Ennemi public (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ennemi public.
Ennemi public
Type de série série télévisée
Genre drame, polar, thriller
Création Antoine Bours
Gilles de Voghel
Matthieu Frances
Christopher Yates
Production Playtime Films
Entre Chien et Loup
Acteurs principaux Stéphanie Blanchoud
Clément Manuel
Angelo Bison
Philippe Jeusette
Jean-Jacques Rausin
Musique Daniel Capelletti
Pays d'origine Drapeau de la Belgique Belgique
Chaîne d'origine La Une
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 10
Durée 52 minutes
Diff. originale – en production

Ennemi public est une série télévisée belge francophone[1],[2],[3] en 10 épisodes de 52 minutes, créée par Antoine Bours, Gilles de Voghel, Matthieu Frances et Christopher Yates et diffusée depuis le sur La Une. Elle s'inspire de l'affaire Dutroux, sujet ayant traumatisé la Belgique en 1996 et connu un retentissement mondial[4].

Il s'agit d'une série issue du premier appel à projets commun entre la RTBF et la Fédération Wallonie-Bruxelles[5], qui comprenait également La Trêve (2016).

En France, elle est diffusée depuis le sur TF1.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Assassin d'enfants libéré en conditionnelle, Guy Béranger est accueilli par les moines de l'abbaye de Vielsart, un tranquille petit village de l'Ardenne. Il est placé sous la protection de Chloé Muller, une jeune inspectrice de la police fédérale, persuadée que, tôt ou tard, l'ancien criminel récidivera. Alors que la population s'indigne de la présence de l'ennemi public no 1 dans leur voisinage, la police apprend la disparition inquiétante d'une fillette du village…

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Inspirée de l'affaire Dutroux

Ennemi public s'inspire librement de l'affaire Dutroux[4], sujet ayant traumatisé la Belgique en 1996 et connu un retentissement mondial : le principal protagoniste de l’affaire, Marc Dutroux, est, entre autres, auteur de viols et de meurtres sur des enfants et de jeunes adolescentes, ainsi que d'activités relevant de la pédophilie, et fut condamné pour ces faits. Or son épouse et complice Michelle Martin a obtenu la liberté conditionnelle en 2012 et résida durant 3 ans chez les sœurs clarisses de Malonne, près de Namur, ce qui ne manqua pas de soulever l'émoi de l'opinion publique belge.

Loin d'en être une adaptation, le personnage criminel Guy Béranger de la série est un genre d'« Hannibal Lecter, un psychopathe manipulateur, fascinant et pervers à la fois »[4]. L'un des deux réalisateurs Matthieu Frances précise que « le naturalisme n'est pas dans notre culture, dans celle de notre génération. On ne cherchait pas à coller à la réalité. Le plus important pour nous, c'était de raconter notre histoire. Mais les questions soulevées par la série sont des questions réelles. La distance de notre histoire permet au public de réfléchir à froid sur ces questions-là et nous orientons des réponses »[6].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

En 2015, Clément Manuel est engagé pour incarner le frère Lucas suite à son combat pour l'obtenir : « J'ai craqué sur le scénario. J'ai lu les quatre premiers épisodes en deux jours. C'était hallucinant ! […] ce rôle était tellement intense et chargé ! […] J'ai écrit un long e-mail à la productrice. Je me suis débrouillé pour avoir le numéro de téléphone des deux réalisateurs. Il faut savoir que j'ai passé deux auditions, une en et une autre en . Plus de nouvelles. J'ai insisté. C'est là qu'on m'a demandé d'effectuer un nouvel essai, et il fut concluant », raconte-t-il dans un interview pour Ciné Télé Revue en [7].

Quant à Angelo Bison, malgré son immense expérience au théâtre, il n'a pas « fait de télé ou de cinéma avant ça, ou trop peu » et rencontre l'équipe du « casting » de cette série télévisée qui, tout de suite, le voit parfaitement dans le rôle du personnage Guy Béranger, psychopathe tueur d'enfants : « C’est toi que l’on veut, c’est ton regard, ton visage »[8].

Tournage[modifier | modifier le code]

L'équipe du tournage débute en Région wallonne dans la province de Luxembourg, en [9], les prises de vues en Ardenne pour un petit village fictivement baptisé Vielsart, ainsi que des scènes forestières aux alentours de Bertrix, de Paliseul et de Libramont[10]. Elle se déplace également, en , pour des prises sur une auberge à Nollevaux — un petit village de Paliseul, à Daverdisse, à Thirimont dans la commune de Waimes. Les extérieurs monacaux de l'abbaye de Marche-les-Dames dans la province de Namur et les intérieurs de l'abbaye du Val-Dieu à Aubel dans le pays de Herve en province de Liège serviront également[11].

La production de la première saison se termine en , avant Noël[9].

Le budget de chacun des épisodes est de 290 000 euros[12].

En mai 2017, on annonce un accord avec l'Abbaye Val-Dieu pour le tournage de la saison 2 en son sein[13].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : Ennemi public
  • Réalisation : Matthieu Frances et Gary Seghers
  • Scénario : Antoine Bours, Gilles de Voghel, Matthieu Frances, Fred Castadot et Christopher Yates
  • Costumes : Camille Mikolajczak
  • Photographie : Philippe Therasse
  • Montage : John Pirard et Nicolas Rumpl
  • Musique : Daniel Capelletti
  • Production : Isabel de la Serna et François Touwaide
  • Société de production : Playtime Films et Entre Chien et Loup ; RTBF et Proximus (coproductions)
  • Société de distribution : La Une
  • Pays d'origine : Drapeau de la Belgique Belgique
  • Langue originale : français
  • Format : couleur
  • Genre : drame, polar, thriller
  • Durée : 52 minutes
  • Dates de diffusion :

Diffusion internationale[modifier | modifier le code]

Chaînes[modifier | modifier le code]

Diffusée d'abord en Belgique francophone par la RTBF, elle est ensuite diffusée par :

Diffusion en France[modifier | modifier le code]

Pour sa diffusion en France, TF1 a demandé de doubler certaines scènes pour effacer des expressions du français de Belgique qui ne seraient pas comprises par les téléspectateurs français. Ainsi les mots « nonante » et « bourgmestre » ont été respectivement remplacés par « quatre-vingt-dix » et « maire »[17].

Épisodes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 1 d'Ennemi public.
  1. La Brebis égarée
  2. La Marque de la bête
  3. Les Fausses Idoles
  4. Le Bon Berger
  5. Frères de sang
  6. L'Alliance
  7. Le Puits des âmes
  8. Agnus Dei
  9. Tu ne tueras point
  10. Le Jugement dernier

Accueil[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

En Belgique francophone[modifier | modifier le code]

Épisodes Date de diffusion Téléspectateurs Parts de marché Notes et références
1 La Brebis égarée 445 800 24,9 % [18]
2 La Marque de la bête 411 300 27,5 %
3 Les Fausses Idoles 277 800 15,7 % [19]
4 Le Bon Berger 283 700 19,2 %
5 Frères de sang 320 000 22,8 % [20]
6 L'Alliance
7 Le Puits des âmes 390 000 23,3 % [21]
8 Agnus Dei
9 Tu ne tueras point
10 Le Jugement dernier

En France[modifier | modifier le code]

En ce , à la première partie de soirée, le premier épisode de la série est suivi par 4 571 000 téléspectateurs, dont 18,2 % de la part de marché, tandis que le second se voit avec 3 770 000, autrement dit 18,7 % du public[22].

Pour le troisième épisode, diffusé le , il compte seulement 3 275 000 fidèles, soit 13,4 % du public, et 3 100 000 (13,9 %) : les deux premiers épisodes perdent 1 100 000 de curieux et 4,6 points de la part d'audience à cause de la diffusion des Aventuriers de l'arche perdue (Raiders of the Lost Ark) de Steven Spielberg sur M6[23].

La semaine suivante, bien que la suite des aventures d'Indiana Jones attire 3,6 millions d'amateurs sur M6, la série diffusant trois épisodes de la soirée perd à nouveau 45 000 téléspectateurs et 0,5 point de part d'audience, dont les deux premiers réunissent en moyenne 3,0 millions de fidèles (13,4 %)[24].

Le , les 3 derniers épisodes sont suivis en moyenne par 2,7 millions de téléspectateurs[25].

Épisodes Date de diffusion Téléspectateurs Parts de marché Notes et références
1 La Brebis égarée 4 571 000 18,2 % [22]
2 La Marque de la bête 3 770 000 18,7 %
3 Les Fausses Idoles 3 275 000 13,4 % [23]
4 Le Bon Berger 2 880 000 14,4 %
5 Frères de sang 3 285 000 12,9 % [24]
6 L'Alliance 2 700 000 13,8 %
7 Le Puits des âmes 2 200 000 20,5 %[réf. nécessaire]
8 Agnus Dei 3 089 000 12,3 % [25]
9 Tu ne tueras point 2 630 000 12,9 %
10 Le Jugement dernier 2 470 000 21,8 %

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En France, durant la diffusion belge, Pierre Sérisier du journal Le Monde souligne sa remarque que « le scénario prend soin de poser les problèmes avec lenteur afin de ne pas les vider de leur complexité. Ce faisant, il s’attarde parfois dans des histoires secondaires qui ralentissent le rythme des épisodes. Cela aurait sans doute mérité d’être un peu resserré »[26].

Quant à Pierre Langlais du Télérama, deux jours avant la diffusion en France, ne cache pas sa déception : « Le parcours de Béranger (Angelo Bison, glaçant à souhait) — sa vie parmi les moines — est intrigant, inquiétant, souvent prenant. L'enquête, en revanche, souffre de rebondissements poussifs et est parasitée par des personnages secondaires pas toujours bien incarnés. Un polar inégal, mais pas déplaisant »[27] et Amandine Bourgoin du Paris Match, en plein jour de la première diffusion française, prévient que même « si on regrette certains choix scénaristiques pas toujours convaincants, notamment dans le déroulé de l'enquête, la chasse au tueur d'enfants tient en haleine jusqu'au final, inattendu et surprenant »[28].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Quatre séries belges en développement pour la RTBF » (consulté le 18 février 2016)
  2. « La série belge Ennemi public parmi les grands espoirs de la télé européenne » (consulté le 4 avril 2016)
  3. « La série belge "Ennemi Public", coup de cœur des premiers MipDrama cannois » (consulté le 4 avril 2016)
  4. a, b et c Antoine Mahin, « Ennemi public », la nouvelle série belge primée à Cannes et inspirée de l'affaire Dutroux, sur RTBF.be, (consulté le 8 février 2017)
  5. « Fonds FWB-RTBF Séries belges : le tournage de "La Trêve" débute », sur RTBF TV,
  6. Jean-Maxime Renault, « Ennemi public » : la série qui ose s'attaquer à "l'affaire qui a traumatisé la Belgique", sur Allociné, (consulté le 8 février 2017)
  7. Fabrice Staal, « Clément Manuel : « Je me suis battu pour incarner le frère Lucas » », sur Ciné Télé Revue du 17 au 24 (consulté le 7 février 2017).
  8. Alexandre Letren, « Rencontre avec « l’Ennemi Public » Guy Beranger », sur Radio VL, (consulté le 14 février 2017)
  9. a et b Karin Tshidimba, « "Ennemi public", l’anatomie de la peur », sur La Libre Belgique, (consulté le 7 février 2017)
  10. Nicolas Lefèvre, « La nouvelle série « Ennemi public » a été tournée en Ardenne », sur RTBF.be, (consulté le 7 février 2017)
  11. Yves Bastin, « Silence, on tourne à Val-Dieu », sur Le Blog d'Aubel, (consulté le 7 février 2017)
  12. « "Ennemi Public", la nouvelle série de la RTBF bientôt à l'antenne » (consulté le 7 avril 2016)
  13. La Meuse, La série «Ennemi Public» de retour à l’abbaye du Val-Dieu, Yves Bastien, 24/05/2017
  14. (es) « Movistar+ apuesta por 'Enemigo público', la serie más vista de Bélgica »,
  15. (nl) « Nieuw op Canvas: 'Ennemi Public, fictie geïnspireerd door de zaak Dutroux », sur TVvisie, (consulté le 11 février 2017).
  16. « Ennemi Public: TF1 proposera dès le 6 février la série belge », sur justfocus.fr,
  17. « Ennemi Public »: une série belge francophone doublée… en français, sur SoirMag.be, (consulté le 11 février 2017).
  18. Yves Castel, « #Audiences//week-end 29 avril au 1er mai 2016. », sur Tuner.be, (consulté le 3 mai 2016)
  19. Yves Castel, « #Audiences//week-end 05 au 08 mai 2016. », sur Tuner.be, (consulté le 10 mai 2016)
  20. « CINEVOX - le cinéma vu par les Belges », sur www.facebook.com (consulté le 23 mai 2016)
  21. « CINEVOX - le cinéma vu par les Belges », sur www.facebook.com (consulté le 23 mai 2016)
  22. a et b Benjamin Lopes, « Audiences TV du lundi 6 février 2017 : A l’état sauvage avec M. Pokora leader auprès des femmes, démarrage timide pour Ennemi public sur TF1 », sur Toutelatele.com, (consulté le 7 février 2017).
  23. a et b Kevin Boucher, « Audiences : M6 leader avec "Indiana Jones", "Ennemi public" s'effondre sur TF1, W9 en forme », sur Ozap, (consulté le 14 février 2017).
  24. a et b Kevin Boucher, « Audiences : "Indiana Jones" leader sur M6 devant "Ennemi public", TMC et C8 en forme », sur Ozap, (consulté le 21 février 2017).
  25. a et b Benjamin Lopes, « Audiences TV du lundi 27 février 2017 : Indiane Jones large leader sur M6. Ennemi public fait sombrer TF1. Elyseum à haut niveau sur TMC », sur Toutelatele.com, (consulté le 28 février 2017).
  26. Pierre Sérisier, « Ennemi Public » : Ça se passe près de chez nous, sur Le Monde : M Blogs, (consulté le 7 février 2017).
  27. Pierre Langlais, « Ennemi Public » : Critique du 04/02/2017, sur Télérama, (consulté le 7 février 2017).
  28. Amandine Bourgoin, « Ennemi Public » : la série inspirée de l'affaire Dutroux arrive sur TF1, sur Paris Match, (consulté le 7 février 2017).
  29. (en) John Hopewell, « MipTV: ‘Public Enemy’ Tops First MipDrama Screenings », sur Variety (consulté le 11 avril 2016)
  30. « MIPTV: Belgium's 'Public Enemy' Takes Drama Screenings Prize », sur The Hollywood Reporter (consulté le 11 avril 2016)
  31. K.T., « La Trêve, Ennemi Public et Beau Séjour récompensées à Séries Mania », sur La Libre.be, (consulté le 25 avril 2016)
  32. « Festival Séries Mania - Saison 7 : 15 - 24 avril 2016 - Palmarès » [PDF], sur Séries Mania, (consulté le 25 avril 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]