École de guerre économique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
École de guerre économique
Logo Ecole-de-Guerre-Economique.png
Histoire et statut
Fondation
Type
Nom officiel
École de guerre économique-DCI
Fondateur
Directeur
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
62
Enseignants
25
Divers
Devise
« Apprendre à penser autrement »
Membre de
Site web

L'École de guerre économique (EGE) est une grande école française spécialisée en intelligence économique fondée en 1997. Elle est dirigée par Christian Harbulot.

Histoire[modifier | modifier le code]

Amphithéatre de l'Ecole de Guerre Economique
Amphithéatre Pichot Duclos de l'Ecole de Guerre Economique

L'École de guerre économique est créée en octobre 1997[1] par le général Jean Pichot-Duclos, ancien patron de l'école interarmées du renseignement reconverti dans l'intelligence économique chez Défense conseil international, où il a créé la branche Intelco, et Christian Harbulot directeur opérationnel d'Intelco-DCI. Les dirigeants d'Intelco-DCI et fondateurs de l'école se sont associés avec l'École supérieure libre des sciences commerciales appliquées (ESLSCA) qui héberge la nouvelle structure. Benoît de Saint-Sernin, alors responsable de la communication de l'ESLSCA rejoint l'équipe dirigeante de l'EGE avec les deux fondateurs[1].

L'école a créé une plateforme proposant des contributions sur l'intelligence économique, la géopolitique et la géostratégie, ainsi que des articles en rapport avec l'actualité nationale et internationale[2]. Son savoir-faire est reconnu par la revue Défense nationale[3].

En septembre 2019, l'école compte 23 promotions SIE (formation intiale), 32 promotions MSIE (exécutive), et ouvre un campus au Maroc[4].

Direction et corps professoral[modifier | modifier le code]

Christian Harbulot, Fondateur et Directeur de l'EGE

L'EGE est dirigée par Christian Harbulot, Charles Pahlawan (développement), Bartol Zivkovic (communication) et Philippe Baumard (recherche académique).

Selon l'école, elle compte des intervenants issus à 80% du monde des affaires, de l'intelligence économique et de divers secteurs militaires et civils, et à 20% d'universitaires, le plus généralement enseignants ou professeurs à l'université Panthéon-Sorbonne, dans les Instituts d'études politiques, et à l'IAE de Poitiers[5]. Il s'agit de Jean-François Bianchi[6], Professeur Associé ; Peer de Jong[6], Professeur Associé ; François Jeanne-Beylot[6], Professeur Associé ; Xavier Lepage[6], Professeur Associé ; Antoine Violet-Surcouf[7], Professeur Associé ; Olivier de Maison Rouge, intelligence économique ; Ardavan Amir-Aslani, géopolitique du Moyen-Orient ; Philippe Baumard[8], analyse stratégique ; Bernard Carayon[9], intelligence économique ; Aymeric Chauprade[10], géopolitique ; Christian Harbulot, intelligence économique ; François-Bernard Huyghe[11] ; Rémi Kauffer[12] ; Nicolas Moinet[13], intelligence économique et communication stratégique.

L'école compte également parmi ses intervenants et conférenciers le spécialiste du nucléaire André Aurengo[14], l'ancien directeur du renseignement de la DGSE Alain Juillet[15], l'universitaire Pierre Fayard[16], le diplomate et coordonnateur national du renseignement Didier Le Bret[17], le haut fonctionnaire Jean-Louis Gergorin[18], le géopolitologue Pascal Gauchon[19], la membre de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information Adrienne Charmet[20].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gagliano Giuseppe, Historical origins of the french school of economic warfare, Socrates Journal, vol.4, 2016
  • Gagliano Giuseppe,L’école française de la guerre économique,Va Press, Versailles, 2018

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « La guerre économique, un art qui s'enseigne. Une école pour «espions» ouvrira en octobre à Paris », Libération,‎ (lire en ligne).
  2. http://www.portail-ie.fr/
  3. "Le renseignement, un débouché (enfin) prisé des jeunes diplômés" - Revue Défense nationale - 3 septembre 2013
  4. LE MATIN, « Le Matin - L’Ecole de Guerre Economique ouvre ses portes à Rabat », sur Le Matin (consulté le 27 septembre 2019)
  5. Corps professoral de l'EGE
  6. a b c et d « Le corps professoral », sur dev.ege.fr (consulté le 27 février 2020)
  7. « Portail de l'IE - Antoine Violet-Surcouf », sur portail-ie.fr (consulté le 3 juin 2020)
  8. « Le corps professoral - Formations Intelligence économique Cyber Sûreté », sur www.ege.fr (consulté le 2 juillet 2019)
  9. « Bernard Carayon - Formations Intelligence économique Cyber Sûreté », sur www.ege.fr (consulté le 2 juillet 2019)
  10. (en) Guillaume Faye, Convergence of Catastrophes, Arktos, (ISBN 9781907166457, lire en ligne)
  11. « François-Bernard Huyghe - Formations Intelligence économique Cyber Sûreté », sur www.ege.fr (consulté le 2 juillet 2019)
  12. « Rémi Kauffer », sur Babelio (consulté le 2 juillet 2019)
  13. « Nicolas MOINET - Formations Intelligence économique Cyber Sûreté », sur www.ege.fr (consulté le 2 juillet 2019)
  14. « TV AEGE » La légitimité de la parole scientifique dans la guerre de l’information - Prof André Aurengo » (consulté le 2 juillet 2019)
  15. « TV AEGE » Du renseignement économique à l’intelligence stratégique, Alain Juillet - ICC 2008 » (consulté le 2 juillet 2019)
  16. « Séminaires 2011 - Formations Intelligence économique Cyber Sûreté », sur www.ege.fr (consulté le 2 juillet 2019)
  17. AEGE, « Jeudi 6 juin - Conférence "Sécurité économique, Diplomatie d'affaires et Sûreté internationale" », sur www.aege.fr (consulté le 2 juillet 2019)
  18. « Les parrains de promotion - Formations Intelligence économique Cyber Sûreté », sur www.ege.fr (consulté le 2 juillet 2019)
  19. AEGE, « Conférence puissance 21 », sur www.aege.fr (consulté le 2 juillet 2019)
  20. AEGE, « Conférence le 19 avril de la Quadrature du Net : Méthodes d'action et problématiques d'une petite structure d'influence », sur www.aege.fr (consulté le 5 juillet 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]