Saivres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saivres
Saivres
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Arrondissement de Niort
Canton Saint-Maixent-l'École
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Val de Sèvre
Maire
Mandat
Rémi Papot
2014-2020
Code postal 79400
Code commune 79302
Démographie
Gentilé Saputiens, Saputiennes
Population
municipale
1 461 hab. (2017 en augmentation de 3,11 % par rapport à 2012)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 25′ 57″ nord, 0° 14′ 09″ ouest
Altitude 130 m
Min. 52 m
Max. 185 m
Superficie 21,24 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres
Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Saivres
Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres
Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Saivres
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saivres
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saivres

Saivres est une commune du Centre-Ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Saputiens et les Saputiennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Saivres est située à 25 km au nord-nord-est de la ville de Niort et à 3 km au nord-ouest de Saint-Maixent-l'École. Les habitants se nomment : SAPURIENS ou SAPIRIENS (de saint Pierre patron de la commune).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La commune de Saivres possédait jadis sur son territoire plusieurs commerces ou industries contribuant à maintenir nombre d'emplois sur place -La carrière de Donia -La menuiserie Naudin au Pont de Saivres, définitivement fermée -Le bar-restaurant Naudin au Pont de Saivres, revendu puis définitivement fermé -Le bar-tabac-épicerie Brunet sur la place, définitivement fermé -Le coiffeur-vente et réparation de chaussures- Godard, définitivement fermé -Le maréchal-ferrant Delaumone, définitivement fermé -La boulangerie créée sous forme de coopérative par des locaux, Messieurs Rouvreau, Berry, Redien, etc. Ce commerce est repris en 1958 par Mr Allely puis racheté par ce dernier. Une fois à la retraite en 1983, de nombreux gérants se succèdent, le chiffre d'affaires diminue au fil des repreneurs. La boulangerie ferme définitivement -Plusieurs plombiers et/ou éléctriciens, Ahmed au lavoir de St Pierre, Gilbert et Bouet au Pont de Saivres, fermés -Un garagiste Bouet au Pont de Saivres, fermé -De nombreuses petites fermes employant des journaliers (Aujourd'hui, ne subsistent que quelques grosses exploitations) -La laiterie de Castarie, fermée -Un bourrelier à Castarie, fermé -L'entreprise de constructions métalliques Cariou à Lugné, fermée

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Saivres comprend des implantations (villae) qui datent de l'époque gallo-romaine comme celles de Vix et Lugné. Toutefois, c'est l'essor de Saint-Maixent qui permet à Saivres de se développer à partir du VIe siècle (voir cartulaire de l'abbaye de Saint-Maixent). Un certain Lunus, noble romain (gentilice) aurait fondé le village de Lugné À l'époque mérovingienne, Vix est un curtis (domaine exploité par des paysans libres) mais devient vite une terre de la couronne puis des comtes du Poitou qui l'inféodèrent. Ainsi apparut la seigneurie de la cour de Vix dont le premier seigneur connu fut Aymeri de Sazay, qui, en 1260, est dit homme lige d'Alphonse de France, comte de Poitiers, frère de Louis IX. De même, à l'époque mérovingienne, Lugné est un curtis qui devint une châtellenie dépendant de celle de Sainte-Néomaye. Lugné est le lieu d'une cour de justice (la Chambre de Lugné) où siégeait le sénéchal de Lugné. Les terres et châteaux de Lugné sont passés dans plusieurs familles nobles (de Nuchèze, de Bissy à la fin de l'Ancien Régime) puis bourgeoises et ont très vite été affermées. A Lugné, on compte deux domaines très anciens, la Cour et la Voûte, tenus au XVIIe siècle par des fermiers protestants les Redien, descendants d'un rude combattant, Daniel Redien, qui défendit Saivres contre les Ligueurs et les troupes espagnoles et fut fait prisonnier avec son fils en 1592 puis libéré grâce à une rançon versée par les habitants. Vix et Lugné sont reliés par un chemin très ancien qui date de la période gallo-romaine et, qui, au Moyen-Age, est appelé 'la cueille aux nobles'. Les autres fiefs de Saivres semblent moins anciens. Beauregard est une petite seigneurie qui dépendait de celle de Vix. Guy Lambert a fait construire le château de Beauregard au début du XVe siècle qui est ensuite passé dans les familles de Neuport, Lambert et Baudet. La propriété est alors devenu une résidence pour les familles de robins de Saint-Maixent. L'Herbaudière est une seigneurie un peu plus ancienne que Beauregard puisqu'un document témoigne en 1344 de l'existence d'une certaine Joanne de Tamoigne de Lairebaudiere, paroisse de Saivres. Le vieux logis médiéval fut remanié par Philippe de Neuport, à la fin du XVIe siècle. À la fin de l'Ancien Régime, il appartenait à Charles Guichard d'Orfeuille, gentilhomme de la chambre du roi. Comme il avait émigré, le château fut séquestré au profit de la Nation et vendu en 1794 à Louis Vandier. La seigneurie de Préchapon est également assez ancienne puisqu'on compte un seigneur de Préchapon au XIIe siècle ; cette famille possédait un hôtel particulier à Saint-Maixent. D'après Samuel Lévêques, la terre était très riche. Ce n'est qu'à partir du XVIIe siècle qu'on trouve des documents sur les seigneurie de La Voûte (Belle vue), les demoiselles de La Forest vendant le bien à la famille Greffier de Saint Maixent. Il en est de même pour les fiefs de Russay, Saugé, la Coutancière, Maunay, Teideur -ou Tyndoire), Chisseré (le logis fut un temps propriété de la famille Juin), le Magnoux, la Roche Nesdes ou Perré.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Gaston Redien    
    Maurice Caille    
    Michel Teulé    
mars 2008   Jean-Claude Berger[2]    
    Rémi Papot    

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Saivres, cela correspond à 2005, 2010, 2015[3], etc. Les autres dates de « recensements » (2006, 2009, etc.) sont des estimations légales.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2921 3831 3071 4141 3671 4631 5031 5251 514
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5071 5101 5271 5021 6421 6281 6641 6191 547
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5551 5041 4711 2801 2771 2521 2221 1811 221
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 4531 1089571 0571 1621 1741 2391 3931 435
2017 - - - - - - - -
1 461--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Site internet de la commune : www.saivres.fr

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom des habitants du 79 - Deux-Sèvres sur le site habitants.fr, consulté le 28 novembre 2015.
  2. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  3. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 26 avril 2012)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.