Bibliothèque humaniste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bibliothèque Humaniste
image illustrative de l’article Bibliothèque humaniste
Vue de la bibliothèque.
Présentation
Coordonnées 48° 15′ 38″ nord, 7° 27′ 20″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Sélestat
Adresse 1, place du docteur Maurice Kubler
67600 Sélestat[1]
Fondation 1452
Protection Collection Beatus Rhenanus inscrite au Registre Mémoire du monde
Informations
Gestionnaire Ville de Sélestat
Superficie 2500 m2
Site web http://www.bibliotheque-humaniste.fr
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Bibliothèque Humaniste

La Bibliothèque Humaniste est située en Alsace dans la commune de Sélestat. Après quatre ans de fermeture dans le cadre d'un projet de restructuration, la bibliothèque a rouvert ses portes le 23 juin 2018. Depuis 1889, la Bibliothèque Humaniste se trouve dans l'ancienne halle aux blés, au cœur du centre ville historique et à deux pas de l'église gothique Saint Georges et de l'église romane Sainte Foy. Cet édifice fut construit par Gustave Klotz entre 1843 et 1845 sur l'emplacement de l'ancienne douane[1].

Collections[modifier | modifier le code]

La bibliothèque comporte une grande collection de livres anciens qui attire des chercheurs des quatre coins de l'Europe et du monde. Le , la collection Beatus Rhenanus, conservée à la Bibliothèque humaniste de Sélestat, est officiellement inscrite au Registre Mémoire du monde de l’UNESCO . Le prestigieux[non neutre] label constitue une reconnaissance mondiale pour la bibliothèque du plus célèbre humaniste alsacien. Il s’agit aussi d’une nouvelle donne[style à revoir] pour la Ville de Sélestat, propriétaire de la collection[2]. Elle conserve également une partie des archives de la ville de Sélestat.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Bibliothèque Humaniste réunit la bibliothèque paroissiale et la bibliothèque personnelle de Beatus Rhenanus, auxquels se sont ajoutés des achats et des dons d’ouvrages anciens au fil des siècles.

La bibliothèque de l’école latine[modifier | modifier le code]

L’histoire de la bibliothèque paroissiale débute en 1452 avec le don de Johannes von Westhuss, recteur de l’église paroissiale de Sélestat. Cette marque de générosité entraîne une série de donations de livres, souvent de la part d’anciens élèves de l’école latine de Sélestat.

La bibliothèque paroissiale ainsi constituée comprend des ouvrages destinés à la célébration des offices et des livres qui servent à l’enseignement de l’école latine.

Conservés dans l’église Saint-Georges, les ouvrages sont munis d’une chaîne pour les protéger du vol.

Bien qu’il n’existe à ce jour aucun catalogue de la bibliothèque paroissiale, une étude parue en 2002 recense 160 volumes répartis entre manuscrits et imprimés, reflétant ainsi la transition entre le livre manuscrit et le livre imprimé.

La bibliothèque de Beatus Rhenanus[modifier | modifier le code]

Natif de Sélestat et ancien élève de l’école latine, Beatus Rhenanus lègue à sa mort, en juillet 1547, sa bibliothèque à sa ville natale. Elle est constituée de 423 volumes, contenant 1 287 œuvres et 41 manuscrits répartis dans divers recueils, auxquels il faut ajouter 33 manuscrits anciens et 255 lettres autographes. On y trouve aussi des travaux, des cahiers, des notes de cours… Des témoignages précieux de l’enseignement humaniste[style à revoir].

Cette collection atteste de sa soif de connaissances, de son activité de correcteur et d’éditeur pour les grands imprimeurs européens et de ses liens d’amitié avec les plus grands érudits de son temps, comme Érasme de Rotterdam. La variété des langues utilisées, des thèmes, des auteurs, des époques et des lieux de publication est le reflet de l’esprit universel caractéristique des humanistes[non neutre].

D’abord déposée dans la chancellerie municipale et rangée avec les archives de la ville, puis déménagée à la douane, la bibliothèque de Beatus Rhenanus rejoint finalement, en septembre 1757, les ouvrages de la bibliothèque paroissiale à l’église Saint-Georges.

Enrichissement et valorisation[modifier | modifier le code]

En 1840, les fonds de la bibliothèque paroissiale et ceux de la bibliothèque de Beatus Rhenanus sont installés au 2e étage de la mairie, alors transformé en bibliothèque de lecture publique.

En mai 1889, l’ensemble des collections déménage à la halle aux blés. De cette époque date la vocation touristique de la Bibliothèque Humaniste, comme en témoignent certaines mentions dans les guides touristiques dès la fin du 19e siècle. En 1958, l’aménagement de la grande salle avec des vitrines permet d’exposer certains ouvrages remarquables[non neutre]. Lors de la création de la médiathèque intercommunale, en 1997, la mission de lecture publique y est transférée et la Bibliothèque Humaniste peut se recentrer sur ses missions de conservation et de mise en valeur des collections.

Les collections n’ont cessé de s’enrichir tout au long des 19e et 20e siècles grâce à des achats et des dons. Elles sont aujourd’hui constituées de 460 manuscrits (anciens et modernes), de 550 incunables et près de 2 500 imprimés du 16e siècle.

En 2011, l’inscription de la bibliothèque de Beatus Rhenanus au Registre Mémoire du monde de l’UNESCO témoigne de l’universalité, l’originalité et la valeur de ce fonds ancien[non neutre].

Restructuration de la Bibliothèque Humaniste[modifier | modifier le code]

Bibliothèque Humaniste, façade place docteur Kubler

La ville de Sélestat décide en 2014 de transformer en profondeur le bâtiment en lançant un concours conception-construction remporté par le groupement composé par Demathieu Bard Construction, mandataire, l’agence Rudy Ricciotti, Thalès Architectures et des bureaux d’études conception Lamoureux et Ricciotti Ingénierie et Ingérop Ingénierie. La réouverture de la bibliothèque humaniste a lieu le 23 juin 2018[3],[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les humanistes originaires de Sélestat[modifier | modifier le code]

La bibliothèque conserve de nombreux ouvrages des humanistes originaires de la ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ville de Sélestat, « Présentation générale de la Bibliothèque Humaniste », sur www.selestat.fr, Ville de Sélestat, (consulté le 25 juillet 2013)
  2. Les amis de la bibliothèque humaniste de Sélestat, « La bibliothèque de Beatus Rhenanus au patrimoine mondial de l’Unesco », sur www.bibliotheque-humaniste.eu, Les amis de la bibliothèque humaniste de Sélestat société d’histoire et d’archéologie de Sélestat et environs (consulté le 25 juillet 2013)
  3. « Sélestat : à la découverte de la nouvelle Bibliothèque Humaniste», France 3 Alsace, 15 juin 2018.
  4. Culturebox (avec AFP), « La Bibliothèque humaniste de Sélestat rouvre ses portes dans un écrin de lumière », Culturebox,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Adam, L'Humanisme à Sélestat : l'école, les humanistes, la bibliothèque, Alsatia, Sélestat, 1962, 160 p.
  • Beatus Rhenanus (1485-1547) : son activité de lecteur, d'éditeur et d'écrivain (exposition du 18 septembre au 18 novembre 1998 à la Bibliothèque humaniste de Sélestat), Ministère de la culture-Direction du livre et de la lecture, Paris, 1998, 95 p. (ISBN 2-907420-59-3)
  • (de)(fr)(la) Joseph Geny et Gustave C. Knod, Die Stadtbibliothek zu Schlettstadt : Festschrift zur Einweihung des neuen Bibliotheksgebaeudes, am 6. Juni 1889, Du Mont-Schauberg M., Strasbourg, 1889, 109 p.
  • (en) Hubert Meyer (et al.), The Humanist library of Selestat (trad. du français), Société des amis de la Bibliothèque humaniste, Sélestat, 2000, 16 p.
  • Louis Schlaefli, Inventaire des papiers de Joseph Walter, bibliothécaire-archiviste et conservateur à Sélestat (1881-1952), Bibliothèque du Grand Séminaire de Strasbourg, 1998, 18 p.
  • Trésors des bibliothèques de Colmar et de Sélestat : exposition, Église des Dominicains de Colmar, 2 juillet-30 août 1998, Ville de Colmar ; Ville de Sélestat, 1998, 88 p. (ISBN 2-900288-15-0)
  • Joseph Walter, Catalogue général de la Bibliothèque municipale, Première série, Les livres imprimés. Troisième partie, Incunables & XVIe siècle, Alsatia, Colmar, 1929, XIV-621 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :