? À la solitude?

Dans l'histoire de Below Zero, on peut s'apercevoir qu'elle sait chasser des carnivores classe Léviathan à mains nues...

Développement[modifier | modifier le code]

Subnautica: Below Zero est initialement développé comme une extension pour Subnautica, mais le projet prenant de l'ampleur, il devient un standalone[2]. Le jeu est annoncé en [3] et sort en accès anticipé sur Microsoft Windows et macOS le . Sa sortie finale est le [1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Bande-annonce Subnautica : Below Zero va sortir de son accès anticipé », sur Jeuxvideo.com, (consulté le )
  2. (en-GB) Dustin Bailey, « Subnautica devs want to make a full sequel – and they’ll “rethink” multiplayer », sur PCGamesN, (consulté le )
  3. (en) Charlie Hall, « Subnautica developers announce stand-alone expansion Below Zero », sur Polygon, (consulté le )