Eugène Muller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eugène Müller (homonymie) et Müller.
Eugène Muller
Le chanoine Eugène Muller vers 1880.
Le chanoine Eugène Muller vers 1880.
Fonctions
Député de 1911-1918
Député 1919-1927
Sénateur 1927-1940
Gouvernement Empire allemand
IIIe république
Groupe politique Zentrum (1911-1918)
Dém. (1919-1927)
DP (1928-1936)
NI (1936-1940)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Ranspach, Haut-Rhin
Date de décès (à 86 ans)
Lieu de décès Strasbourg, Bas-Rhin
Résidence Alsace

Eugène Muller (RanspachStrasbourg) est un prêtre catholique et homme politique alsacien. Il fut membre du Landtag d'Alsace-Lorraine de 1911 à 1918, membre de l'Assemblée nationale de 1919 à 1927, puis du sénat de 1927 à 1940.

Biographie[modifier | modifier le code]

Chanoine au chapitre de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, Eugène Muller est professeur de théologie au Grand Séminaire de Strasbourg puis professeur de dogmatique à la Faculté de théologie catholique de Strasbourg.

Son goût personnel pour l’art et l’histoire l’amène à dispenser un enseignement sur l’art chrétien et à participer aux travaux de différentes sociétés d’histoire en Alsace.

Eugène Muller débute en politique en 1911. Il est élu au Landtag d'Alsace-Lorraine, le parlement du Reichsland Elsaß-Lothringen.

Député du Bas-Rhin de 1919 à 1927, puis sénateur de 1927 à 1940, il est le pilier au Parlement de l'adaptation de la législation française aux départements d’Alsace-Moselle, et est à ce titre un des pères du droit local d'Alsace-Moselle. Le , il vote en faveur de la remise des pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

Eugène Muller est l'oncle de l'auteur dramatique et homme politique Germain Muller[1].

Sur le multiculturalisme français[modifier | modifier le code]

Grand amateur et connaisseur des vins français il s’adresse en ces termes à ses collègues de la chambre des députés en 1920 : « L’éclat et la gloire de nos vins si différents les uns des autres repose sur la diversité des terroirs dont ils sont issus et sur le soin que leur porte le vigneron à les conserver purs et sans mélange. Qui aurait l’idée de verser les vins de Bourgogne, de l’Alsace, de la Champagne et du Bordelais dans un même tonneau et de produire ainsi un vin français homogène et unifié ? C’est exactement ce que fait notre constitution en dédaignant la particularité et l’âme unique de nos provinces. »[2]

Extrait d’un discours du chanoine Muller du 17 janvier 1913 (traduit de l'allemand)[modifier | modifier le code]

« Moi-même je suis né français et je n'en ai jamais eu honte, au contraire j'en suis fier et j'en suis heureux... J'admire toute la richesse, tout le charme, toutes les merveilles de la culture française. Je me réjouis aussi d'être un enfant de cette culture et je regretterais qu’il ne m’ait pas été donné, au moins dans une modeste mesure, d'enrichir mon propre esprit des trésors de l'esprit français. N'ai-je pas le droit de dire dans un sens plus élevé : de notre pays? Cette culture n'a certainement pas touché notre peuple extérieurement, non, elle a laissé des traces profondes dans son âme. Ces traces nous voulons les conserver. Nous voulons faire en sorte qu’elles ne se perdent pas. »[3]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Jenny, Germain, Do Bentzinger, Colmar, 1997, p. 489 (ISBN 2-906238-68-6)
  2. Voter Pétain ? : Députés et Sénateurs sous la Collaboration (1940-1944), par François-Marin Fleutot, édité chez Pygmalion, 2015.
  3. Joseph Zemb, Zeuge seiner Zeit, Chanoine Eugène Muller. Éditions Alsatia, Colmar 1960.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Baechler, « Eugène Muller », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 27, p. 2747
  • Joseph Zemb, Témoin de son temps, le chanoine Eugène Muller : l'Alsace de 1861-1948, Alsatia, 1961, 163 p.
  • « Eugène Muller », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Liens externes[modifier | modifier le code]