Seven Sisters (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seven Sisters.
Seven Sisters
Titre original What Happened to Monday
Réalisation Tommy Wirkola
Scénario Max Botkin
Kerry Williamson
Acteurs principaux
Sociétés de production Nexus Factory
Raffaella Productions
Pays d’origine Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Science-fiction
Durée 124 minutes
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Seven Sisters (What Happened to Monday) est un film de science-fiction américano-belgo-britannico-français[1] réalisé par Tommy Wirkola, sorti en 2017.

Il est présenté hors compétition sur la Piazza Grande au Festival international du film de Locarno 2017.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Face à la surpopulation de la Terre, les autorités ont décidé d’instaurer la politique de l'enfant unique. Cette mesure est appliquée sévèrement par le Bureau d’Allocation des Naissances (Child Allocation Bureau), dirigé par Nicolette Cayman. Quelques années plus tard, Karen, la fille de Terrence Settman, donne naissance à des septuplées. Alors que la mère ne survit pas à l'accouchement, Terrence décide de garder secrète l’existence de ses sept petites-filles malgré la loi. Toutes prénommées d’un jour de la semaine, elles devront rester confinées dans leur appartement. Elles partagent alors une identité unique lorsqu'elles sortent à l’extérieur : celle de leur mère Karen Settman. Cet incroyable secret demeure préservé pendant des années. 30 ans plus tard, en 2073, le stratagème tombe en miettes lorsque Lundi disparait mystérieusement[2]

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

En 2073, la Terre est fortement surpeuplée en raison de naissances incontrôlées et d'effets pervers de technologies mises en place pour augmenter les rendements agricoles, provoquant l'explosion de naissances multiples. Pour faire face, les autorités ont instauré une politique de l'enfant unique : lors de naissances multiples, les enfants surnuméraires sont récupérés par le Bureau d'Allocation des Naissances (Child Allocation Bureau, CAB) et cryogénisés en attendant d'être réveillés lorsque le monde pourra les accueillir décemment. Les citoyens sont tous munis d'un bracelet électronique qui leur permet de circuler dans les rues étroitement surveillées de la ville. Nicolette Cayman (Glenn Close) est le fer de lance de cette politique.

Cette même année, Terrence Settman (Willem Dafoe) doit faire face à un défi : sa fille Karen a mis au monde des septuplées et est morte en couches. Terrence décide de ne pas déclarer l'existence de ces septuplées et les accueille chez lui. Il leur donne à toutes un jour de la semaine en guise de prénom et les élève dans le plus grand secret avec une règle fondamentale : chaque fille ne peut sortir que le jour correspondant à son prénom, et doit rendre scrupuleusement compte de ses journées en rentrant le soir pour que ses sœurs puissent donner le change le lendemain. Les actions de chaque sœur influencent la vie des autres : ainsi, lorsque Jeudi sort en cachette alors que ça n'est pas son jour et, après un accident, a un index sectionné, Terrence est obligé de couper le doigt correspondant de chacune des six autres fillettes.

Trente ans plus tard, les sept sœurs (Noomi Rapace) ont réussi à taire leur secret et vivent ensemble dans un appartement. En public, elles prennent le nom de Karen Settman (celui de leur mère) et vivent une vie monotone d'employée d'une grande banque, adoptant la même apparence grâce à des perruques et au maquillage et s'interdisant toute relation durable avec un homme. Ce mode de vie devient cependant de plus en plus difficile à supporter, en particulier pour Jeudi, qui a gardé de son enfance son tempérament rebelle.

Un soir, un problème survient : Lundi ne rentre pas à l'appartement. Désemparées, les autres sœurs décident d'enquêter. Le lendemain, Mardi part travailler normalement, comptant enquêter sur la mystérieuse disparition de leur sœur. Elle est cependant arrêtée par des agents du CAB qui l'emmènent dans une cellule où elle rencontre Nicolette Cayman, qui l'informe que le CAB détient également Lundi avant de quitter la cellule, laissant Mardi avec un agent armé d'un couteau. Cayman ordonne ensuite à ses hommes de tuer les autres sœurs Settman. Une équipe d'agents fait donc irruption à l'appartement, utilisant l'œil arraché d'une des sœurs pour passer le scanner rétinien. Une violente fusillade éclate alors, au cours de laquelle les trois agents du CAB ainsi que Dimanche sont tués. En analysant l'œil utilisé par les agents, Vendredi découvre qu'il provient de Mardi.

Les sœurs soupçonnent Jerry (Pål Sverre Hagen), un collègue de bureau qui a toujours eu une attitude malveillante envers Karen Settman, d'avoir découvert leur secret et d'en avoir informé le CAB. Mercredi se rend donc chez Jerry et le menace d'une arme pour lui faire avouer la vérité. Il s'avère que Jerry ignore qu'il avait affaire à des septuplées, mais qu'il avait en revanche mis la main sur une transaction illégale entre Karen Settman et le fonds de campagne de Nicolette Cayman. Jerry est abattu par un sniper du CAB et Mercredi parvient à s'enfuir de l'appartement, guidée à distance par Vendredi. Cependant, un autre agent du CAB frappe à la porte de l'appartement, obligeant Jeudi et Vendredi à se cacher tandis que Samedi se fait passer pour Karen. Il s'avère alors que cet agent, Adrian (Marwan Kenzari), est le petit ami de l'une des sœurs. Samedi part avec lui dans son appartement tandis que Jeudi et Vendredi découvrent que l'une de leurs sœurs, qu'elles pensent être Lundi, est vivante et retenue au siège du CAB. Elles reprennent également contact avec Mercredi ; cependant, cette dernière est finalement abattue.

Après avoir fait l'amour avec Adrian en se faisant passer pour sa petite amie, Samedi apprend qu'il s'agissait de Lundi. Elle en informe ses sœurs depuis l'appartement d'Adrian après le départ de ce dernier, mais est également abattue tandis qu'une équipe du CAB prend de nouveau l'appartement des sœurs d'assaut. Vendredi, qui sait qu'elle ne pourra pas survivre sans toutes ses sœurs, choisit de se sacrifier pour donner à Jeudi une chance de s'en sortir tout en faisant exploser leur appartement, neutralisant l'équipe du CAB. Jeudi retrouve Adrian et lui révèle la vérité sur les sœurs Settman. Adrian aide alors Jeudi à s'infiltrer dans l'installation du CAB, où ils découvrent, horrifiés, que les enfants surnuméraires ne sont pas cryogénisés, mais incinérés. Jeudi enregistre la scène avant de neutraliser le personnel. Ils trouvent ensuite la cellule où est enfermée leur sœur : ce n'est pas Lundi, mais Mardi, l'œil gauche arraché mais bien vivante. Jeudi comprend alors que c'est Lundi qui a trahi ses sœurs.

Jeudi retrouve Lundi et les deux sœurs se battent violemment. Jeudi parvient à tirer sur Lundi et la laisse pour morte avant de s'infiltrer à une réception où Cayman doit prononcer un discours et officiellement lancer sa campagne électorale. En parallèle, Mardi et Adrian parviennent à s'infiltrer dans la salle des serveurs et diffusent l'enregistrement de Jeudi sur la vérité derrière la cryogénisation. Discréditée, Cayman s'enfuit. Lundi, qui a survécu, arrive à son tour au salon de réception avant de pouvoir la tuer et est abattue. Avant de mourir, Lundi révèle à Jeudi qu'elle est enceinte de plus d'un enfant, et que c'est pour les protéger qu'elle a trahi ses sœurs. La vérité ayant éclaté, la loi sur le contrôle des naissances est abrogée. Cayman doit être jugée et encourt la peine de mort, tout en maintenant le bien-fondé de sa politique qu'elle pense être le seul salut possible de l'Humanité. Les embryons des jumeaux de Lundi sont placés en incubateurs artificiels et les deux sœurs Settman restantes, Mardi et Jeudi, prennent respectivement les noms de Terry et Karen, d'après leur grand-père et leur mère.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu en Roumanie, principalement à Bucarest (Castel Film Studios, Strada Lipscani, Bibliothèque nationale, Théâtre national, etc.), ainsi qu'à Constanța[3].

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

L'accueil critique est positif : le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,25, et des critiques spectateurs à 3,85[4].

Pour Nicolas Didier de Télérama, « Tommy Wirkola [...] néglige totalement la caractérisation des héroïnes. Les sept personnalités se réduisent en fait à sept looks. [...] Pire encore : la cryogénisation des enfants « en trop » est bien entendu un mensonge d’État et la machine à congeler s'avère, au cours d'une séquence abjecte, être un four crématoire. Ce n'est pas la première fois qu’un film futuriste recycle sans scrupule l'horreur concentrationnaire pour servir un suspense douteux (cf. Divergente 3). On espère que ce sera la dernière. »[5].

Pour Jérémy Piette de Libération, « Seven Sisters ne façonne pas, de ses multiples mains, un récit immensément surprenant. Ce dernier se contente d'un décor timidement futuriste (quelques écrans tactiles dignes de Minority Report) et néanmoins sobrement élégant, et promet une fin renversante que personne ne saurait deviner… vraiment personne, si ce n'est toutes celles et ceux déjà familiers des grandes embuscades inhumaines dérivées de Soleil vert. À supposer que le regard du spectateur soit vierge d'un vaste pan du cinéma de SF abondamment signé de dénouements tonitruants, il trouvera ici, plus loin derrière l'horreur, toujours plus d'horreur »[6].

Box-office[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. What happened to Monday - Nexus Factory.
  2. a et b Seven Sisters sur Allociné
  3. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  4. « Seven Sisters », sur Allociné (consulté le 30 août 2017).
  5. Nicolas Didier, « “Seven Sisters”, une dystopie caricaturale », sur Télérama, (consulté le 31 août 2017)
  6. Jérémy Piette, « «Seven Sisters», la parade des clones », sur Libération, (consulté le 31 août 2017)
  7. JP-Boxoffice.com ; page du film Seven Sisters consulté le 17 novembre 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]