Site archéologique de la Verrerie de Trinquetaille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Site archéologique de la Verrerie de Trinquetaille à Arles
Verrerie 2015 Harpiste.jpg
Fresque du IIe style pompéien figurant une harpiste découverte sur le site archéologique de la Verrerie de Trinquetaille à Arles
Présentation
Type
Propriétaire
Commune d'Arles
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Arles
(Voir situation sur carte : Arles)
Point carte.svg
Vue sur le site en cours de fouille et en second plan deux bâtiments d'une verrerie du XVIIIe siècle

Le site archéologique de la Verrerie de Trinquetaille est un site acquis par la ville d'Arles en 1978. Ce site a fait l'objet de fouilles archéologiques dans les années 1980[1] puis depuis 2013[2],[3],[4],[5]par le service archéologique du Musée départemental Arles Antique et par l'Inrap avec la contribution du Ministère de la Culture et de la Communication, du Cnrs, de l'Université et de chercheurs indépendants.

Responsable de l'opération : Marie-Pierre Rothé (archéologue - CD13 - MDAA)

Co-responsables : Julien Boislève (toichographologue - Inrap) et Alain Genot (archéologue - CD13- MDAA)

Histoire[modifier | modifier le code]

Arles (Bouches-du-Rhône, France), au musée départemental Arles antique, riche collection de mosaïques gallo-romaines, le musée possédant un atelier de restauration de mosaïques réputé.

Le site archéologique de la Verrerie de Trinquetaille se situe en rive droite du Rhône à Arelate (Arles), zone occupée pendant l'Antiquité. Les fouilles ont révélé sur ce site des habitations datées du Ier siècle av. J.-C. au IIIe siècle apr. J.-C..

Les recherches récentes se sont centrées sur une très riche demeure datée du milieu du Ier siècle av. J.-C.[6] Cette habitation romaine, scellée par des constructions ultérieures, a été fouillée au niveau de deux pièces mitoyennes et de la cour intérieure adjacente. Les archéologues ont notamment découvert de nombreux décors peints qui ornaient sols, murs et plafonds, dont certains fragments étaient encore en place sur les murs.

Ces décors se réfèrent stylistiquement au IIe style pompéien, bien connu en Italie, notamment à Pompéi, Boscoreale et Herculanum. En Gaule, ce décor, daté entre -70 et -30, est à ce jour uniquement identifié dans la partie sud du territoire mais il reste rarissime. De ce point de vue, la découverte du site de la Verrerie revêt un caractère exceptionnel de par l'importance de la surface peinte mise au jour.

À titre d'exemple on peut citer la fresque ci-contre représentant une harpiste. Cette mégalographie (figuration de grande taille) est peinte sur fond rouge vermillon, un pigment très coûteux. La qualité de la figuration, l'expressivité des regards et le rendu des volumes et de l'éclairage illustrent la maitrise de l'artisan que le commanditaire a probablement fait venir d'Italie.

Une occupation ultérieure est caractérisée par des domus toutes aussi luxueuses. Trois unités d'habitation de grande taille ont été fouillées dotées notamment de bassins en marbre et de fontaines[7], de grandes pièces aux sols décorés de mosaïques ou encore, pour l'une de ces pièces, d'un système de chauffage par hypocauste[8]

La mosaïque de l'Aiôn datée de la fin du IIe siècle est une des pièces majeures exposées au Musée départemental Arles antique. Ce pavement provenant d'une salle à manger ou triclinium figure, dans son médaillon central, le dieu Annus (nom latin) - Aiôn (nom grec), "source de vitalité" qui préside au renouvellement des Saisons pour toute éternité[9].

Vers la fin du IIIe siècle, l'archéologie atteste une destruction violente du secteur suivie de son abandon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sintès, Claude (dir.), Du nouveau sur l'Arles antique, catalogue d'exposition, Arles, Ville d'Arles, (lire en ligne), pp.80-84
  2. Boislève, Julien, Rothé, Marie-Pierre, Genot, Alain, « Les exceptionnels décors peints d'une grande domus », Archéologia,‎ , pp.20-27
  3. Boislève, Julien, Rothé, Marie-Pierre, Genot, Alain, « Arles. Splendeurs des fresques antiques », Archéologia,‎ , pp.22-33
  4. « "Le chantier de fouille de la Verrerie à Arles et ses remarquables enduits peints du Ier s. av. J.-C." - Musée départemental Arles antique. Réalisation : Catherine Le Roux. Production : Vidélio Events. 2014. »
  5. « « A Arles, découvertes archéologiques de fresques romaines uniques en France ! » - Musée départemental Arles antique. Réalisation : Catherine Le Roux.Production : Vidélio Events. 2015. »
  6. « Site de la Verrerie », sur www.arles-antique.cg13.fr
  7. .Françoise Maurette, « Trinquetaille, quartier romain, continue à livrer ses secrets », Arles Infos,‎ (lire en ligne)
  8. Rothé, Marie-Pierre, Heijmans, Marc, Carte Archéologique de la Gaule, Arles, Crau, Camargue, 13/5, Paris, Académie des Inscriptions des Belles-Lettres, Ministère de l'Education Nationale, Ministère de la Recherche, Ministère de la Culture et de la Communication, Maison des Sciences de l'Hommes, , p.655
  9. Sintès, Claude (dir.), Musée de l'Arles antique, Arles, Actes Sud, (ISBN 2-7427-3828-2), pp.107-109

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :