Société des amis de la cathédrale de Strasbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Société des amis de la cathédrale de Strasbourg
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Préservation et connaissance du patrimoine architectural et mobilier de la cathédrale
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 1902
Fondateur Johann Knauth
Identité
Siège Strasbourg
Président Francis Klakocer
Affiliation Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace et Fédération des associations et sociétés des amis des cathédrales
Financement Actions de mécénat, études scientifiques
Membres 900
Site web www.amis-cathedrale-strasbourg.eu

La Société des amis de la cathédrale de Strasbourg est une association à but non lucratif fondée en 1902. Elle a pour objectif de susciter l’intérêt du public pour la cathédrale de Strasbourg, d'encourager les études scientifiques du monument et d'aider à la préservation des œuvres d’art qui s’y trouvent[1].

Elle est membre de la Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace et membre fondateur de la Fédération des associations et sociétés des amis des cathédrales. Elle est présidée depuis 2022 par Francis Klakocer.

Historique[modifier | modifier le code]

La Société des Amis de la Cathédrale de Strasbourg est fondée le 9 juillet 1902 sous le nom de Strassburger Münster-Verein, à l’initiative de l’architecte de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame Johann Knauth (1864-1924) : son objectif est de mobiliser les donateurs pour soutenir les futurs travaux de réfection, en raison des graves menaces qui risquent de provoquer l’écroulement de la tour[2]. De nombreuses personnalités soutiennent sa création : le maire de Strasbourg, l’évêque, des membres de l’Université, de l’Église, des musées, des monuments historiques… Dès les premières années, la Société enrichit également les collections publiques en finançant les moulages de sculptures de la cathédrale, en offrant des photographies, livres, dessins, plans et gravures, et fait paraître dès 1903 une publication appelée Strassburger Münster-Blatt.

La fin de la guerre de 1914-1918 marque une interruption dans l’activité de la Société avec la mise à l’écart de J. Knauth puis son expulsion. Dans le même temps, la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame perd ses prérogatives sur les travaux à la cathédrale au bénéfice de l’État, conformément au droit français. Dès lors, la Société engage une réorientation importante de son activité, menée sous l’impulsion de l’abbé Joseph Walter : elle favorise des études érudites sur l’édifice, qui paraissent dans le Bulletin de la Cathédrale de Strasbourg. En 1939, le 500e anniversaire de la fin de la construction de la flèche donne lieu a de grandes festivités.

Hans Reinhardt, Joseph Walter et Étienne Fels, trois présidents successifs.

Pendant l’annexion de l’Alsace par le 3e Reich, l’équipe dirigeante est dispersée et même après la guerre, les activités tardent à reprendre. Le bulletin a pris des retards répétés et sa parution est irrégulière. Avec les présidences du professeur d’histoire de l’art de Bâle, Hans Reinhardt[3], puis du directeur des Archives municipales F. J. Fuchs[4], la régularité et la qualité scientifique du bulletin sont rétablies. En 1994, le nouveau président, J.-P. Lingelser[5], renforce l’audience de la Société auprès du public : concert du centenaire, soutien à plusieurs travaux de restauration… Avec la reconnaissance d’utilité publique obtenue en 2001[6], la SACS devient un mécène à part entière. Marc Carel Schurr (de), professeur d’histoire de l’art de l’Université de Strasbourg, prend le relais et développe les activités vers le public germanophone. L’accroissement du nombre d’adhérents et la crédibilité scientifique de la Société (colloque du millénaire) lui permettent d’accentuer le mécénat.

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

  • Organisation de cycles de conférences publiques annuels[7] et organisation de voyages et sorties d'études.
  • Publication depuis 1903 du Bulletin de la Cathédrale de Strasbourg, qui paraît actuellement tous les deux ans et regroupe des études scientifiques variées sur la cathédrale[8].
  • Mécénat de campagnes de nettoyage, de restauration ou d'acquisition en lien avec la cathédrale et le Moyen Age, grâce aux dons et legs reçus.

Actions de mécénat (participation ou financement complet)[modifier | modifier le code]

Buste d’homme accoudé de Nicolas Gerhaert de Leyde
Au premier plan, le globe céleste de l'horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg
  • 2001 : mise en valeur de la méridienne de Jean-Baptiste Schwilgué et restauration du globe céleste de l’horloge astronomique.
  • 2010 : restauration des fenêtres du bas-côté sud[12].
  • 2012 : achat des vitraux de l’église des Dominicains pour le musée de l'Œuvre Notre-Dame[13].
  • 2015 : restauration des dorures de l’orgue de la nef (XIVe s.)[14].
  • 2015 : aménagement des salles de présentation des dessins d’architecture médiévaux du Musée de l'Œuvre Notre-Dame[15].
  • 2015 : installation d'une maquette de la cathédrale en bronze au 1/125e place du Château, co-financée par le Rotary International[16].
  • 2017 : achat de la tête de saint Jean provenant du portail sud du transept de la cathédrale pour le musée de l'Œuvre Notre-Dame[17].
  • 2018 : numérisation du fonds photographique ancien de la Fondation de l'Œuvre Notre-Dame (campagne Ulule)[18].
  • 2019 : réaménagement de la plateforme et de la maison des gardiens[19].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Joseph Fuchs, « Histoire de la Société des amis de la cathédrale de Strasbourg », Bulletin de la cathédrale de Strasbourg,‎ , n° 29, p. 95-100 (lire en ligne)
  • Jean-Paul Lingelser, « Les Amis de la cathédrale », La grâce d’une cathédrale, sous la dir. de Mgr Doré,‎ , p. 465-473
  • Jean-Paul Lingelser, « 1902 : Les Amis de la cathédrale de Strasbourg », Revue d'Alsace,‎ , t. 135, p. 68-73 (lire en ligne)
  • Jean-Paul Lingelser, « Historique des amis de la cathédrale de Strasbourg », Bulletin de la cathédrale de Strasbourg, no 27,‎ , p. 169-184 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Statuts de la Société des amis de la cathédrale de Strasbourg », sur www.amis-cathedrale-strasbourg.eu (consulté le ).
  2. Sabine Bengel, « La Fondation de l'Œuvre Notre-Dame 1880-1930 : traditions et innovations pour la sauvegarde de la cathédrale de Strasbourg », (consulté le ).
  3. Anne Prache, « Hans Reinhardt », Bulletin monumental,‎ (lire en ligne)
  4. Marcel Thomann, « François Joseph Fuchs (1921-2012) », Revue d'Alsace,‎ (lire en ligne)
  5. François Joseph Fuchs, « LINGELSER Jean-Paul », Nouveau Dictionnaire de biographie alsacienne,‎ (lire en ligne)
  6. « Arrêté du préfet du département du Bas-Rhin en date du 10 septembre 2001 : est reconnue la mission d'utilité publique de l'association dite « Société des amis de la cathédrale de Strasbourg » », Journal officiel,‎ , p. 15388 (lire en ligne).
  7. « Le programme des conférences », sur www.amis-cathedrale-strasbourg.eu (consulté le ).
  8. « Nos publications »
  9. « L'objet du mois : La Vierge à l'enfant », sur www.oeuvre-notre-dame.org, (consulté le ).
  10. Roland Recht, Florian Pugnaire, « Nicolas de Leyde, sculpteur (vers 1430-1473). Musée de l’Œuvre-Notre-Dame (Strasbourg) », Les regardeurs (France Culture),‎ (lire en ligne).
  11. « Numérisation du cartulaire du Grand Chapitre de la cathédrale », sur bhnumerique.ville-selestat.fr (consulté le ).
  12. Christiane Schmuckle-Mollard, « Restauration des vitraux du bas-côté sud de la cathédrale de Strasbourg : note de synthèse des travaux » (consulté le ).
  13. « Acquisition - Strasbourg, Musée de l’Œuvre Notre-Dame », sur www.musees.strasbourg.eu (consulté le ).
  14. « Grand orgue de la cathédrale de Strasbourg - Souffle nouveau dans les tuyaux », Dernières nouvelles d'Alsace,‎ (lire en ligne).
  15. « Les salles des dessins d'architecture », sur www.musees.strasbourg.eu (consulté le ).
  16. « Strasbourg : une mini-cathédrale tout en bronze », France 3 Alsace,‎ (lire en ligne).
  17. « Acquisitions récentes - Tête de saint Jean », sur www.musees.strasbourg.eu (consulté le ).
  18. « Numériser l’Histoire - 5500 plaques photographiques », sur www.oeuvre-notre-dame.org, (consulté le ).
  19. Francis Limon, « Discours d'inauguration de la plateforme », sur amiscathedralestrasbourg.wordpress.com, (consulté le ).