Scata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Scata
Scata
Vue du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Haute-Corse
Arrondissement Corte[1]
Canton Casinca-Fumalto
Intercommunalité Communauté de communes de la Castagniccia-Casinca
Maire
Mandat
Joseph Pastini
2014-2020
Code postal 20213
Code commune 2B273
Démographie
Population
municipale
46 hab. (2017 en diminution de 6,12 % par rapport à 2012)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 25′ 02″ nord, 9° 24′ 07″ est
Altitude 250 m
Min. 160 m
Max. 640 m
Superficie 2,8 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Scata
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Scata
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Scata
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Scata

Scata est une commune française située dans la circonscription départementale de la Haute-Corse et le territoire de la collectivité de Corse. Le village appartient à la piève d'Ampugnani, en Castagniccia.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Scata est une commune située dans l'ancienne pieve d'Ampugnani, en Castagniccia. La grande ville la plus proche de Scata est Bastia située à 31 kilomètres.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Scata est une commune de moyenne montagne, sans façade littorale, adhérente au Parc naturel régional de Corse[2]. Elle se situe dans la Corse schisteuse au nord-est de l'île, dominant la rive droite du Fium'Alto qui draine la vallée depuis le flanc oriental du Monte San Petrone (1 767 m).

Montagnes proches :

  • Mont Croce Riolo,
  • Mont Sant’Angelo[3],

Gîtes minéraux : Cuivre au lieu-dit San-Gavinu[4].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située dans une zone de sismicité très faible[5].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau traversant la commune :

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[9].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

  • Route départementale D 506 depuis Bastia[10],[11].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Transports aériens et maritimes :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom corse de la commune est Scata /ˈskada/. Ses habitants sont les Scatinchi.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Scata est un petit village de la Castagniccia, fondé par la confrérie Sainte Cécile[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 En cours Joseph Pastini   Cadre
mars 2008 2014 Mathieu Secondi    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Commune membre de la Communauté de communes de la Castagniccia-Casinca et de l'aire urbaine de Bastia : ensemble de 54 communes dont Scata[13].

Budget et fiscalité 2017[modifier | modifier le code]

En 2017, le budget de la commune était constitué ainsi[14] :

  • total des produits de fonctionnement : 61 000 , soit 1 152  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 52 000 , soit 981  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 35 000 , soit 652  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 67 000 , soit 1 270  par habitant ;
  • endettement : 0 , soit 0  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 18,97 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 10,32 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 79,27 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 37,15 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 9,62 %.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Surface d'espaces stratégiques agricoles : 2 hectares[15].
  • Lycée agricole Aghja Rossa à Borgo[16].

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Restaurants à Folelli, Penta-di-Casinca, San-Nicolao.
  • Gîtes.
  • Hôtel à La Porta.
  • Castellare Di Casinca.

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Coutelier forgeron[17].
  • Fabrication industrielle des résines décolle depuis les années 1850[18] : la production d’acide gallique (obtenue par décomposition du tan des châtaigniers). Une ancienne usine d’acide gallique, transformée actuellement en habitations privées, témoigne des activités passées[19].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[21].

En 2017, la commune comptait 46 habitants[Note 1], en diminution de 6,12 % par rapport à 2012 (France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
141211320191193192201191188
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
172151161163158150164161151
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
17917012413010694140109129
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
1165945324444444946
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[24] :

  • École maternelle à La Porta,
  • École primaire à Pruno,
  • Collège à Penta-di-Casinca,
  • Lycée à Borgo.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé :

  • Centre hospitalier à Bastia[25],
  • Médecins et pharmacies à Bastia[26].

Cultes[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'inventaire général du patrimoine de la région Corse[29] a procédé à une étude du patrimoine local[30] :

  • Le château de Lumito[31], lieu de résidence des comtes Cortinco du même nom est un des fleurons du village[32].
  • L'église paroissiale Sainte-Cécile[33] a été mentionnée en 1646 dans le rapport de visite pastorale de Mgr Marliani, évêque de Mariana et Accia. Sa restauration date du XIXe siècle. Elle aurait été restaurée dans les années 1680 par les Agostini descendant des Cortinchi.
  • Chapelle de confrérie de pénitents Sainte-Croix[34], construite au XVIIe siècle ou XVIIIe siècle à l'emplacement d'une ancienne chapelle romane. Elle a été remaniée fin XIXe siècle et début du XXe siècle. Le clocher serait postérieur à 1870.
  • Chapelle romane San Martinu entièrement restaurée[35].
  • Patrimoine rural : fontaine et lavoir des XIXe et XXe siècles[36],[37].
  • Monument commémoratif[38],[39].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La commune de Scata a pour habitants la famille illustre des Agostini le plus fameux d'entre eux est Orlando Agostini, chevalier de la Légion d'honneur, capitaine au 173e régiment d'infanterie[40].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le 1er janvier 2010, Scata est passé de l'arrondissement de Bastia à celui de Corte
  2. Les communes du parc
  3. Le Mont Sant'Angelo depuis Carogne
  4. Gîtes minéraux, Cervione, p.44
  5. Information sur les risques majeurs
  6. Hydrographie
  7. Flum Alto Territoire
  8. L'eau dans le bassin de Corse
  9. Table climatique
  10. Plan d'accès
  11. Itinéraire Bastia-Scata
  12. Le village de Scata
  13. Aire urbaine de Bastia
  14. Les comptes de la commune
  15. Plan d'aménagement et de développement durable de la Corse, p.74
  16. Lycée agricole Aghja Rossa à Borgo
  17. Coutelier forgeron
  18. Bois & Forêts
  19. « usine d'acide gallique », notice no IA2B000621, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  24. Établissements d'enseignements
  25. Centre hospitalier à Bastia
  26. Médecins et pharmacies
  27. Ensemble interparoissial de Folelli, l’Ampugnani, La Porta, l’Orezza et La Tavagna
  28. Le village de Scata et la chapelle San Martino
  29. Le service de l'Inventaire recense, étudie et fait connaître le patrimoine culturel de la Corse. Il a été transféré à la Collectivité Territoriale de Corse en janvier 2004, conformément aux dispositions de la loi du 22 janvier 2002.
  30. Patrimoine de la commune sur le site du ministère français de la Culture (base architecture et patrimoine), photographie de H.Billat, Alain Hauss, J. Campocasso, Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (archives photographiques) diffusion RMN, et service de l'inventaire général de la Région Corse
  31. Au hameau de Lumito se trouvait autrefois un château, aujourd’hui en ruines
  32. Histoire
  33. « église paroissiale Sainte-Cécile », notice no IA2B001166, base Mérimée, ministère français de la Culture
  34. « chapelle de confrérie de pénitents Sainte-Croix », notice no IA2B001165, base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. Corse Romane: San Martino di Lumito était la chapelle privée de Mathilde d’Ampugnani
  36. « fontaine », notice no IA2B001175, base Mérimée, ministère français de la Culture
  37. « fontaine », notice no IA2B001173, base Mérimée, ministère français de la Culture
  38. Plaque d'église faisant office de monument. Conflits commémorés : Guerre 1914-1918
  39. Monuments aux morts Corses : Scata
  40. Les Maisons historiques de la Corse. Les Seigneurs d'Ornano et leurs descendants

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]