Le Sabotage amoureux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Sabotage amoureux
Auteur Amélie Nothomb
Genre Roman
Éditeur Albin Michel
Date de parution 1993
Pays d'origine Drapeau de la Belgique Belgique
Type de média Livre
Nombre de pages 186
ISBN 2-226-06502-4
Chronologie
Précédent Hygiène de l’assassin Les Combustibles Suivant

Le Sabotage amoureux est le deuxième roman d’Amélie Nothomb. Il a été publié en 1993 aux éditions Albin Michel comme son premier.

Résumé[modifier | modifier le code]

Fille de l’ambassadeur de Belgique Patrick Nothomb, la romancière Amélie Nothomb raconte dans ce court roman sa vie en Chine de 1972 à 1975 alors qu’elle est âgée de seulement 7 ans. Obligée, à cause des affectations paternelles de déménager de son Japon natal, la jeune Amélie découvre la Chine, pays « où il y a des ventilateurs », mais aussi l’amour à travers la jeune Elena, personnage cruel et inaccessible, idéal de beauté enfantine ; la guerre à travers les batailles incessantes que se livrent pendant ces trois ans les enfants des ambassadeurs, regroupés dans la cité ghetto San Li Tun, à Pékin et surtout la liberté qu’elle goûtera pendant ces trois ans durant lesquels elle est laissée à elle-même. Ce roman est ainsi une sorte de voyage initiatique au cœur de l’enfance d’une fillette de 7 ans.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Le roman évoque l'idée reçue selon laquelle la Grande Muraille de Chine serait visible depuis la Lune[1] (« Je ne me sentais de parenté qu'avec la Grande Muraille : seule construction humaine à être visible de la Lune, elle au moins respectait mon échelle. »[2]) : il n'est pas possible de voir un objet de quelques mètres de large depuis une distance de 384 467 km[1] ![pertinence contestée]

Adaptation pour l’opéra[modifier | modifier le code]

En 1993, Daniel Schell a réalisé un opéra, écrivant le livret et la musique.

En 1999, une adaptation pour le théâtre de Pascal Lissillour a été jouée au théâtre du Ranelagh avec Valérie Mairesse, recevant une nomination aux Molière 1999 pour Pétronille de Saint Rapt dans la catégorie : Meilleure comédienne dans un second rôle.

Prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « La Grande Muraille de Chine : "Unique construction humaine visible de la lune..."? Une assertion qui a la vie dure », sur SinOptic,‎ (consulté le 20 septembre 2014)
  2. Amélie Nothomb, Le Sabotage amoureux, Albin Michel, p. 6

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]