Nicolas Gerhaert de Leyde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un sculpteur
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Nicolas Gerhaert de Leyde
Nicolaus von Leyden, Self-portrait.JPG

Buste d'homme accoudé (avant 1467),
parfois présenté comme un autoportrait,
Strasbourg, musée de l'Œuvre Notre-Dame[1].

Naissance
Décès
Activité

Nicolas Gerhaert de Leyde (ou Nikolaus Gerhaert van Leyden), dit Nicolas de Leyde, peut-être né à Leyde (aujourd'hui aux Pays-Bas) vers 1420-1430, et mort à Wiener Neustadt (Autriche) le , est un sculpteur probablement d'origine flamande, l'un des artistes les plus importants de la fin du Moyen Âge septentrional[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas Gerhaert de Leyde est actif de 1462 à 1473, notamment à Trèves (Allemagne), Strasbourg, Constance (Allemagne) et Vienne (Autriche).

Collections publiques[modifier | modifier le code]

En Allemagne
  • Baden-Baden, collégiale : Crucifix de Baden-Baden, 1467[2] ;
  • Francfort : Deux têtes de prophète et de sibylle, fragments du portail de la Chancelerie de Strasbourg ;
En Autriche
En France

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Musée de l'Œuvre Notre-Dame à Strasbourg [1]
  2. (de) Mechtild Ohnmacht, Das Kruzifix des Niclaus Gerhaert von Leyden in Baden-Baden von 1467 : Typus, Stil, Herkunft, Nachfolge, P. Lang, Francfort, Berlin, Berne, 1973, 157 p. (ISBN 3-261-00868-7) (texte remanié d'une thèse, Munich, 1971).
  3. Philippe Lorentz, « Nicolas Gerhaert de Leyde et le chanoine Conrad de Bussnang : au cœur d'un réseau de commanditaires », in Fabienne Joubert (dir.), L'artiste et le clerc : commandes artistiques des grands ecclésiastiques à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècles), Presses Paris Sorbonne, 2006, p. 305-328, (ISBN 9782840504382)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Lilli Fischel, Nicolaus Gerhaert und die Bildhauer der deutschen Spätgotik, F. Bruckmann, Munich, 1944, 192 p.
  • (de) Renate Kohn, « Eine bisher unbekannte Grabinschrift des Niclas Gerhaert von Leyden », Wiener Geschichtsblätter 48, Vienne, 1993, p. 164-170
  • (de) August Richard Maier, Niclaus Gerhaert von Leiden : ein niederländer Plastiker des 15. Jahrhunderts : seine Werke am Oberrhein und in Österreich, Buchdruckerei J. H. E. Heitz, Strasbourg, 1910 (fac simile publié en 2010, BiblioBazaar, 116 p. (ISBN 9781145281721))
  • (de) Alfred Schädler, « Studien zu Nicolaus Gerhaert von Leiden : die Nördlinger Hochaltarfiguren und die Dangolsheimer Muttergottes in Berlin », in Jahrbuch der Berliner Museen, 16, 1974
  • (de) Susanne Schreiber, Studien zum bildhauerischen Werk des Niclaus (Gerhaert) von Leiden, P. Lang, Francfort, Berlin, Berne, 2004, 274 p.
  • (de) Ernstotto Solms-Laubach (comte), « Die 'schöne Bärbel' von Ottenheim : Kopf einer Büste von Nikolaus Gerhaert von Leyden. Eine Neuerwerbung des Städelschen Kunstinstituts, die im Liebieghaus ausgestellt wurde », in Frankfurter Wochenschau, 33, 1935
  • (de) Wilhelm Voege, Ueber Nicolaus Gerhaert und Nicolaus von Hagenau, Leipzig, 1913
  • (de) Otto Wertheimer, Niclaus Gerhaert : seine Kunst und seine Wirkung, Deutscher Verein für Kunstwissenschaft, Berlin, 1929, 107 p.
  • Anne Liebreich, « Le style de Nicolas Gerhaert de Leyde », in Revue belge d'archéologie et d'histoire de l'art, 6, 1936
  • Roland Recht, Nicolas de Leyde et la sculpture à Strasbourg : 1460-1525, Presses universitaires de Strasbourg, 1987, 417 p., (ISBN 2-86820-211-1) édité erroné (notice BnF no FRBNF34957916)
  • Roland Recht,Cécile Dupeux, Steffan Roller Nicolas de Leyde, un sculpteur au cœur de l'Europe médiévale, Musées de Strasbourg, 2012 (ISBN 2351250958) (catalogue de l'exposition au Musée de l'Œuvre Notre-Dame, du 30 mars au 2 juillet 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :