Stéphanie Blanchoud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Stéphanie Blanchoud
Description de l'image Defaut.svg.
Naissance (41 ans)
Uccle
Nationalité Drapeau de la Belgique Belge
Drapeau de la Suisse Suisse
Profession Actrice, chanteuse, dramaturge, metteur en scène
Films notables voir filmographie
Séries notables Ennemi public
Site internet http://www.stephanieblanchoud.com

Stéphanie Blanchoud est une actrice, chanteuse, auteure dramatique et metteuse en scène belge et suisse[1], née le à Uccle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formations[modifier | modifier le code]

Stéphanie Blanchoud est née le à Uccle[2], d'une mère belge et d'un père suisse romand. Elle passe son enfance à Blonay[1], canton de Vaud.

Elle obtient le premier prix au Conservatoire royal de Bruxelles en [3], où elle suit les cours d'art dramatique et de déclamation[4].

En 2016, elle vient chanter au Paléo Festival Nyon[5].

En 2017, elle est metteuse en scène et actrice dans la pièce Jackson Bay[6]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédienne[modifier | modifier le code]

Dramaturge[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2005 : À cœur ouvert[3] (label Talkieo)
  • 2009 : Insomnies[3] (label Pico Grande Productions)
  • 2012 : Blanche ((sous le nom de Blanche)
  • 2015 : Les Beaux Jours[3] (label Cricket Hill Music)
  • 2021 : Ritournelle

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Di. D., « Stéphanie Blanchoud: une Vaudoise à la une », sur L'Illustré, (consulté le ).
  2. Fiche de Stéphanie Blanchoud sur le site de La Bellone
  3. a b c et d « Stéphanie Blanchoud », sur Pico Grande (consulté le ).
  4. « "Les Beaux Jours" de Stéphanie Blanchoud », sur RTS, (consulté le ).
  5. « Paléo 2016 offre son premier Paléo à la Suissesse Stéphanie Blanchoud », sur www.lenouvelliste.ch (consulté le )
  6. « A Genève, le requiem de Stéphanie Blanchoud touche au cœur », Le Temps,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]