Scènes des massacres de Scio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Scène des massacres de Scio)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Scènes des massacres de Scio
Delacroix Massacre de Scio - 1824 (2020).jpg
Artiste
Date
1824
Type
Technique
huile sur toile
Lieu de création
Dimensions (H × L)
417 × 354 cm
Inspiration
Propriétaire
Collection
N° d’inventaire
INV 3823
Localisation
Inscription
Eugène DelacroixVoir et modifier les données sur Wikidata

Scènes des massacres de Scio (titre complet Scènes des massacres de Scio : familles grecques attendant la mort ou l'esclavage[1]) est un tableau d'Eugène Delacroix.

Description[modifier | modifier le code]

Ce tableau représente les massacres perpétrés à Chios en par les Ottomans lors de la guerre d'indépendance grecque.

Sur ce tableau, l'élément perturbateur principal lors de son observation consiste en l'inversion des rôles figuratifs vainqueurs/vaincus. En effet, les Grecs jouissaient pendant le siècle des Lumières de l'aura de leur savoir démocratique antique, redécouvert depuis peu : ils étaient ainsi considérés communément comme civilisés, proches des Européens. Or, ici, ils suscitent la pitié : pas de héros grecs se défendant vaillamment contre les troupes ottomanes, seulement quelques rares habitants désarmés qui ne sont pas en état de résister à l'envahisseur. De la même manière, le cavalier ottoman à la droite du tableau surplombe toute la scène et adopte une posture héroïque.

Mais il est possible de comprendre que Delacroix cherche non pas à célébrer la résistance et l'héroïsme de quelques résistants, mais plutôt la bravoure de ce peuple victime tout entier.

Ayant achevé sa toile, certains historiens de l'art considèrent que Delacroix a retouché le fond de sa toile après avoir vu trois tableaux du peintre anglais John Constable exposés chez un marchand d'art à Paris, La Charrette de foin, Canal en Angleterre et Vue de Hampstead[2]. A l'occasion de la restauration du tableau, menée d' à , quasiment « aucun repeint ultérieur ne la recouvre, ce qui remet en cause la croyance selon laquelle l'artiste aurait retouché son tableau en 1847 »[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no 22745, base Atlas, musée du Louvre
  2. Nathalia Brodskaya, Eugène Delacroix, Parkstone International, , p. 37
  3. Côme Fabre, La couleur des émotions, in Grande Galerie - Le Journal du Louvre, Printemps 2020, n° 51.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :