Stratégie de puissance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une stratégie de puissance est une stratégie que se donne un État ou un groupe d'États (comme l'Union européenne), pour devenir une grande puissance, ou se maintenir comme grande puissance, et préserver sa souveraineté.

La nouvelle configuration des relations internationales depuis la chute du mur de Berlin a fondamentalement changé la donne. Pour qu'un pays ou groupe de pays marque des points décisifs, il est nécessaire qu'il bâtisse une stratégie de puissance géoéconomique sur le moyen/long terme, sinon, il risque de subir cette nouvelle configuration dans la mondialisation[1].

Élaborer une stratégie de puissance[modifier | modifier le code]

Élaborer une stratégie de puissance nécessite d'analyser la stratégie de puissance des États concurrents.

États-Unis[modifier | modifier le code]

La stratégie de puissance des États-Unis a pour objectif la domination par la connaissance[2]. Elle s'appuie notamment sur la maîtrise de l'internet[3]. La maîtrise de l'internet est obtenue par une gestion des sources ouvertes conforme à la doctrine de perception management (gestion de la perception en français), et le déploiement mondial de systèmes de type network-centric (réseau-centré) tels que ceux utilisés lors des deux guerres du Golfe, joints à l'application de la théorie de la croissance endogène de Paul Romer consistant à considérer la connaissance comme une ressource[4].

Chine[modifier | modifier le code]

Christian Harbulot, directeur de l'École de Guerre Économique et expert international en intelligence économique, décrypte par exemple la stratégie de puissance de la Chine[5].

La stratégie de puissance de la Chine se situe entre soft, hard et smart power[6].

Russie[modifier | modifier le code]

La stratégie de puissance de la Russie est d'agrandir la Russie et de morceler l'Europe[7].

État islamique[modifier | modifier le code]

Christian Harbulot décrypte la stratégie de guerre de l'information de l'État islamique pour faire raison garder à une société confrontée au terrorisme[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Généralités

Aspects systèmes d'information

Relations internationales

Instituts de recherche

Liens externes[modifier | modifier le code]