Joy Harjo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Joy Harjo
Image dans Infobox.
Joy Harjo en 2012.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (70 ans)
TulsaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Américaine et Creek
Domicile
Tulsa (Oklahoma)
Formation
Institute of American Indian Arts, Université du Nouveau Mexique d'Albuquerque (Baccalauréat universitaire 1976), Université de l'Iowa (Master of Fine Arts 1978), Anthropology Film Center de Santa Fe
Activité
Poète, auteure pour enfant, scénariste, dramaturge, anthologiste, saxophoniste, chanteuse, compositrice et professeure d'université.
Période d'activité
Père
Allen Foster
Mère
Wynema Baker Foster
Conjoint
Phil Wilmon, Simon Ortiz
Enfant
Phil Dayn, Rainy Dawn
Autres informations
Organisation
Academy of American Poets
Domaine
culture amérindienne
Membre de
Mouvement
éco-féminisme
Label
Mekko Records
Genre artistique
écriture littéraire, musicale et cinématographique inspirée des récits des Amérindiens et de leurs symboliques
Influencée par
Site web
Blog officiel
Distinctions

Chancelière de l'Academy of American Poets,

23° Poète lauréat des États-Unis, American Book Award,
Œuvres principales
She Had Some Horses, Crazy Brave, Conflict Resolution for Holy Beings

Joy Harjo, née le à Tulsa, dans l'Oklahoma, est une poète, auteure pour enfant, scénariste, dramaturge, anthologiste, saxophoniste, chanteuse, compositrice et professeure d'université américaine, d'ascendance amérindienne et de culture Creek. En 2019, elle est nommée 23° Poète lauréat des États-Unis, mandat qui est renouvelé pour l'année 2020. En 2019, elle est élue Chancelière de l'Academy of American Poets. Son œuvre littéraire est inspirée des récits des Amérindiens et de leurs symboles, qu'elle utilise également pour s'exprimer sur le féminisme et la justice sociale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Joy Harjo est l'aînée des quatre enfants d'Allen Foster et de Wynema Baker Foster. Sa mère, est d'ascendance cherokee et française, et son père est issu de la nation Creek Muscogee. Après ses études secondaires, elle entre à l'Institute of American Indian Arts (en) de Santa Fé (Nouveau Mexique) où elle étudie la peinture et le théâtre, après y avoir été diplômée en 1968, elle est acceptée à l'université du Nouveau Mexique d'Albuquerque où elle obtient son Baccalauréat universitaire (licence) en 1976, puis elle soutient avec succès son Master of Fine Arts (mastère 2 en beaux arts) à l'université de l'Iowa en 1978. Enfin elle entre à l'Anthropology Film Center de Santa Fe où elle sort diplômée en 1982[1],[2],[3],[4],[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Joy Harjo commence à écrire des poèmes dès l'âge de vingt deux ans, elle publie son premier recueil de poèmes The Last Song en 1975. En 1980, elle publie un second recueil What Moon Drove Me to This ? suivi en 1982 par She Had Some Horses[6], livre où elle expose l'oppression des femmes, leur spiritualité et l’avènement de leur réveil[7].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Elle épouse Phil Wilmon pendant qu'elle est une jeune étudiante à l'Institute of American Indian Arts, ils ont un fils Phil Dayn, le couple divorce peu après la naissance de leur enfant[6].

Elle épouse le poète Simon J. Ortiz (en) d'ascendance Pueblo[8], le couple donne naissance à une fille Rainy Dawn[9].

Joy Harjo vit à Tulsa, et enseigne la littérature anglaise et amérindienne à l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign[6].

Œuvres (non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Joy Harjo à la bibliothèque du Congrès en 2019.
    She Had Some Horses, Seal Press, 1982, rééd. 2005, 96 p. (ISBN 978-1-56025-830-8),
  • In Mad Love and War, Wesleyan University Press, 1990, rééd. 2019, 67 p. (ISBN 978-0-8195-1182-9, lire en ligne),
  • The Woman Who Fell from the Sky : Poems, W. W. Norton Company, 1994, rééd. 1996, 88 p. (ISBN 978-0-393-31362-8),
  • The Spiral of Memory : interviews, University of Michigan Press, , 152 p. (ISBN 978-0-472-06581-3),
  • Reinventing the Enemy's Language : Contemporary Native Women's Writings of North America, W. W. Norton Company, 1997, rééd. 1998, 576 p. (ISBN 978-0-393-31828-9),
  • A Map to the Next World : Poems and Tales, Norton Company, 2000, rééd. 2001, 144 p. (ISBN 978-0-393-32096-1),
  • The Good Luck Cat (ill. Paul Lee), Harcourt Brace, , 32 p. (ISBN 978-0-15-232197-0),
  • How We Became Human : New and Selected Poems 1975-2002, W. W. Norton Company, 2002, rééd. 2004, 242 p. (ISBN 978-0-393-32534-8),
  • For a Girl Becoming (ill. Mercedes McDonald), University of Arizona Press, , 63 p. (ISBN 978-0-8165-2797-7, lire en ligne),
  • Joy Harjo et Tanaya Winder, Soul Talk, Song Language : Conversations with Joy Harjo, Wesleyan University Press, , 164 p. (ISBN 978-0-8195-7150-2),
  • Crazy Brave : A Memoir, W. W. Norton Company, 2012, rééd. 2013, 176 p. (ISBN 978-0-393-34543-8), traduction française par Nelcya Delanoë et Joëlle Rostkowski, L'École des loisirs, Paris, 2020 (ISBN 978-2-2113-0665-2)
  • Conflict Resolution for Holy Beings : Poems, W. W. Norton Company, 2015, rééd. 2017, 160 p. (ISBN 978-0-393-35363-1)
  • Wings of night sky, wings of morning light : A Play by Joy Harjo and a Circle of Responses, Wesleyan University Press, , 110 p. (ISBN 978-0-8195-7866-2),
  • An American Sunrise : Poems, W. W. Norton Company, , 144 p. (ISBN 978-1-324-00386-1),

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1997 : Letter from the End of the 20th Century, label : Silver Wave,
  • 2004 : Native Joy for Real, label : Mekko Records,
  • 2006 : She had some Horses, label : Mekko Records,
  • 2008 : Winding Through the Milky Way, label : Fast Horse,
  • 2010 : Red Dreams, Trail beyond Tears, label : Mekko Records,


la Poète lauréat Joy Harjo à la bibliothèque du Congrès

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie (indicative)[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Jim Ruppert, « Paula Gunn Allen and Joy Harjo: Closing the Distance between Personal and Mythic Space », American Indian Quarterly, Vol. 7, No. 1,‎ , p. 27-40 (14 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) John Scarry, « Representing Real Worlds: The Evolving Poetry of Joy Harjo », World Literature Today, Vol. 66, No. 2,,‎ , p. 286-291 (6 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) « In Love and War and Music: An Interview with Joy Harjo », The Kenyon Review, New Series, Vol. 15, No. 3,‎ , p. 57-66 (10 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) « Weaving Stories for Food: An Interview with Joy Harjo », Religion & Literature, Vol. 26, No. 1,‎ , p. 57-64 (8 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) An Art of Saying: Joy Harjo's Poetry and the Survival of Storytelling, « An Art of Saying: Joy Harjo's Poetry and the Survival of Storytelling », American Indian Quarterly, Vol. 19, No. 1,‎ , p. 1-16 (16 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Kristine Holmes, « "This Woman Can Cross Any Line": Feminist Tricksters in the Works of Nora Naranjo-Morse and Joy Harjo », Studies in American Indian Literatures, Series 2, Vol. 7, No. 1,‎ , p. 45-63 (19 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Robert Johnson, « Inspired Lines: Reading Joy Harjo's Prose Poems », American Indian Quarterly, Vol. 23, No. 3/4,‎ , p. 13-23 (11 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Janice Gould & Joy Harjo, « An Interview with Joy Harjo », Western American Literature, Vol. 35, No. 2,‎ , p. 130-142 (13 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Jennifer Andrews, « In the Belly of a Laughing God: Reading Humor and Irony in the Poetry of Joy Harjo », American Indian Quarterly, Vol. 24, No. 2,‎ , p. 200-218 (19 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Azfar Hussain, « Joy Harjo and Her Poetics as Praxis: A "Postcolonial" Political Economy of the Body, Land, Labor, and Language », Wicazo Sa Review, Vol. 15, No. 2,‎ , p. 27-61 (35 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Sheila Hassell Hughes, « Falls of Desire / Leaps of Faith: Religious Syncretism in Louise Erdrich's and Joy Harjo's "Mixed-Bood" Poetry », Religion & Literature, Vol. 33, No. 2,‎ , p. 59-83 (25 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Eliza Rodriguez y Gibson, « Love, Hunger, and Grace: Loss and Belonging in the Poetry of Lorna Dee Cervantes and Joy Harjo », Legacy, Vol. 19, No. 1,‎ , p. 106-114 (9 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Jacqueline Kolosov, « Poetries of Transformation: Joy Harjo and Li-Young Lee », Studies in American Indian Literatures, Series 2, Vol. 15, No. 2,‎ , p. 39-57 (19 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) William Pitt Root, « About Joy Harjo », Ploughshares, Vol. 30, No. 4,‎ , p. 180-185 (6 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Angelique V. Nixon, « Poem and Tale as Double Helix in Joy Harjo's A Map to the Next World », Studies in American Indian Literatures, Series 2, Vol. 18, No. 1,‎ , p. 1-21 (21 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) « A Brief Conversation with Joy Harjo », World Literature Today, Vol. 81, No. 6,‎ , p. 33 (1 page) (lire en ligne),
  • (en-US) Emanuela Jossa, « The Colors of the Earth: Nature and Landscape in the Poetry of Joy Harjo and Humberto Ak' Abal », Journal of the Southwest, Vol. 49, No. 4,‎ , p. 585-601 (17 pages) (lire en ligne),

Essais[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Joy Harjo | Biography, Books, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 1er mai 2020)
  2. (en-US) « Harjo, Joy | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 1er mai 2020)
  3. (en-US) « Harjo, Joy 1951- | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 1er mai 2020)
  4. (en-US) « Harjo, Joy | The Encyclopedia of Oklahoma History and Culture », sur www.okhistory.org (consulté le 1er mai 2020)
  5. (en-US) Poetry Foundation, « Joy Harjo », sur Poetry Foundation, (consulté le 1er mai 2020)
  6. a b et c (en) « Joy Harjo », sur National Women's History Museum (consulté le 1er mai 2020)
  7. (en) Hofstra University J. D. et English and Print Journalism B. A., « The Feminist, Indigenous Voice of Joy Harjo: Feminist, Poet, Musician », sur ThoughtCo (consulté le 1er mai 2020)
  8. « Simon J. Ortiz- Native American Poet and Storyteller », sur nativeamericanlit.com (consulté le 1er mai 2020)
  9. (en-US) « A Poet's Words From the Heart of Her Heritage », sur Los Angeles Times, (consulté le 1er mai 2020)
  10. (en-US) « Joy Harjo », sur NEA, (consulté le 1er mai 2020)
  11. (en-US) « Awards & Award Winners », sur PEN Oakland (consulté le 1er mai 2020)
  12. (en-US) « Winners of the Thirty-Fourth Annual, AMERICAN BOOK AWARDS, Ceremonies, November 23, 2013 », sur Before Columbus Foundation
  13. (en-US) « John Simon Guggenheim Foundation | Joy Harjo » (consulté le 1er mai 2020)
  14. (en-US) « Griffin Poetry Prize: Joy Harjo », sur Griffin Poetry Prize (consulté le 1er mai 2020)
  15. (en-US) Poetry Foundation, « Ruth Lilly Poetry Prize », sur Poetry Foundation, (consulté le 1er mai 2020)
  16. Academy of American Poets, « Joy Harjo and Natasha Trethewey Named Academy of American Poets Chancellors | poets.org », sur poets.org (consulté le 1er mai 2020)
  17. « Professor Named Chancellor of Academy of American Poets – News », sur news.utk.edu (consulté le 1er mai 2020)
  18. (en-US) « Joy Harjo Becomes The 1st Native American U.S. Poet Laureate », sur NPR.org (consulté le 1er mai 2020)
  19. (en-US) Brigit Katz, « Joy Harjo, First Native American Writer to Be Named U.S. Poet Laureate, Reappointed for Second Term », sur Smithsonian Magazine (consulté le 1er mai 2020)
  20. (en-US) Concepción de León, « Joy Harjo Is Named U.S. Poet Laureate for a Second Term », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 1er mai 2020)
  21. (en-US) « U.S. Poet Laureate Joy Harjo Appointed for a Second Term », sur Library of Congress, Washington, D.C. 20540 USA (consulté le 1er mai 2020)
  22. (en-US) « 2021 Induction », sur National Women’s Hall of Fame (consulté le 10 mars 2021)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :